Crédit : AFP

Tennis

Wimbledon: Auger-Aliassime et Shapovalov en quarts

Publié | Mis à jour

Grâce à leurs victoires respectives contre Alexander Zverev et Roberto Bautista Agut, Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov ont écrit une page d’histoire du tennis canadien, lundi, au tournoi de Wimbledon.

C’est la première fois de la riche histoire du tournoi londonien que le Canada aura deux représentants lors des matchs quarts de finale chez les hommes. Ils sont les quatrième et cinquième joueurs de l’unifolié à atteindre cette étape. Une première en carrière pour Auger-Aliassime dans un tournoi du Grand Chelem.  

En 2014, Eugenie Bouchard et Milos Raonic avaient réussi l’exploit au cours de la même édition, mais pas dans le même tableau principal.

Pour revenir à Auger-Aliassime, son triomphe en cinq manches (6-4, 7-6 (6), 3-6, 3-6 et 6-4) contre le quatrième favori du tournoi est un haut fait d’armes. Zverev est l’un des meilleurs joueurs de sa génération.

Durant ce duel qui a duré plus de quatre heures, le Québécois a livré du jeu solide, même durant ses points plus difficiles. Il a su résister à la remontée de l’Allemand en remportant la manche décisive.

«C’est un des beaux moments dans ma vie comme personne, a mentionné Auger-Aliassime. À l’extérieur du joueur de tennis que je suis, je rêvais de jouer ces tournois-là. Maintenant, je suis ici et je joue devant un public complet.»

«C’est un moment magnifique et c’est pour cette raison que j’étais ému sur le terrain après le match. J’ai pris une pause pour regarder autour pour apprécier le moment. Ça n’arrive pas toujours dans une vie. J’espère continuer de la sorte pour en vivre beaucoup plus.»

L’expérience Karatsev  

Pendant les deux premières manches, Auger-Aliassime a été dominant. Ses frappes étaient précises et il ne donnait pas de marge de manoeuvre à Zverev. Tout baignait dans l’huile pour le protégé de Fred Fontang.

Cependant, malgré ses difficultés au service (20 doubles fautes au total), Zverev n’a pas baissé les bras. L’Allemand, sixième joueur mondial, a fait preuve de caractère en remportant les deux manches suivantes.

«Il a beaucoup mieux joué durant ces manches et il servait mieux, a analysé l’athlète de 20 ans. J’ai fait des jeux un peu faibles à certains moments, mais rien d’anormal.»

Crédit photo : AFP

«Je continuais de jouer de la bonne façon, à me faire confiance et à laisser aller mes coups. Je tentais de rester serein et calme.»

Pendant quelques minutes, on avait l’impression de revivre sa défaite crève-coeur contre le Russe Aslan Karatsev aux Internationaux d’Australie au début de l’année. Toutefois, le scénario ne s’est pas répété et il a pu signer sa première victoire en quatre matchs contre Zverev.

«La situation était un peu différente de celle contre Karatsev. J’ai pu briser son service dès le premier jeu de la cinquième manche. Tu commences avec un peu plus de confiance et de croyance que tu peux gagner.»

«Physiquement, je me sentais bien. Je savais que j’étais assez en forme pour me rendre à la fin du match. Cette fois, j’ai mieux géré.»

Un gros client  

À l’étape suivante, Auger-Aliassime croisera le fer avec l’Italien Matteo Berrettini, un autre adversaire de premier plan.

«Les chiffres de Berrettini au cours des deux dernières années parlent par eux-mêmes, a analysé le natif de Montréal. Il a déjà une demi-finale à son palmarès en Grand Chelem.»

«C’est un joueur qui est très constant. Il perd rarement contre des joueurs qu’il doit vaincre. Il sert très bien et il possède un beau coup droit. Ça, c’est très efficace sur gazon. [...] Je m’attends à un match compliqué et je vais voir comment je vais pouvoir gérer cela.»

