Crédit : AFP

Euro 2020

Euro: 22 joueurs au crible avant la finale

Publié | Mis à jour

Âge, club, nombre de sélections, match-clé et déclaration marquante pendant l'Euro: les 22 joueurs probables de l’Angleterre et de l’Italie passés au crible avant la finale dimanche à Londres. 

Voyez la finale de l'Euro entre l'Italie et l'Angleterre à TVA Sports et sur TVA Sports direct dès 14h, dimanche.

ANGLETERRE 

Gardien

Jordan Pickford, 27 ans (Everton, 37 sélections)

Le match: Angleterre-Allemagne (2-0) en huitième de finale. Ses arrêts à 0-0 devant Timo Werner et Kai Havertz, puis sa bonne sortie à 1-0 face à Thomas Müller ont été des tournants dans la première victoire depuis 55 ans en tournoi contre cet adversaire.

La déclaration: « Quand tout le monde travaille dur, il n'y pas de meilleure sensation que de ne pas prendre de but », avant le quart de finale contre l'Ukraine.

Défenseurs

Kyle Walker, 31 ans (Manchester City, 60 sélections)

Le match: Angleterre-Danemark (2-1 a.p.) en demi-finale. Dans un tournoi très solide, où il s'est distingué par ses qualités de vitesse, son physique et ses interventions propres, le joueur le plus âgé du groupe a totalement étouffé le piston gauche adverse Joakim Maehle, l'une des révélations du tournoi.

La déclaration: « Nous devons tous chérir ce moment, mais nous devons tous nous concentrer. Il ne reste qu'un pas à faire pour écrire l'histoire et recevoir la reconnaissance que l'on mérite », avant la finale.

John Stones, 27 ans (Manchester City, 48 sélections)

Le match: Angleterre-Ecosse (0-0), deuxième match du groupe D. Dans un match très fermé et où l'Angleterre a souffert, John Stones est passé tout près d'être le héros, mais sa tête à la 12e minute sur corner a été repoussée par le poteau.

La déclaration: « (L'Italie a) de très bons attaquants et d'excellents joueurs. Mais je ne fais pas d'insomnies pour autant », avant la finale, dimanche.

Harry Maguire, 28 ans (Manchester United, 36 sélections)

Le match: Angleterre-Danemark (2-1, a.p.) en demi-finale. Avec 13 duels gagnés, dont 9 aériens et 5 interceptions, mais aussi une grosse occasion de but à la 55e, il a été le « roc » d'une équipe où il prend de plus en plus d'importance.

La déclaration: « Ce groupe de joueurs ne se contentera pas d'une demi-finale, on veut aller plus loin », après la victoire (4-0) contre l'Ukraine en quart de finale.

Crédit photo : AFP

Luke Shaw, 25 ans (Manchester United, 15 sélections)

Le match: Angleterre-Ukraine (4-0) en quart de finale. Très précieux sur la gauche, il délivre deux passes décisives pour les têtes de Maguire et Kane, après avoir déjà offert l'ouverture du score à Sterling contre l'Allemagne au tour précédent.

La déclaration: « Cette expérience est la plus belle et je voudrais qu'elle ne termine jamais », avant la demi-finale contre le Danemark.

Milieux

Declan Rice, 22 ans (West Ham, 23 sélections)

Le match: Angleterre-Allemagne (2-0) en huitième. Averti dès la 8e minute dans ce match à fort enjeu, il a su se maîtriser, ne commettant aucune autre faute, tout en restant efficace avec 4 tacles, 3 interceptions et 95% de passes réussies.

La déclaration: « La bataille du milieu sera décisive (contre l'Italie) et je peux vous assurer qu'on y sera dix fois plus préparés qu'eux », avant la finale.

Kalvin Phillips, 24 ans (Leeds, 14 sélections)

Le match: Angleterre-Croatie (1-0) pour le premier match du groupe D. Pour sa 9e sélection seulement, il est lancé dans le grand bain par Gareth Southgate face aux vice-champions du monde. Il éclabousse le match de sa classe, donnant la passe décisive sur l'unique but à Sterling et faisant honneur à son surnom de « Pirlo du Yorkshire ».

La déclaration: « Une fois sur le terrain, pour qui tu joues ou depuis combien de temps n'a plus d'importance. Tout ce qui compte, c'est que je batte cette personne et qu'elle sache que je suis assez bon pour rivaliser », avant la finale.

