Repêchage de la LNH

Trevor Timmins vise le coup de circuit

Publié | Mis à jour

Même si la pandémie de COVID-19 a eu un impact non négligeable sur le recrutement pour les équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH), Trevor Timmins croit que la situation permettra au Canadien de Montréal de frapper quelques coups de circuit.

Au Canada, le travail des recruteurs a en effet été compliqué par des saisons écourtées dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et la Ligue de l’Ouest (WHL), tandis que la campagne a été simplement annulée en Ontario. La NCAA et les différentes ligues en Europe ont également été touchées par la pandémie.

Voyez ci-dessus le point de presse de Trevor Timmins la veille du premier tour du repêchage.          

«Avec le type de saison et le manque de couverture pour certaines ligues, nous sentons que nous pouvons frapper des coups de circuit tout au long du repêchage. C’est ce que nous allons essayer de faire, a lancé le directeur général adjoint du Canadien de Montréal Trevor Timmins, en vidéoconférence jeudi. 

«Nous sentons que certains espoirs vont glisser dans des cracs. Certains pourraient même ne pas être repêchés cette année, l’être l’année prochaine et atteindre la LNH. C’est ce avec quoi nous devons négocier.»

Une finale qui complique les choses     

Par ailleurs, le parcours du Tricolore jusqu’en finale a certes été excitant pour les partisans, mais il a drastiquement augmenté la charge de travail des recruteurs. Le CH fera face à plus d’incertitude puisque 29 joueurs seront sélectionnés avant que l’équipe n’obtienne son premier droit de parole.

«Nous regardons cela et nous passons du 16e choix au 30e en première ronde. On passe du milieu des rondes à la fin des rondes. Ça fait une grosse différence. Ce qui arrive, c’est que tu regardes un groupe d’espoirs totalement différent, et beaucoup plus gros, parce que tu ne peux être certain de ce que feront [les équipes] avant vous.

«C’est plus de travail. Nous l’avons fait et nous sommes prêts. Nous croisons les doigts; nous allons avoir besoin d’aide [au fil de la première ronde].»

Plus tôt, le directeur général Marc Bergevin avait lui aussi effleuré le sujet de l’encan amateur. Il s’est dit ouvert à utiliser des sélections pour améliorer l’équipe tout au long du repêchage.

«De notre part, on est à l’écoute pour améliorer l'équipe avec un échange en donnant des choix. Pour les autres clubs, c’est difficile à dire pour le moment», a-t-il analysé.