SÉRIES : Golden Knights vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

4 dossiers sur la table de Marc Bergevin

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, a fait du mieux qu'il pouvait pour colmater les brèches dans sa formation cet été, embauchant notamment David Savard et Mike Hoffman. Mais il est permis de croire que son travail ne fait que commencer.

L'équipe s'est-elle vraiment améliorée par rapport à l'an passé? Des doutes subsistent. De plus, il sera beaucoup plus difficile pour le Tricolore de se qualifier en séries dans la section Atlantique la saison prochaine. 

Dans cet esprit, voici quatre dossiers sur lesquels Bergevin devra travailler d'ici le camp d'entraînement. 

• À lire aussi: Mathieu Perreault revient sur l'incident Evans-Scheifele

• À lire aussi: Corey Perry explique sa décision

Défenseur offensif        

À défaut d’avoir sous la main une bonne traduction de l’expression «puck mover», c’est la formule que nous employons.

On sait que le CH aime ses gros bœufs rendant la vie difficile à l’équipe adverse, surtout en séries éliminatoires, mais pour l’heure, il y a trop de défenseurs présentant le même profil au sein de la brigade.

À moins que Romanov explose la saison prochaine, l’équipe aura besoin d’un arrière au coup de patin fluide, capable de fournir une bonne première passe et d’appuyer l’attaque. Bref, un joueur dans la moule d’Erik Gustafsson... mais plus stable que ce dernier dans son territoire.

Le Kraken de Seattle ne voudra probablement pas céder le défenseur Vince Dunn. Or, c’est exactement le genre de joueur qui aiderait le CH. 

Joueur de centre d’expérience        

Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi, Jake Evans, Cédric Paquette. Si la saison commençait demain, les joueurs de centre du Tricolore auraient 24 ans en moyenne. C’est jeune. Très jeune. 

Le départ de Phillip Danault force Kotkaniemi à passer à la prochaine vitesse. Le numéro 15 composera avec beaucoup de pression en 2021-2022, parti comme c’est là. 

Un vétéran fiable avec beaucoup de vécu dans la Ligue nationale de hockey pourrait stabiliser la ligne de centre et permettre aux jeunes de souffler. Et si Evans prouve qu’il peut vraiment accepter les responsabilités de Danault, rien n’empêche Dominique Ducharme de s’ajuster et de laisser de côté ledit vétéran. 

Une option intéressante sur le marché des joueurs autonomes sans compensation est Tyler Bozak. Le droitier de 35 ans a gagné la coupe Stanley avec les Blues de St. Louis en 2019. En 31 matchs avec la formation du Missouri la saison dernière, Bozak a amassé 17 points, dont cinq buts. 

Le contrat de Kotkaniemi  

Marc Bergevin a deux choix : il offre le fameux contrat de transition à Kotkaniemi, mais coure le risque de devoir lui verser beaucoup d'argent dans quelques années s'il prend finalement son erre d’aller. Ou il prend un pari en lui faisant signer un contrat dont le montant est supérieur à sa valeur actuelle, avec l’espoir de faire des économies importantes à long terme. Des économies providentielles quand on sait que Cole Caufield et Suzuki devront éventuellement passer à la banque. 

Avec Alex Galchenyuk à l'époque, Bergevin avait opté pour une entente de deux ans puis une autre de trois ans. Est-ce un signe qu'il privilégie le contrat «passerelle» lorsque des incertitudes persistent?

Notons qu'Artturi Lehkonen et Ryan Poehling devront également s'entendre avec l'organisation cet été à titre de joueurs autonomes avec compensation. 

Rester à l’affût du dossier Jack Eichel         

Règle générale, les joueurs de centre de 24 ans qui comptent déjà 355 points en 375 matchs dans la LNH ne sont pas disponibles. Malgré les risques encourus, les Canadiens ont le devoir de s’informer. 

Beaucoup de choses ont été dites au sujet de l’Américain et de son comportement discutable, mais la réalité est que tout joueur évoluant à Buffalo voit sa réputation prendre un sérieux coup. Pour Ryan O’Reilly, par exemple, quitter les Sabres s’est avéré une bénédiction. Et on pourrait en dire autant de Taylor Hall. 

Bien que les demandes des Sabres semblent assez élevées, le CH dispose d’éléments qui ne sont pas donnés à toutes les équipes : de l’espace sur la masse salariale, de bons espoirs et de jeunes joueurs prometteurs en Kotkaniemi et Romanov.