Canadiens de Montréal

Bilan: Bergevin, Ducharme et les joueurs font le point

Publié | Mis à jour

La saison 2020-2021 de la LNH est maintenant chose du passé et c'était l'heure du bilan pour les Canadiens de Montréal, vendredi. Les joueurs et les membres du personnel hockey de l'équipe ont pris la parole avant de prendre des vacances bien méritées.

Tomas Tatar, Carey Price et le capitaine, Shea Weber, ne se sont pas adressés aux médias.  

Voyez les points de presse du jour ci-dessous.

CITATIONS                                                   

MARC BERGEVIN

«Il y avait plusieurs options sur la table pour Joël dont revenir à Laval, ou être assistant à Dominique Ducharme» mais il a choisi l'offre des Ducks.

«La journée que j'ai fait le changement avec Dom, mon intention était de le garder ici à long terme mais c'était important de lui mettre cette étiquette-là comme Dallas l'avait fait l'an passé avec Rick Bowness. (...) mais déjà nous, à l'interne, on croyait en Dominique Ducharme.

«Les dernier 16 mois, la COVID a affecté beaucoup de monde, incluant le monde du sport. (...) les joueurs ont fait un excellent travail. Ça a été dur pour moi, oui.»

Danault et Drouin « on adore Phil, on avait une offre en septembre. Il est dans les plans, c'est certain qu'on aimerait le garder à Montréal. Pour Drouin, c'est très sensible mais les dernières nouvelles que j'ai, il va très bien.»

«Il n'y a aucune chose qui est allée de travers dans le dossier de Joël Bouchard»

Tomas Tatar «veut aller voir ailleurs»

Point de presse intégral de Marc Bergevin -

«Ce n'est pas que les joueurs sur la patinoire qui nous ont amené en finale, ceux qui avaient une attitude positive hors de la formation aussi, Tomas Tatar en était un», n'a rien fait pour nuire à l'équipe pendant qu'il était laissé de côté

«Un des premiers dossiers à régler est celui de Dominique Ducharme»

«Il me reste encore un an de contrat, il n'y a pas de presse de mon côté»

«Le Lightning c'est une très bonne équipe, excellente, pas vraiment de faiblesse. Est-ce qu'on aurait pu mieux jouer, oui, mais l'effort était toujours là et on jouait contre une très bonne équipe.

«Je n'ai aucun reproche à faire à l'équipe, ils se sont battus jusqu'à la fin.»

«Hier soir, je travaillais à remodeler l'équipe pour l'an prochain. On n'est jamais satisfaits.»

DOMINIQUE DUCHARME

Son contrat, son statut: «je vais laisser Marc (Bergevin) répondre à ça. Je pense que ça devrait se régler bientôt.»

«De voir deux personnes partir comme ça... Claude m'avait ouvert la porte et pris un peu sous son aile, démontré beaucoup de confiance.»

Au sujet de Joël Bouchard: «premièrement, on a nos propres affaires à régler, mais c'est certain qu'éventuellement on aimerait ajouter quelqu'un au groupe. C'est quelqu'un que je connais, on a travaillé ensemble, c'est un ami. Mais dans une situation de hockey, on a juste besoin de se regarder et on se comprend. C'est quelqu'un que j'aurais aimé avoir avec nous» mais Bouchard préférait l'opportunité dans l'organisation des Ducks.

«On a eu une belle "run" dans les séries et on veut reprendre ça, l'utiliser de la bonne façon, s'en servir pour être meilleurs et finir le travail.»

«Dans le rôle que j'avais comme assistant, j'avais pas mal à communiquer, à parler au groupe. On avait déjà établi une certaine relation de confiance. Je me suis senti confortable pas mal en partant. La première journée, je me sentais comme un élève qui avait étudié et qui était prêt pour son examen.»

«On peut arriver au camp et (...) prendre un pas de recul et ça devient quelque chose qui joue contre toi.»

«Des gars comme Shea et Corey, je leur avais demandé de venir me voir dans mon bureau. (...) cette confiance-là en notre groupe, en notre façon de faire et comment ces gars-là croyaient que ce qu'on faisait aller payer, c'est qui est arrivé.»

