FBL-EURO-2020-2021-MATCH45-SUI-ESP

Crédit : AFP

Euro 2020

Les sans-grades du général Enrique

Publié | Mis à jour

Ils ne font pas les unes des journaux mais sont devenus d'indispensables seconds-couteaux de l'Espagne de Luis Enrique, qui affronte l'Italie en demi-finale de l'Euro mardi à Londres. Pau Torres, Mikel Oyarzabal, Ferran Torres, Gerard Moreno, Pablo Sarabia: pourquoi sont-ils devenus essentiels à cette « Roja » ? 

Pau Torres 

Pièce centrale de la belle saison de Villarreal, le grand et longiligne Pau Torres a aussi dû apprendre à laisser sa place. Titulaire lors des deux premiers matches aux côtés d'Aymeric Laporte, il a ensuite cédé son rôle dans le onze à Eric Garcia contre la Slovaquie et la Croatie, avant de le récupérer en quarts contre la Suisse. 

Et même en tant que remplaçant, Torres, 24 ans, a su se montrer décisif : contre la Croatie, il a délivré une passe décisive de 40 mètres à l'autre Torres seulement six minutes après être entré en jeu.

Mikel Oyarzabal 

Il est celui qui a délivré l'Espagne en marquant le 5e et dernier tir au but face à la Suisse en quarts, samedi. Mikel Oyarzabal, 24 ans, est l'anti-superstar par excellence, mais il est l'un des joueurs espagnols avec la plus haute cote sur le marché (70 M d'EUR). Né à Eibar, ville de 27 000 habitants au Pays basque, il s'est peu à peu affirmé comme l'attaquant indispensable de la Real Sociedad, dont il est aussi le capitaine. 

Luis Enrique aime utiliser la qualité de son pied gauche en fin de matches, comme contre la Croatie, quand il a marqué le dernier but de la « manita » dans la prolongation (5-3). Et sa qualité de tireur de penalties (il n'en a raté que deux dans toute sa carrière, les deux cette saison) a propulsé l'Espagne vers le dernier carré.

Ferran Torres 

Transféré l'été dernier de Valence à Manchester City, où il est souvent remplaçant, Ferran Torres, 21 ans, a un statut autrement plus important au sein de la « Roja » : il est tout simplement le joueur le plus utilisé par Luis Enrique depuis son retour sur le banc de l'équipe nationale (novembre 2019), alors qu'il a découvert la sélection il n'y a même pas un an, en septembre 2020 contre l'Allemagne (1-1). 

Il est aussi le meilleur buteur de l'Espagne depuis le retour du sélectionneur, avec 8 buts en 15 matches, soit les mêmes temps de passage que le meilleur réalisateur de l'histoire de la « Roja » David Villa. Excellent en quarts contre la Suisse, il fait tomber les records de précocité, ce qui le place parmi les candidats pour le titre de meilleur jeune de l'Euro.

Gerard Moreno 

Le meilleur buteur espagnol de la saison tous championnats confondus (30 buts) est cantonné à un rôle de remplaçant de luxe au sein de la « Roja ». Contre vents et marées, Luis Enrique a choisi de fixer Alvaro Morata au poste d'avant-centre, ce qui complique le positionnement du goleador de Villarreal. Héros de la saison du « Sous-marin jaune », avec notamment un titre en Ligue Europa glané face au tout-puissant Manchester United en finale (1-1 a.p., 11-10 t.a.b.), Moreno a dû se contenter de deux titularisations en phase de groupes: contre la Pologne (1-1), il a manqué un pénalty et contre la Slovaquie (5-0), l'Espagne a déroulé. 

En huitièmes contre la Croatie, il n'a pas joué. Et en quarts, il a relayé Morata à la 54e minute et n'a pas tremblé pour son tir au but.