Boxe

Junior Ulysse corrige David Théroux

Publié | Mis à jour

À son premier gala devant des spectateurs depuis février 2020, Eye of the Tiger Management a livré un sans-faute, vendredi soir, au Centre Gervais Auto.

Il faisait bon de voir des spectateurs et de les entendre durant les combats. Même s’ils ont dû porter un masque durant toute la soirée alors qu’ils étaient assis avec distanciation sociale. 

C’est mieux que rien. Le protocole sanitaire mis en place par le promoteur Camille Estephan a respecté à la lettre les normes de la Santé publique. Par contre, il est maintenant temps qu’il obtienne des assouplissements pour ses prochains galas.

«Ce fut une belle soirée, a indiqué Camille Estephan après le gala. On a eu 1142 spectateurs. On aurait voulu en avoir plus, mais juillet n’est pas un bon mois pour la boxe avec les vacances.

«Il y avait une belle ambiance. Mes boxeurs ont apprécié leur présence dans les gradins.»

Les autorités fédérales de Santé publique doivent permettre la venue de boxeurs étrangers au Québec. La qualité du spectacle en dépend. On n’a rien contre les combats locaux, mais ils ont atteint leur limite.

Estephan, épaulé par son avocat Anthony Rudman, va amorcer des négociations dans les prochains jours pour son événement du 25 septembre. Erik Bazinyan, Christian Mbilli et plusieurs autres pourraient voir de l’action.

«On se croise les doigts afin qu’on puisse faire venir des adversaires américains. Ça nous permettrait de monter une super carte.»

Ulysse sans compromis 

En finale de l’événement, Yves Ulysse jr a livré une autre performance sans bavure alors qu’il a battu David Théroux par knock-out technique au cinquième round.

Le Montréalais (20-2, 10 K.-O.) a fini le travail avec une solide droite qui a fait plier Théroux. À genoux, le pugiliste de Sorel-Tracy a vu son entraîneur Rémy Lesacq mettre fin au combat pour sa sécurité. Une bonne décision.

C’était la deuxième fois du combat que Théroux visitait le plancher. Dès le deuxième round, Ulysse l’avait surpris avec un double direct.

Ulysse n’a jamais été inquiété durant cet affrontement. Grâce à sa vitesse et à sa précision, il a encore une fois démontré son immense talent.

«J’ai un immense respect pour David qui est une personne que j’apprécie, a indiqué Yves Ulysse jr. Il a été mon partenaire d’entraînement à plusieurs reprises au cours de ma carrière.

«Pour la suite des choses, je vais attendre une date et un adversaire. Je serai prêt.»

Autres combats 

En demi-finale, Clovis Drolet (13-1, 9 K.-O.) a gagné un duel à saveur locale. Le boxeur de Beauport a signé une victoire par arrêt de l’arbitre au troisième assaut contre Danyk Croteau (5-4, 3 K.-O.).

Après avoir subi sa première défaite chez les professionnels, Raphaël Courchesne (9-1, 4 K.-O.) a rebondi en l’emportant avec un knock-out percutant contre l’Ontarien Larone Whyte (6-5, 5 K.-O.).

Le Maskoutain a mis fin au combat dans les premières secondes du cinquième round. Après avoir lancé un jab, il a envoyé Whyte au pays des rêves avec un puissant crochet de gauche.

À son deuxième combat professionnel, Alexandre Gaumont (2-0, 1 K.-O.) n’a pas fait traîner les choses. La fierté de Buckingham l’a emporté par knock-out dès le premier round contre l’Albertain Olivier Tshitumba (1-2, 1 K.-O.).

À ses débuts pros, Zachary Adu-Fleurent a remporté une victoire par décision unanime contre l’Ontarien Dylan Rushton (40-36, 39-37 x 2). Il ne faut pas oublier non plus le triomphe à sens unique de Thomas Chabot contre Pierre-Michel Paré.