SPO-HOCKEY-CH-BILAN

Crédit : Capture d'écran, TVA Sports

Repêchage d'expansion

Les directeurs généraux furieux contre Marc Bergevin

Publié | Mis à jour

Intelligente? Téméraire? Imprudente? Arrogante? Carrément déplacée?

L’approche de Marc Bergevin en marge du repêchage d’expansion de la Ligue nationale de hockey (LNH) est loin de faire l’unanimité, tant chez les amateurs que... chez les autres directeurs généraux du circuit.  

Ne voulant pas prendre le risque de perdre Jake Allen aux mains du Kraken mercredi, le DG des Canadiens a choisi de le mettre sur sa liste de protection, s’assurant ainsi qu’il ne bougerait pas de Montréal. Semble-t-il que Seattle demandait un choix de premier ET de troisième tour pour ne pas sélectionner Allen advenant un scénario où il aurait été rendu disponible par Bergevin. Ce dernier trouvait visiblement ce prix trop élevé et a donc décidé de protéger son cerbère auxiliaire. 

Jake Allen est donc à l’abri. Hallelujah! Mais il y a un gros, voire un immense «mais». 

En protégeant son gardien no 2, Bergevin n’avait pas le choix de laisser... Carey Price disponible. Le no 31 lui ayant signifié qu’il acceptait de lever sa clause de non-échange, le directeur général du CH avait toute la latitude voulue pour procéder ainsi. 

«Mais qu’est-ce que c’est que cette mascarade? Pourquoi prendre une décision de ce type? C’est n’importe quoi», ont alors lancé en cœur 99,9% des partisans de l’équipe. 

En fait, Marc Bergevin semble croire que l’âge de Price (il aura 34 ans en août) et la configuration de son contrat suffiront à convaincre les dirigeants du Kraken de passer leur tour sur le portier. Carey doit notamment toucher un généreux boni de 11M$ avant le début de la prochaine saison. Il a aussi un impact salarial de 10,5M$ pour les cinq prochaines années.

Ça joue du coude  

Pierre LeBrun a toutefois mis le feu aux réseaux sociaux dimanche, affirmant sur Twitter que les décideurs du Kraken songeaient sérieusement à sélectionner Price malgré son imposante entente.

Après tout, le gardien demeure l’un des gardiens les plus dominants du circuit et il y a un lien local et naturel entre la ville de Seattle et lui. 

L’intervention de LeBrun a donc relancé le débat : la décision de Marc Bergevin était-elle, finalement, si bien calculée que ça? 

Eh bien semble-t-il que le DG avait une autre carte dans sa manche. En début de soirée, dimanche, Frank Seravalli révélait que Carey Price allait possiblement rater une bonne partie de la prochaine saison en raison d’une blessure à une hanche ET d’une blessure à un genou. Il doit d’ailleurs rencontrer un médecin du côté de New York dans les prochaines heures et le spécialiste déterminera alors si Price doit être opéré ou non. 

Mais le Kraken doit révéler l’identité des joueurs de son équipe mercredi et les résultats des examens de Carey Price ne seront toujours pas connus à ce moment-là. Marc Bergevin était assurément au courant et a, fin renard, décidé d’utiliser cet aspect à son avantage. 

Et c’est pour cette raison, rapporte Elliotte Friedman de Sportsnet, que plusieurs directeurs généraux lui en veulent énormément.

«Certaines équipes sont en ébullition, se plaignant que les Canadiens utilisent Price et Weber pour tourner en dérision le processus d’expansion». 

Après la stratégie controversée utilisée en séries par le Lightning (masse salariale), voilà que celle de Marc Bergevin pour ce repêchage d’expansion passe difficilement auprès des autres formations du circuit Bettman.