Club de foot Montréal

Patrice Bernier l’entrepreneur

Publié | Mis à jour

On connaît Patrice Bernier le joueur de soccer, l’entraîneur et l’analyste, mais saviez-vous qu’il y avait aussi un Patrice Bernier homme d’affaires ?

En effet, l’ancien capitaine de l’Impact s’est découvert une fibre entrepreneuriale quand il a rencontré Stéphane Asselin, fondateur de l’entreprise Enov Sport.

Les deux hommes se sont croisés une première fois lors de l’événement caritatif Patrice Bernier et ses amis, en 2017. C’est là que Bernier a découvert les produits d’entraînement fabriqués par Enov Sport.

«J’ai d’abord testé un premier de ses produits et ensuite j’en ai vu d’autres et je lui ai donné mon retour.»

Pas ambassadeur

Parce qu’Enov Sport fabrique de l’équipement d’entraînement pour le soccer avec l’intention d’élargir la gamme.

Dès le départ, Bernier n’a pas voulu qu’être le visage de la compagnie.

«Je lui ai dit que je ne voulais pas m’impliquer juste pour être ambassadeur», précise-t-il au sujet des premières discussions avec Stéphane Asselin.

«Avec l’arrivée du COVID, on a repris contact et le projet a avancé et quand j’ai décidé de m’éloigner du terrain, les choses se sont mises à avancer.»

«Et c’est ainsi que Bernier est récemment devenu l’un des actionnaires de l’entreprise.»

Son objectif à travers ça est aussi d’offrir des outils supplémentaires aux jeunes sportifs.

«Ça fait en sorte que les jeunes peuvent se pratiquer dans leur cour ou parc.»

Sa «sauce»

Les produits d’Enov Sport sont fabriqués à la main au Québec et ceux-ci sont de très bonne qualité, assure Bernier.

«Ce genre d’équipement n’existait pas au Québec, ils sont essentiellement faits par des entreprises américaines.»

«J’ai cru dans le produit, mais je n’avais pas le temps pour apporter ma sauce. Maintenant que j’ai le temps, je peux aller rencontrer les clubs avec lui pour faire des démonstrations.»

Il faut dire que l’entreprise, qui vend ses articles en ligne, prend tranquillement son envol et commence à augmenter sa capacité de production avec l’achat d’une machine qui accélère celle-ci. Auparavant, Stéphane Asselin faisait tout dans son garage.

Outre un mannequin pour le basket-ball, l’entreprise fabrique pour le moment des articles d’entraînement pour le soccer, mais elle n’entend pas en rester là.

«On fait beaucoup de remue-méninges afin de développer de nouveaux produits, assure Bernier. On ne veut pas juste être dans le soccer, on veut aussi toucher d’autres sports.»

«On veut surtout développer des outils qui vont aider les athlètes et les entraîneurs à développer le sport.»

Parmi les bonnes idées qui ont émergé des remue-méninges, il y a la possibilité d’agencer les planches à rebond de soccer pour en faire des bandes de hockey l’hiver venu pour les parents qui font des patinoires dans leur cour.

Corde à son arc

En s’impliquant dans cette entreprise, Patrice Bernier ajoute une autre corde à son arc, lui qui aime toujours trouver de nouvelles façons de faire progresser le sport.

«J’ai toujours eu un intérêt pour les choses du soccer et pour faire vendre le sport un peu plus.»

«Je suis tombé sur quelqu’un qui fait quelque chose que je ne fais pas et qui peut aider à faire avancer le sport.»

Mais même s’il est en terrain connu puisqu’il s’agit de sport et surtout de soccer, l’ancien capitaine de l’Impact reconnaît qu’il en a encore à apprendre.

«C’est un défi parce que même si c’est du soccer, ce n’est pas mon domaine, l’entrepreneuriat.»