AUTO-FIA-F3

Crédit : AFP

Formule E

Formule E: Joel Eriksson jeté dans la fosse aux requins

Publié | Mis à jour

Quelques années après avoir croisé régulièrement le fer avec Lando Norris, le Suédois Joel Eriksson aura la chance de se faire valoir dans un championnat du monde. Il remplacera temporairement Nico Mueller chez Dragon Penske à l’occasion des deux prochaines courses de Formule électrique.

Âgé de 22 ans, le Suédois avait terminé au deuxième rang du classement de la Formule 3 européenne en 2017 lors d’une saison qui avait couronné Norris comme champion. Par la suite, il s’est tourné vers le DTM (le championnat allemand de voitures de tourisme) avant de prendre part aux essais réservés aux recrues pendant la campagne 2019-2020 de FE.

Puisque Muller est également enrôlé en DTM et qu’une course sur le circuit de Monza aura lieu en fin de semaine, Dragon Penske a décidé d’engager Eriksson comme pilote de réserve et de lui donner le volant pour les deux épreuves de l’ePrix de Puebla.

«Après une collaboration solide avec Dragon la saison dernière, je suis plus qu'heureux et très honoré de continuer ce que nous avons commencé ensemble», a commencé par dire Eriksson, selon un communiqué de l’équipe publié récemment.

«Courir en Formule E a toujours été un rêve [pour moi] depuis la création du championnat et avoir cette chance semble enfin un peu irréel. Il y a beaucoup de travail devant nous, mais j'ai une grande équipe derrière moi. Donc, je sais qu'elle fera tout son possible pour que je sois aussi préparé que possible avant d'arriver au Mexique.»

Défi colossal

La FE est toutefois une série impitoyable pour les recrues, qui ne disposent que de très peu d’occasions de sauter dans la voiture avant de prendre part à une course. La gestion de l’énergie et les segments en mode attaque sont en effet bien particuliers à la compétition. Il est difficile de bien se projeter en situation de course malgré l’utilisation des simulateurs.

Le pilote ne craint toutefois pas les défis et croit même qu’il pourrait être en mesure de viser le top 10. Un résultat que les deux pilotes réguliers, soit Muller et Sergio Sette Camara, n’ont obtenu que quatre fois collectivement en sept courses cette saison.

«Ce sera difficile, car je n'ai qu'un kilométrage limité dans cette voiture, a d’ailleurs indiqué Eriksson. Mais mon objectif principal est d'en tirer le meilleur et d'acquérir le plus d'expérience possible. Je pense que marquer des points dans les courses est tout à fait possible si je m’exécute bien. Je vais tout donner pour atteindre cet objectif.»

Eriksson pourrait par ailleurs devoir encore prendre la relève à Londres, puisqu’il y aura à nouveau conflit d’horaire avec le DTM. Mais pour l’instant, il se concentre sur son baptême de feu.

Les deux courses de l’ePrix de Puebla auront lieu samedi et dimanche et seront diffusées sur les ondes de la chaîne TVA Sports.