Crédit : Photo AFP

Cyclisme

Les yeux rivés sur les Champs-Élysées

Publié | Mis à jour

Après avoir pris part à la course contre-la-montre samedi, Hugo Houle (Astana-Premier Tech) et Guillaume Boivin (Israel Start-Up Nation) sont fébriles à l’idée de franchir le fil d’arrivée sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris.

«C’est un long trois semaines et on passe à travers différentes gammes d’émotions. Il y a énormément de coureurs qui n’auront pas réussi à rallier Paris et j’aurai réussi à rester sur le vélo en santé. Plus on s’approche de la fin, plus on pense à l’arrivée», a mentionné Hugo Houle à Sportcom, lui qui participe à un troisième Tour de France consécutif.

La 20e étape de samedi a été le deuxième contre-la-montre de l’événement après celui présenté lors de la cinquième étape. Pour Hugo Houle, il s’agissait aussi d’une bonne préparation en vue des Jeux olympiques de Tokyo.

«J’ai poussé la machine à fond. C’était une bonne opportunité de me tester en fin de tour, où l’organisme est fatigué et c’était intéressant d’aller chercher de l’information sur la puissance que je peux générer», a-t-il fait savoir. L’athlète de Sainte-Perpétue a conclu en 29e place (+2 minutes 33 secondes), sous une chaleur qui risque de se faire ressentir à Tokyo également.

«Ç’a bien été dans l’ensemble, j’ai eu un peu de difficulté à prendre mon rythme au départ, dans les trois ou quatre premiers kilomètres, puis j’ai bien débloqué par la suite. J’ai manqué un peu de puissance, mais je pense que ça s’explique par la fatigue. J’ai eu de bonnes sensations en général.»

Le Belge Wout van Aert (Jumbo-Visma) a été le plus rapide à compléter le parcours de 30,8 kilomètres grâce à un chrono de 35 min 53 s. Il a devancé les Danois Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step, +21 secondes) et Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma, +32 secondes).

Vainqueur du premier contre-la-montre, Tadej Pogacar (UAE-Emirates) a cette fois-ci pris le huitième rang et conserve néanmoins une confortable avance de 5 minutes 20 secondes au classement général. Détenteur du maillot jaune depuis la neuvième étape, le Slovène de 22 ans se trouve ainsi en excellente posture pour être couronné champion d’un deuxième Tour de France de suite.

Finir en force pour un ami

Guillaume Boivin a quant à lui conclu au 124e rang de la course contre-la-montre. Avec une seule étape à parcourir, le Québécois estime que son premier Tour de France aura été long, mais aura tout de même passé vite. Selon lui, la constante nervosité des cyclistes est ce qui distingue la Grande Boucle du Giro et de la Vuelta.

«La plus grande différence avec les autres grands tours est le stress dans le peloton, c’est énorme. Les enjeux sont tellement grands pour les coureurs et pour les équipes, c’est vraiment la guerre chaque jour», a-t-il précisé.

Boivin aura une motivation supplémentaire dimanche à l’occasion de la 21e et toute dernière étape qui sera disputée sur 108 kilomètres. Son coéquipier André Greipel a annoncé en début de journée qu’il prenait sa retraite à la fin de la saison. Âgé de 39 ans, le cycliste allemand a connu une brillante carrière en remportant notamment onze étapes au Tour de France, sept au Tour d’Italie et quatre au Tour d’Espagne.

«On termine ça sur les Champs-Élysées et ça va être un beau moment, surtout une dernière chance avec Greipel pour essayer d’aller chercher la victoire et finir ça en beauté, a affirmé le Montréalais. Je parle pour moi, mais je suis très motivé de faire une belle dernière étape sur la plus belle avenue au monde pour un grand champion et un ami comme André.»