Crédit : AFP

Olympiques

J.O.: la demande des joueuses de soccer acceptée

Publié | Mis à jour

La finale du tournoi de soccer féminin des Jeux olympiques de Tokyo, opposant le Canada à la Suède, a été repoussée à vendredi à 8 h du matin, heure du Québec.

Initialement, la rencontre devait avoir lieu jeudi à 22 h, mais la chaleur suffocante prévue dans le secteur de Tokyo a incité les organisateurs à revoir leurs plans. 

• À lire aussi: J.O.: les Canadiennes joueront pour l’or au soccer

Au Japon, la partie devait se tenir en journée et son déplacement à un moment plus tardif facilitera la tâche des athlètes concernées. Aussi, le duel se déroulera plutôt à Yokohama et non au Stade olympique.

Les prévisions météorologiques indiquent une température d’environ 33 degrés Celsius au milieu de la journée de vendredi à Tokyo. Selon l’agence Reuters, les deux pays impliqués ont contacté le Comité international olympique afin de le convaincre de modifier l’horaire du match.

«Réaliser quelque chose de spécial» 

La rencontre mettra aux prises deux formations toujours invaincues. Les joueuses de l’unifolié ont disposé des Américaines au compte de 1 à 0 en demi-finale. Dans l’autre affrontement du carré d’as, les Scandinaves ont défait l’Australie par un pointage identique.

«Nous savons que c’est une équipe difficile à battre, elles connaissent un bon tournoi jusqu’à maintenant, mais si nous pouvons battre les États-Unis, nous savons que nous pouvons remporter un match contre la Suède. 

«Je suis heureuse parce que je sais ce que cette équipe peut faire et nous désirons rendre notre pays fier et rapporter une médaille d’or à la maison», a affirmé dans un communiqué l’attaquante Nichelle Prince.

«Nous avons franchi tout ce chemin alors nous désirons rentrer à la maison avec la médaille d’or, a déclaré Bev Priestman, entraîneuse-cheffe de l’équipe nationale. 

«L’équipe n’ira pas en finale simplement avec la satisfaction de s’y retrouver et nous contenter de revenir chez nous avec la médaille d’argent. Nous avons un groupe de 22 joueuses qui sont prêtes pour la finale et qui désirent réaliser quelque chose de spécial pour notre pays.»

Pour la première fois de l’histoire, l’équipe canadienne jouera pour une médaille d’or olympique et grimpera sur le podium dans trois Jeux d’affilée.

Rendez-vous avec l’histoire

Gabrielle Carle vit un véritable conte de fées depuis son arrivée au Japon.

Réserviste sur la liste initiale de l’équipe canadienne tout comme c’était le cas à Rio en 2016, la défenseure latérale a disputé trois parties et elle était en uniforme lors de la victoire historique de 1 à 0 face aux Américaines, lundi, qui propulsait l’unifoliée en grande finale.

Elle a aussi affronté le Chili et la Grande-Bretagne. Gabrielle disait ne pas savoir si elle allait affronter la Suède en finale, vendredi.

«C’est vraiment excitant, a raconté Carle. On vit un moment historique. Je réalise que nous sommes en finale, mais c’est plus tard que je vais pleinement réaliser comment c’est gros pour l’équipe et le pays ce que nous avons réalisé. C’est un moment que tout le monde attendait depuis très longtemps.»

En raison des craintes que des joueuses puissent contracter la COVID et en raison de la chaleur suffocante, le CIO a assoupli les règles touchant les réservistes. «Chaque équipe peut faire cinq changements sur son alignement de départ de 18 joueuses, a expliqué Carle. Ces changements m’ont favorisée. J’ai été habillée dans trois parties et joué un peu. Je vis une expérience fort différente de Rio», admet celle qui n’a pas joué contre les Américaines.

Changer la couleur

Après une première victoire en plus de 20 ans contre les représentantes du pays de l’Oncle Sam, les Canadiennes ont-elles déjà gagné leur médaille d’or?

«Le mot d’ordre était de changer la couleur de la médaille après les médailles de bronze des deux derniers Jeux et nous avons réussi en battant les Américaines en demi-finale, mais on ne s’en va pas en finale pour gagner l’argent.»

Médaillées d’argent à Rio, les Suédoises n’ont pas encore connu les affres de la défaite aux Jeux, tout comme le Canada d’ailleurs, qui compte trois victoires et deux verdicts nuls.

Village olympique

Depuis leur victoire en demi-finale, les Canadiennes ont intégré le Village olympique.

«On ne pourrait pas demander mieux, a indiqué Carle qui disputera une dernière saison dans la NCAA avec les Seminoles de Florida State à l’automne. Nous sommes ici depuis trois jours. Depuis le début du tournoi, on s’est promené à la grandeur du Japon.»

Sa coéquipière Ashley Lawrence abondait dans le même sens. «C’est plus réel les Jeux quand nous sommes dans le Village. Les deux premiers jours, on s’est regroupé et nous avons la tête sur la finale. La Suède présente un style semblable au Canada avec un bon jeu collectif et une bonne défensive. De notre côté, on se bat pour chaque balle, nous sommes constantes et notre excellent esprit d’équipe est un atout très important.»

Ce fut long, mais le Comité organisateur, le CIO et la FIFA ont convenu de déplacer le match de la finale.

Prévu à 11 h (heure locale) alors que la chaleur aurait été suffocante, le match aura plutôt lieu à 21 h au stade Yokohama soit à 8 heures vendredi matin au Québec.