Point de presse de Dominique Ducharme -

«C'était dur (être en quarantaine), tu sens que c'est hors de ton contrôle. En y repensant, je n'ai rien fait pour m'exposer, je suivais les règles. C'était de la malchance. J'étais en quarantaine avec ma copine et elle a été formidable pour m'aider avec ça. (...) J'étais quand même impliqué sans être là physiquement.»

«Ce furent 14 jours qui ont semblé être trois mois.»

«On avait parlé que Bob Gainey était venu. On a quelque chose à l'intérieur qui mesure nos habitudes de travail (...) ça donne un pourcentage et on a un gagnant à tous les matchs. Et le trophée qu'on a bâti, parce que c'est devenu une compétition intérieure, il était relié à Bob Gainey, parce qu'il était quelqu'un qui était difficile à affronter, qui avait de bonnes habitudes. (...) Puis un jour, Bob est venu présenter son propre trophée.»

«KK (Kotkaniemi), si on regarde ses trois saison, on voit une progression. À son âge, il y a beaucoup de joueurs qui n'ont pas un match de joué. Mais c'est de les utiliser de la bonne façon. On aime KK, il a fait de bonnes choses, maintenant c'est à lui de prendre un grand pas vers l'avant (...) on veut qu'il devienne un joueur dominant.»

ERIC STAAL

«C'est décevant en fin de compte, mais je suis fier de tous les gars.»

«Le futur, c'est de rentrer à la maison et d'être un père et un mari (...) décompresser un peu. Il y a des décisions qu'on prendra en famille, ce n'est pas que ce que je veux, mais aussi ce que ma famille veut. Mon expérience en général, ces séries, c'était spécial. Ça signifiait beaucoup pour moi.»

«Porter les couleurs du CH, jouer avec ces gars-là, ces souvenirs vont toujours rester avec moi.»

«Je ne lui ai pas parlé encore (à Marc Bergevin) (...) on verra. Ça vient de finir, là je dois prendre une grande respiration, rentrer auprès de ma famille.»

«Nick (Suzuki) est un joueur formidable. Il a beaucoup maturé dans la dernière année et en séries. Voir comment il se prépare, se présente, ses habitudes. C'est gros. (...) ça a été un plaisir de le connaître, il une bonne tête sur les épaules»

«C'était un bon groupe, de joueurs, de caractères et on ne voulait pas gaspiller ça (...) on a pu voir le momentum changer.»

Avait une blessure au dos à son arrivée à Montréal. Avant les séries, il avait un étirement aux pectoraux qui l'ennuyait pour prendre les mises au jeu.

«Il est similaire à mon frère Jordan: tu gagnes avec des joueurs comme Phil Danault (...) s'il peut rester ici, ils vont être très chanceux de l'avoir.»

Point de presse d'Eric Staal -

COREY PERRY

«J'ai l'intention de jouer l'an prochain. Il y a encore beaucoup de hockey en moi. J'aimerais revenir la saison prochaine et connaître Montréal pour vrai. C'était une année étrange, sans la famille.»

Contrat: «ce sera géré en temps et lieu. C'était un groupe très serré. (...) il y a définitivement un brillant futur ici à Montréal, j'espère en être»

N'a pas parlé réellement avec Marc Bergevin, «mais je lui ai dit que j'aimerais revenir l'an prochain.»

«Perdre contre la même équipe... c'est dur. Tu travailles si dur durant toute l'année et ça s'arrête d'un coup. Mais on va travailler fort durant l'été, revenir et essayer encore.»

«Je ne sais pas s'il y a un souvenir qui se démarque, mais ce club était très proche et c'est une chose dont je me souviendrai toujours.»

Au sujet de Cole Caufield: «il sera un excellent joueur dans cette ligue pendant longtemps, il va compter beaucoup de buts. (...) le voir arriver à 20 ans et être sur une lancée immédiatement, ce n'est pas facile à faire dans cette ligue.»

Au sujet de D. Ducharme: «c'est un vrai coach. Il passe son message (...) tu sais à quoi t'en tenir. Je ne dirai jamais assez de bonnes choses à son sujet.»

«J'ai grandi en soutenant cette équipe (...) c'est meilleur que tout. Ça n'a pas été une saison facile, j'espère que je vais pouvoir expérimenter Montréal pour vrai l'an prochain.»

PERRY_COMPLET -

Voyez le point de presse du gardien Cayden Primeau ci-dessous.

