Maurice Richard

Crédit : Photo d’archives

Canadiens de Montréal

«Maurice Richard a sauvé la Ligue nationale»

Publié | Mis à jour

En ce mercredi 4 août, les admirateurs du légendaire Maurice Richard peuvent rappeler évidemment les exploits du célèbre Rocket et surtout, le 100e anniversaire de naissance du numéro 9.

L’aîné d’une famille de huit enfants est né à Montréal le 4 août 1921, à une époque où personne ne se doutait qu’il allait devenir une icône de son sport et un symbole de la Révolution tranquille au Québec. 

Au-delà de ses 544 buts en saison régulière et de ses huit coupes Stanley remportées avec le Canadien, Richard a marqué les esprits en étant un artiste à sa façon.

«Le Rocket, dans son sport, était un Beethoven, qui lui aussi ne s’est pas toujours rendu compte de l’adoration que les Québécois lui vouaient. Il a sauvé la Ligue nationale qui allait faire faillite pendant les années noires de la Seconde Guerre mondiale», a notamment écrit Réjean Tremblay dans sa chronique publiée mercredi dans Le Journal de Montréal (à lire ici).

«Il a porté la rage des "Canayens-français" sur ses larges épaules. Lui, l’ancien fraiseur dans une usine, il a mis hors de combat les racistes qui l’insultaient sur la patinoire en le traitant de "damn’d frog" ou de "fucking Pepsi". Colonisé comme on l’était tous, il a fait gagner le "coach" Dick Irvin en endurant ses insultes et ses injures racistes et en canalisant cette humiliation et cette rage sur la patinoire», a aussi rédigé le chroniqueur.