Crédit : Photo Didier DEBUSSCHERE

Athletisme

Le Marathon de Québec écope également

Publié | Mis à jour

La journée de jeudi a été passablement mauvaise pour le milieu événementiel sportif de la Vieille Capitale, car en plus de l’annulation des Grands Prix cyclistes 2021, le Marathon de Québec devant avoir lieu du 1er au 3 octobre a subi le couperet.

Dans les premières lignes d’un communiqué émis en avant-midi, la firme Gestev et la Corporation Événements Course de Québec ont précisé que la décision de la Ville, qui avait choisi de retirer il y a environ deux mois son soutien financier à 15 événements majeurs dont les risques en matière de propagation de la COVID-19 étaient jugés trop importants, a motivé leur choix.

Parmi les activités touchées, il y avait le Grand Prix cycliste de Québec, le Festival d’été, le Festival de cinéma, le Festibière et le spectacle de cirque Féria.

«Rappelons que Gestev s’était engagée à livrer un événement sécuritaire en respectant à la lettre les mesures sanitaires, d’autant plus que celles-ci ont été récemment assouplies dans le plan de déconfinement du gouvernement du Québec présenté le 18 mai dernier et dans lequel il est prévu de permettre les activités sportives et les compétitions à compter du 25 juin prochain», a commenté Gestev, tout en confirmant le retour de son événement en octobre 2022.

Régis Labeaume réplique

Plus tard en avant-midi, le maire de Québec, Régis Labeaume, a offert son point de vue sur la question durant une mêlée de presse. D’après lui, ce n’était pas aux services municipaux de gérer les à-côtés des événements concernés.

«Le Marathon, c’est le même cas que le Festival d’été, qui pouvait accueillir 2500 personnes de façon sécuritaire sur le site. Ce qui nous préoccupait, c’était les milliers d’autres autos. On dit aux organisateurs qu’ils doivent gérer ce qu’ils convoquent, a-t-il émis. C’est la même chose pour le Marathon. La question n’était pas la sécurité des marathoniens, mais plus les rassemblements autour; personne ne veut s’en occuper et ça nous tombe dans les bras. Et comme nous ne gérons pas cet événement, nous n’avons pas le goût de prendre cette responsabilité.»

«D’autre part, on a pris des décisions en février pour avoir un été qui a du bon sens. C’est facile de dire après-coup qu’on peut [l’organiser]. Mais on a pris 12 millions $ pour avoir un été amusant, a-t-il poursuivi en faisant référence à la somme consacrée à la programmation estivale de sa ville. Aussi, je comprends bien que personne ne savait comment cette pandémie allait finir.»

Par ailleurs, le Demi-Marathon de Lévis aura bel et bien lieu les 28 et 29 août, a indiqué Gestev. Les gens ayant fait leur inscription au Marathon de Québec pourront aussi la transférer pour la course lévisienne.

- Avec la collaboration de Dominique Lelièvre