Crédit : AFP

Euro 2020

Löw sous pression

Publié | Mis à jour

Matthäus, Vogts, Hamann, Effenberg: les anciennes gloires du foot allemand mettent la pression sur le sélectionneur Joachim Löw pour qu'il renonce à son onze type actuel et « copie-colle » sur la Mannschaft le milieu de terrain du Bayern Munich, avant d'affronter l’Angleterre mardi à Wembley en 8e de finale.

La défaite contre la France (1-0), mais surtout la laborieuse qualification contre la Hongrie (2-2) ont sapé la confiance. Et la position de Joshua Kimmich, les lacunes du duo Ilkay Gündogan-Toni Kroos, ou encore l'attitude de Leroy Sane, sont autant de sujets qui agitent depuis quelques jours le pays aux « 82 millions de sélectionneurs ».

Ex-Ballon d'or et recordman des sélections en équipe d'Allemagne (150), Lothar Matthäus a un avis tranché: « Je réclame tout le milieu de terrain du Bayern », a-t-il tonné.

Et de répartir les rôles, les mêmes qu'au Bayern, champion d'Allemagne pour la 9e saison consécutive et champion d'Europe en 2020: « Joshua Kimmich joue les ballons dans l'axe en profondeur, Leon Goretzka fait les appels de balle dans la surface et Thomas Müller organise l'équipe: pour moi ce milieu de terrain-là a la qualité pour dominer n'importe quel adversaire ».

Dietmar Hamann, vainqueur de la Ligue des champions 2005 avec Liverpool, abonde en suggérant que Löw aligne « le plus possible » de Munichois (ils sont huit dans le groupe): « Ils se comprennent les yeux fermés », dit-il.

Gündogan/Kroos critiqués

Depuis le début de l'Euro, la décision de Löw d'aligner Kimmich en latéral droit ne passe pas, alors que le joueur de 26 ans est l'un des meilleurs du monde au poste axial de sentinelle/rampe de lancement de l'attaque.

« Il vaudrait la peine de réfléchir à le replacer au centre, pour mettre plus de stabilité », estime aussi Berti Vogts, champion du monde 1974 comme joueur, vainqueur de l'Euro-1996 comme sélectionneur.

« On voit bien que Kimmich n'est pas à l'aise sur l'aile. Au centre, il apporterait une tout autre dynamique, et contre l'Angleterre un milieu qui pense “défense” serait le bienvenu », souligne-t-il.

Problème: Löw tient mordicus à son duo de milieu Ilkay Gündogan-Toni Kroos, qu'il faudrait sacrifier pour placer les complices du Bayern Kimmich-Goretzka

Avec Gündogan et Kroos, tacle Matthäus, « il manque des choses qui sont absolument indispensables dans le football de 2021 ». 

Les commentateurs reprochent aux deux stars du Real et de Manchester City d'être trop tournés vers l'avant, et de laisser beaucoup trop d'espaces au milieu adverse devant la défense. A Kroos surtout, un joueur élégant à la vision du jeu hors du commun, comme Kimmich, mais qui, contrairement au Bavarois, n'est pas connu pour la férocité de ses tacles.

Humiliation historique

L'Allemagne a déjà encaissé cinq buts en phase de poules, alors que l'Angleterre a gardé sa cage vierge. Et la Mannschaft en a concédé 25 lors de ses 16 matches depuis la reprise post-Covid-19. Lors de l'humiliation historique 6-0 en Espagne en novembre, les deux milieux défensifs étaient... Gündogan et Kroos.

Pour Hamann, la loyauté bien connue de Löw envers ses joueurs est devenu un défaut: « C'est sa marque de fabrique depuis des années, dit-il, “mais pour jouer contre l'Angleterre, il n'a aucune raison d'avoir des scrupules envers quelque joueur que ce soit. Il s'agit de mettre la meilleure formation pour gagner ce match”.

En attaque, c'est la personne de Leroy Sane qui fait débat. Ailier doué et spectaculaire, il irrite certains experts par son attitude de dilettante.

«Sane ne s'est toujours pas trouvé en équipe nationale », déplore Stefan Effenberg, finaliste de l'Euro-1992. « Löw ne doit plus le titulariser, ça ne fait du bien ni à l'équipe ni à Sane lui-même ».

Sous le feu nourri, le sélectionneur de 61 ans, qui quittera quoi qu'il arrive son poste après l'Euro, conserve sa légendaire sérénité. N'avait-il pas lâché, au creux de la vague à l'automne dernier: « Ça m'est complètement égal qui dit quoi. Ce que je fais, je le fais avec conviction »?

Le match de Wembley dira s'il a eu raison, seul contre tous.