Crédit : SIMON CLARK/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

«Un sentiment de retour à l’université» -Pierre-Luc Caron

Publié | Mis à jour

S’il a déjà gagné la Coupe Grey avec les Stampeders de Calgary en novembre 2018, le vétéran Pierre-Luc Caron sent qu’il effectue un retour dans un passé plus lointain en constatant le nombre de joueurs francophones présents au camp d’entraînement des Alouettes de Montréal.

«J’ai un sentiment de retour à l’université», a-t-il décrit, jeudi, en visioconférence.

À l’entraînement, Caron travaille notamment avec les botteurs Félix Ménard-Brière et David Côté, qui ont d’ailleurs chacun réussi des placements de 56 verges, jeudi matin.

Globalement, l’idée n’a pas de quoi déplaire à Caron, au contraire, lui qui avait d’ailleurs remporté deux fois la Coupe Vanier avec le Rouge et Or de l’Université Laval, en 2012 et 2013.

«Je garde un souvenir particulier du championnat de 2012 contre McMaster, à Toronto, a noté Caron. Cette année-là, la Coupe Vanier était présentée deux jours avant la Coupe Grey au Rogers Centre.»

Depuis son départ du Rouge et Or, l’athlète de 27 ans n’a jamais cessé de vivre de belles expériences. Il a d’abord atteint deux fois la finale de la Coupe Grey avec les Stampeders, en 2016 et 2017, avant de finalement triompher l’année suivante.

«Les botteurs avaient connu un très bon match et j’en retire une grande fierté», a résumé le spécialiste des longues remises, en se souvenant de la victoire de 27 à 16 de Calgary face au Rouge et Noir d’Ottawa en 2018.

Au-delà des multiples dégagements, le botteur René Paredes avait notamment réussi deux placements, en deuxième demie, pour sceller l’issue de cette rencontre.

Beaucoup d’expérience

Naturellement, Caron espère maintenant que les Alouettes pourraient profiter de son expérience. Il rêve d’aider le club montréalais à remporter un premier championnat depuis 2010.

À sa position, il succédera logiquement au Québécois Martin Bédard qui a annoncé sa retraite du football à 37 ans, le 1er juillet dernier.

«Je m’attendais à une compétition à l’interne avec lui, a indiqué Caron, qui affirme avoir discuté avec Bédard au moment où ce dernier a annoncé qu’il accrochait ses crampons. Le compétiteur en moi était un peu déçu que Martin annonce sa retraite.»

Le jeune voue un grand respect pour celui qui l’a précédé au poste de spécialistes des longues remises. Il souligne aussi avoir eu comme inspiration le Montréalais Randy Chevrier.

Au camp des Alouettes, le Québécois Alexandre Gagné en est un autre qui s’entraîne sur les longues remises, mais celui-ci risque plutôt d’être utilisé sur les unités spéciales.

«Mon objectif a toujours été le même: je compétitionne surtout contre moi-même», a conclu Caron.