Point de presse de Cayden Primeau -

JAKE ALLEN

«J'ai été amené ici pour faire un boulot (...) j'ai l'impression que je l'ai fait. Évidemment, c'était malheureux de perdre Price sur une blessure et mon travail était de prendre la relève. Et ça s'est bien passé.»

«J'ai hâte de jouer devant un aréna plein l'an prochain.»

«Tu peux sentir la passion de cette équipe. Je sais ce que c'est, j'ai joué ici dans le junior, j'ai regardé des matchs des estrades. La passion est là. (...) on l'a senti de loin cette année.»

Repêchage d'expanson: «je m'attends à jouer pour le Canadien, c'est pourquoi j'ai signé une prolongation de deux ans, mais je sais aussi que c'est une "business".»

«Je ne m'attendais pas à jouer en séries. On a Carey Price.»

«Le banc est vraiment sous contrôle. L'atmosphère qu'il (D. Ducharme) apporte (...) le positivisme. Le sentiment de confiance derrière le banc.»

Point de presse de Jake Allen -

JEFF PETRY

«C'est (Shea Weber) un grand leader, un énorme morceau de notre équipe. On voit ce qu'il apporte chaque jour (...) à la fin de la saison, il était blessé et ça le tuait de ne pas être avec nous. En séries, sachant qu'il jouait blessé... tous les jours, il donnait tout. C'est pour ça que tout le monde est allé le voir après le match.»

«Il a fallu que je "tape" mes deux doigts ensemble, c'était dur de tenir le bâton. Le premier match à Vegas, il a fallu m'ajuster à savoir ce qui marchait, ce qui ne marchait pas. J'aimerais éviter une chirurgie, mais je vais avoir un rendez-vous afin de voir si ça progresse correctement.»

«Arriver en milieu de l'année, c'est dur pour un entraîneur (...) je trouvais qu'il a bien géré notre horaire fou. J'ai l'impression qu'il a tiré le meilleur de chaque joueur et a rapproché le groupe. Il nous a aussi amené à jouer plus dur et à être plus constants.»

«C'est dur à avaler, mais je crois que si on utilise ça de la bonne façon... ce n'est pas garanti qu'on va y revenir (...) tout le monde a envie de revenir et avoir une autre fin. Avoir ce sentiment que Tampa avait de l'autre côté.»

Sa blessure: «un accident bizarre. Tu passes à côté de ces trous-là tout le temps. J'avais juste mis ma main sur la baie vitrée pour m'appuyer (...) l'élan a brisé mon doigt. Je pensais l'avoir disloqué. Je suis rentré au banc et il était croche.»

«On a mis ça dans le plâtre pendant une semaine. C'était douloureux. Le docteur disait qu'on pouvait avoir une chirurgie mais c'était 6-8 semaines et ça aurait fini ma saison. (...) je voulais revenir aussi vite que possible.»

«On aurait aimé jouer devant un amphithéâtre plein, mais de voir les fans dans la rue, c'était formidable.»

«Les chances qu'un tel accident se produise encore sont minces. Bergevin a contacté la ligue et le lendemain, ils mettaient un petit panneau devant. Ils ont réagi rapidement.»

«J'ai juste brisé mon petit doigt. Il est entré dans le trou, s'est tourné. Les yeux, c'est que lorsqu'ils m'ont replacé les doigts, je me suis essentiellement évanoui et ça a fait exploser les vaisseaux sanguins dans mes yeux.»

Point de presse de J. Petry -

PHILLIP DANAULT

«J'étais tellement concentré dans le hockey, je n'ai même pas parlé à mon agent encore pour le futur. Je suis encore dans le moment présent avec les boys.»

«C'était une année tellement spéciale. D'être un des seuls Québécois était la cerise sur le sundae. Ça aurait le fun d'avoir d'autres Québecois (...) de passer en finale à la Saint-Jean, c'était vraiment mémorable comme moment.»

«En tant que Québécois, j'étais extrêmement honoré.»

Histoire du contrat dans les médias: «ça m'a affecté parce que je ne jouais pas mon meilleur hockey. C'était dur mais j'en suis sorti plus fort mentalement et je pense que c'est pourquoi j'ai joué du bon hockey en séries.»