Bukayo Saka, 19 ans (Arsenal, 8 sélections)

Le match: Angleterre-Danemark (2-1, a.p.) en demi-finale. Devenu titulaire au détriment de Phil Foden, Jadon Sancho ou Marcus Rashford, Saka devient le plus jeune joueur anglais à disputer une demi-finale d'un tournoi majeur. Une occasion qu'il fête en donnant la « passe décisive » sur l'égalisation, même si le but a été accordé à Simon Kjaer contre son camp.

La déclaration: « Je ne sais pas comment je me sentirai le jour-même, mais là, tout de suite, je n'ai peur de personne », avant le huitième contre l'Allemagne.

Mason Mount, 22 ans (Chelsea, 20 sélections)

Le match: Angleterre-Ukraine (4-0) en huitième de finale. Privé de deux matches après avoir dû s'isoler parce qu'il avait été cas contact d'un joueur écossais positif au Covid-19, il revient contre l'Ukraine et délivre notamment la passe décisive pour le dernier but, sur corner.

La déclaration: « On est dans la tanière des lions et il faut entrer et être performant », avant la demi-finale contre le Danemark.

Raheem Sterling, 26 ans (Manchester City, 67 sélections)

Le match: Angleterre-Croatie (1-0). S'il a été décisif contre le Danemark en demie, son but contre les vice-champions du monde a libéré l'équipe et lancé son beau parcours. L'attaquant qui a grandi dans le quartier de Brent, à l'ombre du mythique stade de Wembley, a inscrit les 3 premiers buts anglais du tournoi et donné une passe décisive, mettant au supplice les défenses adverses avec sa vitesse et ses dribbles.

La déclaration: « J'ai toujours dit que si je jouais à Wembley dans une grande compétition, je marquerais. Je devais marquer dans mon jardin et je suis ravi de l'avoir fait », après Angleterre-Croatie.

Crédit photo : AFP

Attaquant

Harry Kane, 27 ans (Tottenham, 60 sélections)

Le match: Angleterre-Allemagne (2-0) en huitième de finale. Très discret lors du premier tour, Kane trouve enfin le chemin des filets en toute fin de match (86e), enchaînant ensuite par un doublé contre l'Ukraine (4-0) et le but de la victoire contre le Daemark (2-1 a.p.) pour égaler le record de Gary Lineker du plus grand nombre de buts marqués par un Anglais en tournoi (10).

La déclaration: « Quand on est anglais et qu'on joue un match dans un tournoi majeur, on a toujours une grosse pression (...) Plus on avance, plus on attend de nous qu'on gagne », avant la demi-finale.

Harry Kane lance les hostilités -

ITALIE 

Gardien

Gianluigi Donnarumma, 22 ans (sans club, 32 sélections)

Le match: Italie-Espagne (1-1 a.p., 4-2 aux t.a.b.) en demi-finale. Solide pendant le match, comme depuis le début du tournoi, le probable futur gardien du Paris SG s'illustre en arrêtant la tentative d'Alvaro Morata aux tirs au but. 

La déclaration: « Les records de (Gianluigi) Buffon, ça motive, ce n'est pas simple mais j'essaierai de les battre », lors du 1er tour.

Crédit photo : AFP

Défenseurs

Giovanni Di Lorenzo, 27 ans (Naples, 12 sélections)

Le match: Italie-Turquie (3-0), en ouverture. Remplaçant pour les débuts des Azzurri, Di Lorenzo entre dès la mi-temps après la blessure au mollet d'Alessandro Florenzi, alors que le score est de 0-0. Il fait parler sa vitesse côté droit et l'Italie s'envole vers sa première victoire.

La déclaration: « J'essaie de mettre en difficulté le sélectionneur », avant le huitième de finale contre l'Autriche.

Leonardo Bonucci, 34 ans (Juventus, 108 sélections, 7 buts)

Le match: Italie-Suisse (3-0), au 1er tour. Son alter ego Giorgio Chiellini se blesse, mais pas de problème: Bonucci connaît la musique, prend le brassard et donne de la voix, véritable deuxième capitaine plus que « vice ». « Chielli » a pu prendre son temps pour se soigner.

La déclaration: « C'est le match le plus difficile que je n'aie jamais joué », après la demie contre l'Espagne. 

Giorgio Chiellini, 36 ans (Juventus, 111 sélections, 8 buts)

Le match: Italie-Belgique (2-1) en quart. De retour de blessure, Chiellini gagne son duel de costauds contre Romelu Lukaku, à l'image d'un Euro où il donne tout, pour ce qui devrait être son dernier grand tournoi avec l'Italie.

