Crédit : AFP

Euro 2020

Pays-Bas: de Ligt n'a pas encore la «taille patron»

Publié | Mis à jour

Un patron taillé pour son costume? Matthijs de Ligt, tour de contrôle de la défense des Pays-Bas, a du mal à faire oublier son compatriote Virgil van Dijk (forfait) en vue d'emmener les Pays-Bas, le plus loin possible dans cet Euro.

Forfait lors du premier match face à l'Ukraine (3-2) suite à un petit problème à l'aine, De Ligt, 21 ans, a fait son retour jeudi face à l'Autriche (2-0) et sera à nouveau titulaire lundi face à la Macédoine du Nord. 

Parfois hésitant contre l'Autriche, surtout à la relance, le défenseur central de la Juventus Turin a été la cible de critiques, par moments violentes, dans les médias du pays. La plus acerbe est venue du pourtant affable Marco van Basten.

« De Ligt est un défenseur central. Il doit transmettre plus de leadership et se faire entendre, s'affirmer car il doit mener la défense », a déclaré à la télévision NOS l'ancien sélectionneur, rarement aussi sévère dans ses propos.

Ces critiques prennent donc un écho particulier surtout quand l'ancien triple Ballon d'Or (1988, 1989, 1992) juge que de Ligt « court juste après son joueur en laissant d'énormes trous ». « De Ligt est allé en Italie pour apprendre à défendre, mais je ne pense pas qu'il ait appris grand-chose là-bas », a-t-il asséné.

Un peu assommé par ces reproches, de Ligt a répondu en conférence de presse.

« Je comprends ces critiques » 

« Je comprends ces critiques. Si quelqu'un comme van Basten critique, alors vous l'écoutez. Il a joué en Italie, tout comme moi », a d'abord dit le joueur formé à l'Ajax, à l'instar de son contradicteur.

« Même si les choses se passent bien, il faut toujours essayer de s'améliorer. Je comprends ce qu'il dit, mais parfois il faut prendre une décision en l'espace d'une seconde », a-t-il poursuivi, rappelant qu'il n'a « que 21 ans ».

Avec son visage poupin et son allure chaloupée, De Ligt n'est pas du genre à faire peur. Le défenseur mise plutôt sur sa classe balle au pied et sa vista, à l'inverse de son compatriote Virgil van Dijk.

Le défenseur de Liverpool, forfait en raison d'une grave blessure à un genou survenue l'hiver dernier, en impose en effet davantage que son jeune équipier.

Mais de Ligt, associé à Stefan de Vrij et Daley Blind en défense centrale dans le système en 5-3-2 prôné par le sélectionneur Frank de Boer, ne s'en laisse pas compter.

« Virgil n'est pas là. C'est à moi de tenir la maison debout. Et j'estime que cela ne se passe pas si mal ».

La cote du jeune Néerlandais reste haute. Au point que la presse espagnole annonce depuis quelques jours qu'il serait très courtisé par le FC Barcelone.

Si transfert il y a, il pourrait être onéreux, puisque la Juventus avait déboursé 75 millions d'euros pour l'arracher à l'Ajax en juillet 2019.

« Je suis très heureux à la Juve. Je me sens comme un poisson dans l'eau. Je me sens bien sur le terrain », avait déclaré De Ligt il y a un mois à l'agence néerlandaise ANP.