«J'adore Montréal, le Canadien, je vais toujours l'avoir sur le coeur. On est très ouverts (...) Je suis dans le présent, je n'ai pas encore entré dans ces pensées-là-»

Estime que sa performance en séries en dit long sur le joueur qu'il est, ce qu'il peut apporter.

«On dirait que j'ai un rôle spécial, unique. Je n'ai pas de comparable en tête. On dirait que j'ai trouvé le joueur que je suis. Même si je pense que je peux être meilleur offensivement.» 

«J'ai eu des offres pour des commandites de pizza, mais ce n'était pas le moment. Mais j'ai du temps maintenant!»

«Je me souviens dans mon année de contrat il y a trois ans, j'avais eu de la misère aussi (...) je savais que ça allait difficile au début mais il y avait quelque chose en-dedans qui me disait qu'il fallait que je continue»

«Jusqu'à ce que je compte mon premier but, je sentais la pression de devoir me prouver même si je m'étais déjà prouvé (...) ça ne s'est pas terminé avec la coupe Stanley, mais mes séries, c'est un bagage formidable qui va me mener loin, j'ai hâte au futur.»

«Quand on perdait 1-3 contre Toronto, je me suis regardé dans le miroir et je trouvais que je n'en donnais pas assez.»

«Tout le monde sait que je suis très fier d'être des Canadiens. Si je ne l'étais pas, je n'aurais pas joué comme ça en séries. J'aurais pris ça relax en attendant d'être un joueur autonome.»

Point de presse de Phillip Danault -

TYLER TOFFOLI

«Tout le monde a des blessures, ce n'est pas une excuse pour mon manque de production en séries. C'était frustrant.»

Point de presse de Tyler Toffoli -

JOSH ANDERSON

«On a trouvé un moyen de faire les séries et quand tu y es, tout le monde peut gagner. C'est un solide groupe de gars. Ça n'a pas fini comme on le voulait, ça laisse un mauvais arrière-goût. Tu vois des gars comme Shea Weber, Carey Price, leurs visages, c'est vraiment triste.»

«On va ressortir plus fort de ça et revenir. Je crois en cette équipe.»

«C'était difficile avec tous les protocoles (...) On se voyait seulement à l'aréna.»

«Je pense que les joueurs ont vraiment hâte que les choses reviennent à la normale.»

Point de presse de J. Anderson -

PAUL BYRON

«C'est tout ce dont on rêve, se battre pour un championnat.»

«J'aime Montréal, j'aime la ville, les partisans, mettre le maillot tous les jours. Tu entres dans le garage, tu marches, tu vois les photos. Béliveau, Richard, Roy, Carbonneau et tu portes le même maillot qu'eux. J'aime ça ici.»

«Ce fut une année incroyable.»

«Je ne sais pas comment les autres équipes nous voient, mais chaque game, quand tu as un gars comme Carey Price devant le filet, nos défenseurs, tu le sais que ça va être difficile. (...) Même l'an passé dans la bulle, les Penguins avaient peur de jouer contre nous.»

«Avec ces séries, ça va nous donner du respect c'est sûr. Mentalement, ça nous donne beaucoup de confiance aussi.»

Point de presse de Paul Byron -

JOEL EDMUNDSON

«Si tu regardes les équipes qui ont gagné la coupe ces dernières années, ils avaient de gros défenseurs. Tampa Bay en a, on en avait à St. Louis. Tu as besoin de gros gars qui patinent et qui peuvent frapper.»

«On avait beaucoup de nouveaux visages et avec la COVID, on ne pouvait pas passer beaucoup de temps ensemble. Mais au cours de l'année et en séries, on s'est soudés (...) quand tu vas loin en séries, tu veux tout faire pour le gars assis en face et à côté dans le vestiaire.»

«C'est un gars (Gallagher) que tu détestes affronter, mais tu aimes l'avoir dans ton équipe (...) à chaque match il avait une nouvelle blessure ou coupure dans le visage. C'est le genre de gars que tu veux avoir de ton côté.»

«Il (Romanov) a 20 ans et tellement de potentiel. C'est un kid génial (...) il va être un bon joueur dans cette ligue pendant longtemps.»

Point de presse de Joel Edmundson -

JAKE EVANS

Joël Bouchard «a été énorme pour mon développement (...) il voit des choses dans ses joueurs et les pousse à atteindre des buts. Je lui souhaite la meilleure des chances. Je ne serais pas où je suis sans lui.»

