SPO-ALOUETTES-STAMPEDERS

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Vernon Adams fils enthousiaste

Publié | Mis à jour

Vernon Adams fils ne tient plus en place. Après 18 mois d’inactivité, le quart des Alouettes pourra retourner au boulot en compagnie de ses coéquipiers lors du camp d’entraînement qui est prévu pour le 10 juillet.

L’Américain est tellement emballé par la nouvelle de la semaine dernière qu’il est déjà arrivé à Montréal depuis quelques jours.

«J’étais super excité lorsque j’ai été informé qu’on revenait au jeu, a indiqué Vernon Adams fils. J’avais un bon pressentiment avant cette annonce. Je me doutais qu’ils n’allaient pas annuler la saison pour une deuxième année de suite.»

Au cours de la dernière année, le pivot de 28 ans a souvent mentionné qu’il était prêt à tout pour revenir au jeu. Il voulait poursuivre le travail amorcé lors de la campagne 2019. À compter du 10 juillet, il retrouvera presque le même noyau de joueurs à l’attaque.

«Nous avons plusieurs vétérans et je crois que ça va nous aider dans le cadre d’une saison écourtée où il n’y aura pas de matchs préparatoires, a mentionné le no 8 des Alouettes. On aura aussi des jeunes joueurs qui devront apprendre notre routine et les méthodes de Khari Jones.»

«Je crois que la clé sera d’avoir un camp intelligent. L’important sera d’en sortir avec le moins de blessures possible. On va devoir prendre soin les uns des autres.»

Durant la dernière année, Adams a organisé trois sessions d’entraînement avec les receveurs américains de l’équipe. Le réserviste Matt Schiltz était également de la partie.

Un congé profitable

À l’instar des autres formations, les Alouettes auront un calendrier atypique. Ils commenceront leur saison avec une semaine de repos avant de disputer leurs deux premiers matchs sur la route.

Une situation qui n’est pas idéale, mais qui ne dérange pas Adams fils.

«Ce sera incroyable d’avoir la chance de surprendre leurs partisans. Je mentirais si je disais que j’ai sauté de joie en voyant notre calendrier.»

«Par contre, j’y vois du positif. La semaine de congé nous permettra d’avoir plus d’entraînements en salle et sur le terrain avant le début de la saison. On aura aussi l’occasion de voir les autres équipes en action.»

Pas de passe-droit

Adams fils n’a pas eu un traitement de faveur à son arrivée à l’aéroport Montréal-Trudeau. Comme les autres voyageurs, il a pris la direction de l’hôtel pour un séjour de trois jours qu’il a payé de sa poche.

Il doit passer les 11 derniers jours de sa quarantaine dans son appartement. Par contre, vous ne le verrez pas se plaindre de son sort même s’il a reçu ses deux vaccins depuis le mois de février.

«Je ne suis pas frustré de voir que les joueurs des Canadiens sont exemptés de la quarantaine, a-t-il souligné. Je suis juste heureux d’être ici.»

«C’est sûr que la quarantaine n’est pas évidente. Je tente de faire quelques sessions d’entraînement et de me garder en forme. Je fais seulement ma part comme tout le monde. Il ne faut pas oublier que j’ai manqué une année complète de football. Ça m’aide à demeurer motivé.»

Il aura aussi du temps pour suivre la série entre le Canadien et les Golden Knights. D’ailleurs, il portait son chandail du Tricolore pour son point de presse avec les médias.

«En 2019, j’ai eu l’occasion d’aller voir un match et de rencontrer Shea Weber. C’est la première fois que j’avais l’occasion d’aller voir du hockey en personne. C’était incroyable de me retrouver dans un environnement où les gens aiment beaucoup leur équipe.»

«J’ai regardé tous leurs matchs depuis le début des séries. Je sais que plusieurs personnes avaient des doutes à propos de cette équipe. Ils sont en train de faire taire leurs dénigreurs.»