La déclaration: « Messi et moi, nous sommes deux gauchers, mais à la technique un peu différente malheureusement... », à un journaliste qu'il lui faisait remarquer qu'ils étaient tous les deux en fin de contrat et officiellement sans club.

Emerson, 26 ans (Chelsea/ENG, 18 sélections)

Le match: Italie-Espagne. Après la grave blessure de Leonardo Spinazzola en quart (rupture du tendon d'Achille), Emerson dispute en titulaire le carré final à Londres, ville où il n'a pas eu l'occasion de briller cette année, peu utilisé à Chelsea. Il souffre mais se met au diapason de l'équipe pour tenir le choc.

La déclaration: « La France était l'un des favoris, et c'est sûr que ça nous a fait plaisir de la voir dehors », après l'élimination des Bleus.

Milieux

Nicolo Barella, 24 ans (Inter Milan, 28 sélections, 6 buts)

Le match: Italie-Belgique. Après un 1er tour moyen, le Sarde, très attendu, monte en puissance dans le choc contre les favoris belges. Son but, où il étale sa technique et sa vitesse d'exécution, met l'Italie sur orbite vers les demies. 

Sa déclaration: « Gigi Riva (champion d'Europe en 1968, ndlr) est un mythe indépassable, mais j'espère rendre fière toute la Sardaigne comme il l'a fait »

Jorginho, 29 ans (Chelsea/ENG, 34 sélections, 5 buts)

Le match: Italie-Espagne, en demi-finale. Difficile de ressortir un match de l'indispensable métronome italien, joueur de champ le plus utilisé. Mais son sang-froid a été salué lors du tir au but décisif contre l'Espagne, au terme d'un match qui a beaucoup sollicité le milieu de Chelsea, vainqueur de la Ligue des champions en mai.

La déclaration: « Le Ballon d'Or? Sincèrement, gagner quelque chose avec des partenaires est bien plus beau », avant les quarts. 

Marco Verratti, 28 ans (Paris SG/FRA, 44 sélections, 3 buts)

Le match: Italie-pays de Galles (1-0), au 1er tour. Arrivé blessé à l'Euro, « Petit Hibou » ne débute qu'au troisième match mais il rassure d'emblée sur l'état de son genou. Jeu simple et passe décisive, il est de retour et renvoie sur le banc Manuel Locatelli, en dépit de son superbe intérim.

La déclaration: « J'ai eu peur de pas y arriver, merci au sélectionneur de m'avoir attendu », avant ce match.

Crédit photo : AFP

Attaquants

Federico Chiesa, 23 ans (Juventus, 31 sélections, 3 buts)

Le match: Italie-Autriche (2-1 a.p.) en huitième. Poussé sur le banc en début d'Euro par un Domenico Berardi en grande forme, l'ailier de la Juve frappe un grand coup en marquant le premier but en prolongation, peu après son entrée, dans un match mal embarqué. Il imite ainsi son père, buteur à l'Euro-96, et gagne un statut de titulaire. 

La déclaration: « Dans un tel tournoi, il n'est jamais trop tard pour entrer », après ce huitième. 

Ciro Immobile, 31 ans (Lazio Rome, 51 sélections, 15 buts)

Le match: Italie-Turquie. L'arme fatale de la Lazio n'avait jamais marqué avec l'Italie à l'Olimpico. Dès le premier match, il corrige l'anomalie en inscrivant le deuxième but. Il récidive contre la Suisse, mais la suite a été plus difficile depuis que l'Italie évolue loin de Rome.

La déclaration: « J'abandonnerais volontiers mes deux buts marqués contre une victoire à l'Euro. Les records me plaisent, mais je préfère la coupe », avant les quarts.

Lorenzo Insigne, 30 ans (Naples, 46 sélections, 10 buts)

Le match: Italie-Belgique. Le lutin napolitain (1,63 m) signe le deuxième but italien, l'un des plus beaux du tournoi, de sa « spéciale »: une frappe enveloppée du pied droit sur laquelle Thibaut Courtois ne peut rien. « Ambianceur » de l'équipe, il fait un grand Euro.

La déclaration: « Nous essaierons de faire tout ce que nous pouvons et d'aller en finale pour lui », après la blessure de Leonardo Spinazzola contre la Belgique.

Une frappe parfaite d'Insigne -