Coup de Scheifele: «je veux vraiment passer à autre chose, tourner la page. C'était un moment effrayant, mais c'est le genre de chose dont je ne veux pas parler et passer à autre chose.»

«Je ne pouvais pas croire à quel point on était soudés. (...) il n'y avait pas un seul gars égoïste dans l'équipe. Nous étions tous engagés.»

Point de presse de Jake Evans -

COLE CAUFIELD

«Cette ville a été incroyable et ça ne fait que commencer. Ces partisans méritent une équipe gagnante et on a commencé à leur donner ça (...) leur donner un peu de joie après cette pandémie, c'était bien.»

«Un peu de repos fera du bien, mais je reviendrai aussi vite que je ne le peux»

«Je n'ai jamais joué une saison de 82 matchs (...) je vais me préparer de mon mieux et m'assurer que mon corps sera prêt.»

«Je veux tout améliorer. Chaque jour tu peux t'améliorer, les gars dans cette ligue sont très bons.»

Point de presse de Cole Caufield -

BEN CHIAROT

«Je ne m'attends pas à grand-chose du repêchage d'expansion.»

«Ça rend malade de regarder l'autre équipe célébrer après avoir autant travaillé. T'as un gars comme Shea Weber qui a joué si longtemps, qui travaille si fort. C'est dur de voir un ami dans cette situation.»

«C'est le meneur de l'équipe. Ces individus, on ne les trouve pas partout. Ça vient naturellement pour eux et c'est pour ça qu'on en parle comme un des meilleurs meneurs de la ligue. C'est un gars spécial.»

Point de presse de Ben Chiarot -

NICK SUZUKI

«Ducharme a tenté de tirer le meilleur de nous (...) il me donnait des conseils ici et là pour élever mon jeu à autre niveau.»

«On a joué contre de bonnes équipes en saison, on en a battu des bonnes en séries. On a beaucoup de confiance en notre groupe et quand on va revenir au camp, tout le monde va être affamé.»

«Quand on tirait de l'arrière contre Toronto, on a eu une rencontre d'équipe (...) à ce moment-là, tout le monde a puisé dans ses ressources.»

«On fait face à une tonne d'adversité, les protocoles, les blessures, l'arrêt COVID, le calendrier (...) on a appris beaucoup sur nous-même, ce qu'on peut faire en tant qu'équipe. On peut jouer contre n'importe et battre n'importe qui.»

«C'était le fun d'apprendre à la connaître et jouer avec lui (Caufield), on s'amuse à l'extérieur de la patinoire (...) c'est un joueur incroyable, il peut tout faire et il s'améliorait à mesure que les matchs passaient.»

Caufield: «si on joue ensemble la saison prochaine, ça va être une bonne saison.»

Jon Cooper lors de la poignée de main: «il m'a dit que j'avais eu une bonne série, que j'ai un bon futur devant moi, mais rien d'autre».

Point de presse de Nick Suzuki -

JOEL ARMIA

«Je pense que je peux toujours m'améliorer, tout le modne le peut, chaque année. Je ne vois pas de truc spécifique sur lequel je vais travailler, ce sera surtout l'ensemble.»

«Je n'ai pas parlé (de contrat) à personne (...) je ne ferme aucune porte.»

«Je veux rentrer à la maison, me reposer un peu et penser à ça après.»

«J'ai aimé jouer avec Perry et Staal, c'était formidable. J'ai adoré ça.»

La COVID en finale: «c'était un peu fou quand j'ai appris que je ne pourrais être avec l'équipe. Tu n'y crois pas. J'étais vraiment heureux de revenir avec l'équipe. Les émotions, c'était des montagnes russes.»

Point de presse de Joel Armia -

JESPERI KOTKANIEMI

«Ce que je retiens, c'est ce qu'on a fait en équipe. Ça n'a pas fini comme on voulait mais on avait un super groupe.»

«Je suis encore jeune, je dois encore améliorer mon patin. On a déjà progressé mais il y a encore de la marge de manoeuvre. C'est là-dessus surtout que je vais me concentrer cet été.»

«J'étais déçu (d'être mis de côté), je voulais être avec les gars, aider.»

Point de presse de Jesperi Kotkaniemi -