SPO

Crédit : Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Canadiens de Montréal

Centre Bell: ambiance survoltée et brasse-camarade

Publié | Mis à jour

L’ambiance festive et survoltée de la victoire des Canadiens au match numéro six de la série contre les Golden Knights de Las Vegas a parfois mené à des méfaits au centre-ville de Montréal, jeudi soir.

Des milliers de partisans des Canadiens avaient convergé, jeudi soir, devant le Centre Bell pour ne rien rater de la victoire au match numéro six de la série contre les Golden Knights.

Dans les minutes qui ont suivi la victoire des Canadiens, peu après 23 h, le SPVM faisait état de projectiles lancés en direction des policiers. «Des méfaits sont commis, a-t-on ajouté. Veuillez éviter le secteur. Interventions ciblées en cours #SPVM.»

«Ces comportement ont été commis par une minorité de gens. La grande majorité des gens se sont comportés de façon exemplaire», a fait savoir Manuel Couture, porte-parole du SPVM en entrevue à LCN.

Les spectateurs qui étaient rassemblés dans le Centre Bell pour assister à l'affrontement ont dû rester à l'intérieur à la fin de la partie pour des raisons de sécurité, à la demande des policiers.

Le nombre d'amateurs de hockey rassemblés était si important que le Service de police de Montréal (SPVM) avait annoncé, vers 20 h 50, la fermeture du quadrilatère entourant le Centre Bell «en raison d'une trop grande affluence».

Tout au long de la soirée, des dizaines de feux d'artifice ont été lancés pendant que les amateurs de hockey essayaient de regarder la confrontation sur leur appareil mobile.

Certains ont cependant dû abandonner le projet puisque le réseau cellulaire était ralenti par le trop grand nombre d'utilisateurs.

Devant la tournure prise par les évènements, les policiers ont déclaré le rassemblement illégal avant de commencer à disperser la foule à coup de bombes lacrymogènes.

Il faut dire qu’en cette soirée de la Fête nationale, les policiers s’attendaient à ce qu’un grand nombre d’amateurs de hockey se réunissent devant le Centre Bell. La victoire du Tricolore permet à l’équipe de participer à sa première finale de la coupe Stanley depuis 1993.

Roger Ferland, expert en interventions policières, a expliqué en entrevue à LCN qu’il fallait «que les policiers pensent à protéger la foule et les partisans», insistant sur le caractère «extrêmement imprévisible» de la foule.

«Ce sont des soirées, où il y a énormément de tensions», a ajouté l’ex-enquêteur du Service de police de la Ville de Québec.