Renaud Lavoie

Marc Bergevin fait un plaidoyer

Marc Bergevin fait un plaidoyer

Renaud Lavoie

Publié 15 juin
Mis à jour 15 juin

Il fallait s’y attendre. Ça faisait 15 mois que les joueurs des Canadiens n’avaient pas joué devant une salle comble et il est évident que les joueurs des Golden Knights ont été en mesure de profiter de l’énergie de leurs partisans pour prendre le contrôle de la rencontre dès la deuxième période. 

Dix-huit mille spectateurs c’est beaucoup plus bruyant que 2500 au Centre Bell. Et si ce qu’on entend entre les branches se confirme, il serait surprenant qu’on assiste à une augmentation marquée du nombre de spectateurs à Montréal pour les matchs 3 et 4 de la série. Une augmentation est probable, mais jusqu’à quel point?

Marc Bergevin a joué pendant une vingtaine d’années dans la LNH, devant des salles combles et des gradins moins garnis. J’ai demandé au directeur général des Canadiens s’il souhaite voir plus de spectateurs au Centre Bell. Je l'ai aussi invité à se prononcer sur l’impact que cela aurait sur son équipe, qui aimerait avoir le même avantage compétitif. 

«Il y avait salle comble au T-Mobile Arena hier soir, souligne Marc Bergevin. Ce genre de foule a toujours un impact sur les joueurs à domicile. J’espère que nous pourrons augmenter le nombre de spectateurs au Centre Bell afin de vraiment ressentir l’effet du 7e joueur à Montréal.» 

Palpable sur la glace     

Les joueurs des Canadiens n’ont pas nécessairement été intimidés par la foule du T-Mobile Arena, mais l’énergie des spectateurs était évidemment destinée aux Golden Knights. J’ai demandé à Dominique Ducharme s’il sent que l’équipe locale a été avantagée. 

«La foule a donné des ailes aux Golden Knights, surtout en deuxième, souligne l’entraîneur-chef des Canadiens. On espère qu’en revenant à Montréal, on va avoir une bonne foule pour nous supporter comme ça et nous donner de l’énergie.»

Chez les joueurs, on rêve évidemment de voir un Centre Bell beaucoup mieux garni dès vendredi. 

«L’atmosphère et l’énergie dans les séries c’est ce qu’il y a de mieux, affirme Eric Staal. On a vécu un amphithéâtre plein pour la première fois depuis longtemps hier et c’était phénoménal. Il y a un avantage marqué aussi au Centre Bell pour l’équipe locale. Je l’ai souvent vécu comme joueur adverse. Un amphithéâtre plein est un gros avantage pour l’équipe locale. Nous aussi, on aimerait jouer devant un amphithéâtre garni, parce que l’énergie que ça nous donnerait serait importante pour nous. On a fait beaucoup de progrès avec les vaccins et plus il y aura de spectateurs dans les gradins, mieux ce sera. C’est fou le momentum que ça pourrait nous donner.»

Évidemment que la décision finale n’appartient pas aux Canadiens, mais au gouvernement du Québec. Avec le nombre de cas positifs quotidiens qui est en chute libre présentement, je le répète : il serait bien qu’un retour à la normale, ou presque, arrive plus vite que certaines personnes le souhaitent.