BBA-BBN-BBO-SPO-TEXAS-RANGERS-V-TORONTO-BLUE-JAYS

Crédit : AFP

François Paquet

MLB: les honneurs de mi-saison

MLB: les honneurs de mi-saison

François Paquet

Publié 19 juillet
Mis à jour 19 juillet

Avec le match des étoiles maintenant derrière nous, il est temps de jeter un œil sur les plus méritants de la première tranche du calendrier. 

Si la saison se terminait aujourd’hui, voici qui seraient mes gagnants des différents honneurs.

Ligue Nationale

Gérant de l’année : Gabe Kapler – Giants de San Francisco

Il y a plusieurs bons candidats, mais il n'y a aucun doute que Gabe Kapler des Giants serait mon choix. Déjà qu’il ne faisait pas l’unanimité lors de son embauche il y a deux ans, Kapler dirige les Giants et son personnel de lanceurs de main de maître. De se retrouver au premier rang à ce stade-ci de la saison était inimaginable, surtout avec la présence des Dodgers et des Padres dans leur division.

Recrue de l’année : Trevor Rogers – Marlins de Miami

Si vous connaissez Trevor Rogers, vous savez qu’il a été un choix de premier tour des Marlins, donc qu’il avait un énorme potentiel. Mais si vous l’avez vu lancer quelques manches l’an passé avec les Marlins alors qu’il avait conservé une moyenne de 6,11 en sept départs, vous ne croiriez pas que c’est le même lanceur. Et comme il n’avait pas assez lancé dans les majeures, il a conservé son statut de recrue et sa progression fulgurante fera de lui la recrue de l’année.

Cy Young : Jacob deGrom – Mets de New York

C’est le trophée le plus facile à remettre jusqu’ici, parce que les performances de Jacob deGrom sont dans une classe à part. Il est même plus dominant que Bob Gibson en 1968, qui avait terminé la saison avec une moyenne de 1,12 et qui avait forcé le baseball majeur à abaisser le monticule pour donner une meilleure chance aux frappeurs et un spectacle plus offensif pour les amateurs. Seulement une blessure à long terme pourrait empêcher deGrom de repartir avec cet honneur.

Joueur par excellence : Jacob deGrom – Mets de New York

Il y a certainement quelques candidats intéressants chez les joueurs de position, mais aucun ne se démarque assez pour dire qu’il en fait plus pour son équipe que Jacob deGrom. Et avec le fait que les Mets sont en tête de leur division, deGrom mérite encore plus ce titre, même s’il lance seulement une fois aux cinq jours. Une domination de la sorte ne se reverra pas de sitôt, mais il doit revenir en santé très bientôt.

Ligue Américaine

Gérant de l’année : Alex Cora – Red Sox de Boston

Tout le monde savait qu’Alex Cora était un excellent gérant, mais ce qu’il fait cette année est du pur génie. De prendre cette équipe en transition, surtout sur la butte, et d’en faire une des meilleures des majeures est tout un exploit. Il y aura certainement plusieurs journalistes qui ne voteront pas pour lui à la suite de sa suspension l’an passé pour son rôle dans le scandale des vols de signaux des Astros en 2017, mais je pense qu’il mérite de gagner. Et ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de compétition, parce que Dusty Baker (Houston), Tony LaRussa (Chicago), Terry Francona (Cleveland) et Kevin Cash (Tampa Bay) vont aussi récolter leur part de votes.

Recrue de l’année : Adolis Garcia – Rangers du Texas

Ce n’est pas la recrue atypique, puisqu’il a déjà 28 ans. Il est passé sous le radar de plusieurs équipes, mais il semble vraiment avoir trouvé sa place chez les Rangers du Texas, en reconstruction. Il est solide dans toutes les facettes, mais il peut parfois frustrer son gérant avec son trop-plein d’agressivité. Une copie conforme de Yasiel Puig, lui aussi un Cubain, avec une meilleure attitude, mais autant de talent.

Cy Young : Gerrit Cole – Yankees de New York

Si la décision est facile dans la Ligue Nationale, c’est une tout autre histoire dans la Ligue Américaine. J’ai longtemps hésité entre Gerrit Cole et Lance Lynn des White Sox de Chicago. Cole, des Yankees, était le favori depuis le début de la saison, mais il a grandement ralenti dans les dernières semaines, son nom étant associé aux lanceurs qui seraient le plus touchés par les nouvelles règles sur les produits collants. Il a cependant connu un dernier départ phénoménal avant la pause du match des étoiles face aux Astros et a semblé prouver qu’il pouvait être encore un lanceur dominant, même s’il a perdu certains avantages. Mais il devra continuer de bien faire, parce que Lance Lynn des White Sox n’est pas loin derrière.

Joueur par excellence : Ex aequo entre Vladimir Guerrero – Blue Jays de Toronto et Shohei Ohtani – Angels de Los Angeles

Il y a de fortes chances que le débat revienne encore. Est-ce que c’est le joueur par excellence ou le joueur le plus utile à son équipe? Au rythme où vont les choses, Ohtani va remporter ce titre parce qu’il est en train d’accomplir quelque chose d’assez incroyable. Mais si les Jays participent aux séries et que les Angels finissent sous la barre des ,500, est-ce que ces mêmes journalistes voteront quand même pour Ohtani? Ce ne serait pas mon cas, parce que je voterais pour celui qui a mené son équipe au plus grand nombre de victoires. C’est fantastique et historique ce que fait Ohtani, mais je pense que Guerrero fils le mérite autant, peut-être même plus si les Jays font les séries.