Shapovalov poursuit sa route 

Denis Shapovalov n’a pas fait trainer les choses contre Roberto Bautista Agut pour obtenir son billet pour les quarts de finale, lundi, à Wimbledon. 

Le Canadien l’a emporté 6-1, 6-3 et 7-5 contre l’Espagnol, huitième favori du tournoi. Un duel qu’il a dominé presque de bout en bout.

Il s’agit de la deuxième fois de sa carrière qu’il atteint l’étape des quarts de finale dans un tournoi du Grand Chelem. Il avait réussi le même tour de force aux Internationaux des États-Unis l’an dernier.

Shapovalov joue de l’excellent tennis depuis le début de la quinzaine à Wimbledon. Lundi, ses puissantes frappes ont déstabilisé Bautista Agut dès les premiers échanges. De plus, pour un deuxième match de suite, il n’a pas commis d’erreurs coûteuses.

«J’ai joué du tennis de très haut niveau, a indiqué Shapovalov. C’est très difficile de dire de façon précise dans quelle facette. Je suis devenu un peu nerveux pendant la troisième manche et c’est normal.»

«J’ai bien négocié avec cette situation. Je suis très heureux de la façon que j’ai joué.»

Même s’il n’est pas un spécialiste des matchs sur gazon, Bautista Agut est un fier compétiteur. Il a bien tenté de tenir son bout, mais ce ne fut pas suffisant.

Crédit photo : AFP

«Roberto est un adversaire très difficile à affronter. De le battre de cette façon en trois manches, ça confirme le niveau de jeu que j’ai offert contre Andy Murray», a ajouté le gaucher de 22 ans.

«Je suis content parce que je m’améliore à tous les matchs. J’ai du plaisir sur le terrain. J’ai la sensation que tout fonctionne pour moi.»

Quant à Bautista Agut, il n’a jamais pu prendre son rythme de croisière.

«J’ai joué contre une très bonne version de Denis, a souligné l’Espagnol. Il a très bien joué. Il frappait dur et il servait bien.»

«Pour ma part, c’est une de ces journées où je ne jouais pas du bon tennis. Je dois l’accepter et voir les choses positives que j’ai réalisées dans ce tournoi.»

Un «Shapo» différent 

À sa dernière présence à Wimbledon en 2019, Shapovalov avait été éliminé au premier tour. Cette année, l’histoire est fort différente, puisqu’il gagne des matchs, mais surtout, il est capable de dominer ses adversaires.

«Deux ans, c’est une éternité, surtout pour les joueurs de tennis, a mentionné Shapovalov à la question du représentant du "Journal de Montréal". Je suis une différente personne et un joueur différent.»

«Je savais que ce serait un processus sur cette surface. Je savais que j’aurais besoin de temps pour développer mon jeu. J’avais eu du succès chez les juniors, mais c’est différent chez les professionnels.»

«Il faut que tu trouves une façon d’être à l’aise. Par contre, cette année, la saison est courte et tu n’as pas beaucoup de temps pour te préparer.»

Comme personne, l’Ontarien a acquis une maturité qui se transpose sur le terrain. Il est capable de mieux gérer ses émotions dans les moments plus difficiles. Il est davantage concentré sur le travail qu’il doit faire durant un match.

«Je suis très heureux de la façon que je joue et que je réagis présentement. J’ai beaucoup changé au cours des deux dernières années. Ce n’est même pas comparable.»

Crédit photo : AFP

Kachanov au prochain tour 

En quart de finale, Shapovalov se mesurera au Russe Karen Khachanov. Un match qui ne sera pas facile pour le Canadien.

Il se sont affrontés une seule fois et ce fut lors de la Coupe Davis en 2019. Shapovalov l’avait emporté en trois manches.

«C’est un excellent joueur, a analysé Shapovalov. Il a prouvé à plusieurs reprises qu’il est capable de battre les joueurs de premier plan en jouant bien.»

«Il est très agressif et il aime s’imposer avec son coup droit. C’est un gros serveur et il aime contrôler le jeu comme moi. Nous sommes deux joueurs qui aiment frapper la balle avec puissance.»