Alouettes 24 oct

Crédit : Chantal Poirier / JdeM

Alouettes de Montréal

Le rôle accru de Luc Brodeur-Jourdain

Publié | Mis à jour

Luc Brodeur-Jourdain en est à ses premiers pas dans le rôle d’entraîneur de la ligne offensive, mais déjà, il affiche ses couleurs.

L’ancien joueur des Alouettes de Montréal ne cache pas que ses nouvelles fonctions requièrent beaucoup d’efforts et de préparation, en plus des nombreuses réunions et de la nouvelle philosophie qu’il souhaite inculquer aux joueurs sous sa gouverne.

• À lire aussi: Alouettes: décisions déchirantes en vue

• À lire aussi: Alouettes: l'ancien joueur Michael Soles est décédé

«Lorsque tu veux changer les habitudes de certains joueurs, tu dois, premièrement, expliquer le pourquoi de la chose, mais aussi, développer différents exercices à appliquer, a-t-il expliqué, déjà sans voix après trois jours du camp d’entraînement, durant une vidéoconférence, mardi.

«Le but également, c’est de leur permettre de pouvoir se reposer, reposer leurs jambes, être prêt pour la pratique du lendemain et favoriser le plus possible leur compétitivité et leur potentiel de succès.»

Bien enseigner

«LBJ» a passé 12 saisons sur le terrain en tant que joueur des Moineaux. Il utilisera cette expérience et ses connaissances acquises durant ce temps pour passer son message et transmettre son savoir.

«Dès que tu es dans une situation pédagogique, que tu es un pédagogue, que tu essaies de démontrer, de partager tes connaissances, tu dois le faire avec passion, avec entrain, avec enthousiasme et avec un sourire, et de montrer à quel point c’est important pour toi, a ajouté Brodeur-Jourdain. Lorsqu’on sent que c’est important pour une personne, qu’elle s’est préparée et que c’est clair, les gens autour d’elle ont tendance à vouloir apprendre ce qu’elle veut véhiculer, partager.»

Un entraîneur près de ses joueurs

Brodeur-Jourdain sait mieux que quiconque ce que les membres de la ligne à l’attaque peuvent vivre après avoir vécu la même chose pendant tant d’années.

Ce facteur permettra au Québécois de demeurer près de ses joueurs, une facette de sa façon de faire qu’il ne veut pas changer. D’ailleurs, il accepte bien l’étiquette de «player’s coach» que lui a attribuée son bon ami Kristian Matte, lui qui joue toujours pour l’organisation montréalaise après l’avoir rejoint en 2010. Toutefois, Brodeur-Jourdain veut redéfinir cette étiquette.

«L’étiquette du "player’s coach" a longtemps été appliquée à dire : "il prend ça ["relaxe"], il comprend ce qu’on vit", a dit Brodeur-Jourdain. Je comprends ce que les joueurs vivent, parce que ça ne fait pas très longtemps que j’ai été dans ces souliers-là. Mais je considère que quand j’étais un joueur, j’étais extrêmement exigeant envers mes coéquipiers.»

«En tant qu’entraîneur, la dynamique que je veux avoir, c’est une relation personnelle avec mes joueurs. Je ne peux pas être le type d’entraîneur qui dit que c’est une "business". Ce n’est pas une "business", selon moi. Quand t’es joueur, tu joues au football parce que t’aimes ce sport, tu veux continuer à jouer le plus longtemps possible. Qu’est-ce que tu construis au travers de toute ton expérience? Ce sont des relations humaines durables et non pas juste des signes de piastre.»

Brodeur-Jourdain en sera à sa première saison dans ses nouvelles fonctions, lui qui agissait à titre d’adjoint à l’instructeur de la ligne offensive Paul Dunn depuis sa retraite de joueur, en 2019.