Crédit : AFP

LNH

Le pari des Flyers

Publié | Mis à jour

Les ennuis des Flyers de Philadelphie à la position de gardien ont été largement documentés dans les dernières décennies et l’organisation espère avoir trouvé un filet de sauvetage solide pour pallier tout problème potentiel du côté de Carter Hart.

Celui-ci a peiné en 2020-2021, affichant un taux d’efficacité de ,877 et une moyenne de buts alloués de 3,67. Évidemment, les largesses de l’athlète qui célébrera le 13 août son 23e anniversaire de naissance ont représenté l’une des raisons de l’absence des Flyers en séries. L’entraîneur-chef Alain Vigneault a d’ailleurs misé sur Brian Elliott beaucoup plus souvent que prévu, sauf que le vétéran de 36 ans est désormais un membre du Lightning de Tampa Bay.

Ainsi, le directeur général Chuck Fletcher a osé un pari intéressant: Martin Jones. À 31 ans, il a davantage d’années devant lui qu’Elliott, mais les récentes campagnes n’ont pas été faciles pour l’ancien des Sharks de San Jose. Sa moyenne de 3,28 et son taux de ,896 sont bien éloignées de celles d’un candidat au trophée Vézina. En revanche, un contrat d’un an et de 2 millions $ représente un faible risque. De plus, si Hart flanche à nouveau, Vigneault pourra faire appel à un homme ayant 361 rencontres en carrière à son actif.

«Chaque fois que vous obtenez une source de motivation supplémentaire, ça peut aider. Je connais les attentes placées en moi et elles sont nettement plus élevées que ce que j’ai offert dans les dernières saisons», a-t-il récemment affirmé au quotidien «The Philadelphia Inquirer».

Un allié connu

De son côté, Fletcher croit que la synergie entre Jones et l’instructeur des gardiens Kim Dillabaugh aidera. Les deux hommes ont travaillé ensemble quand le responsable occupait un poste identique au sein de l’organisation des Kings de Los Angeles.

«Je sais qu’il a une relation solide avec Kim, a mentionné le DG. Je crois que Kim connaît son jeu et sent qu’il peut œuvrer avec lui afin de l’aider à revenir au niveau d’autrefois. C’est un gars [Jones] habitué à disputer 60 matchs par année et là, il se retrouvera en duo. Je crois qu’il y aura des occasions de s’entraîner pour peaufiner certains trucs. Parfois, l’opportunité de repartir à neuf et de refaire le plein dans un nouvel environnement est une bonne chose.»

Au plan collectif, il faudra voir si cette acquisition aidera les Flyers à revenir en séries, eux qui évoluent dans une section comprenant les Penguins de Pittsburgh, les Capitals de Washington ainsi que les Islanders de New York. D’autres arrivées, comme celles de Ryan Ellis, Rasmus Ristolainen et Keith Yandle, ne sont pas à dédaigner à cet égard.

«Accéder aux éliminatoires est certes la première étape, a dit Jones. C’est toujours bien d’obtenir quelques-uns de ces joueurs d’expérience sur lesquels vous pouvez compter. Espérons que cela nous permettra d’avancer.»