Canadiens de Montréal

«Subban avait nargué les partisans des Bruins...»

Publié | Mis à jour

Si on vous demandait quel événement concernant les Canadiens représente votre plus beau souvenir, que répondriez-vous? 

Les journalistes Nicolas Cloutier et Anthony Martineau, dans la foulée des succès actuels du Tricolore, se sont volontiers prêtés au jeu, mercredi, à l’occasion de leur segment «Les Recrues» présenté lors de l’émission «JiC».  

Cloutier a été le premier à prendre la parole et il nous a ramené en 2011, plus précisément lors du match no 7 que le CH disputait aux Bruins en première ronde des séries. 

«Je suis alors un ti-cul de secondaire 3. Les Bruins mènent 3-2 avec à peine trois minutes et des poussières à faire. Moi, je n’y croyais plus, j’étais abattu. Et là, Patrice Bergeron écope d’une pénalité. En avantage numérique, P.K. Subban décoche un missile dans la partie supérieure et crée l’égalité.»

Et au-delà de ce but des plus importants, le journaliste se souvient surtout de la célébration qui a suivi. 

«Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on était à Boston, et ce but a complètement éteint le TD Garden. Je m’en souviens comme si c’était hier, j’en ai encore des frissons : la célébration de Subban, qui avait nargué les partisans à Boston en tendant l’oreille, comme pour dire : «qu’est-ce qui se passe? Je ne vous entends plus? 

«On parle d’un jeune Subban, qui était la nouvelle coqueluche des partisans. C’était sensationnel. Mais ma plus grande peine a malheureusement suivi ce beau moment. C’était le but de Nathan Horton en prolongation et longtemps je me suis demandé après : si le CH avait traversé les Bruins, qu’est-ce qui se serait passé? Parce que les Bruins avaient gagné la coupe, cette année-là...»

Une victoire des plus improbables  

Anthony Martineau, lui, a déclaré avoir été marqué à vie par la victoire surprise des Canadiens contre les puissants Capitals de Washington lors de la première ronde du printemps 2010. Il faut dire que TOUS les éléments pointaient préalablement vers une défaite expéditive du CH. Et pourtant... 

«Le Tricolore était plus que négligé. Les Capitals avaient conclu la saison régulière au premier rang du classement général, alors que Montréal avait pris le 19e rang. Washington avait inscrit 100 buts de plus que le CH. Les «Caps» comptaient sur Alex Ovechkin et Nicklas Backtrom au sommet de leur art, eux qui venaient de conclure la saison avec plus de 100 points chacun. Alexander Semin avait aussi marqué 40 buts. Le défi était immense. 

Crédit photo : Rich Clement/Agence QMI

«Contre toute attente, Montréal a quand même gagné le premier match, mais s’est effondré par la suite, perdant les trois suivants et accordant 17 buts (!) lors de cette séquence. Mais c’est à ce moment que le printemps Halak est né. Alors que tout le monde croyait la série terminée, Montréal a remporté les trois matchs suivants. L’équipe s’est drôlement ressaisie, ne concédant que trois petits buts aux Capitals sur 140 lancers.»

C’est finalement Dominic Moore qui avait inscrit le but gagnant lors du match no 7, permettant dans les dernières minutes aux partisans des Canadiens de souffler un peu. 

«Il avait profité d’une sublime pression exercée par Maxim Lapierre et avait fait 2-0 Montréal en déjouant Semeyon Varlamov d’un tir vif côté bouclier. J’avais bondi de mon divan, car je me disais que les Capitals, avec l’attaque qu’ils avaient, allaient finir par revenir dans la partie...»

C’est finalement ce qui s’est produit, quand Brooks Laich a réduit la marque à 2-1 avec quelques secondes à faire. Mais Halak a fermé la porte pour de bon après ce filet et le CH a finalement et à la grande surprise de tous envoyé Washington en vacances...

«Je me souviens que Bruce Boudreau, alors entraîneur des Capitals, avait dit aux journalistes après la série qu’il aurait parié sa maison sur une victoire de son club. Force est d’admettre qu’il n’avait pas vu juste...»

2021 : un nouveau souvenir impérissable?  

C’est bien beau ressasser les souvenirs du passé, mais l’objectif d’une équipe sportive professionnelle est évidemment d’en créer de nouveaux le plus souvent possible. 

Et si la saison 2020-2021 des Canadiens se transformait elle aussi en souvenir impérissable dans quelques années? 

Avec l’actuel parcours éliminatoire des hommes de Dominique Ducharme, les surprises et les grands moments sont déjà nombreux... 

«Peut-être que dans 20 ans, on va parler de 2021 comme on parle aujourd’hui de 2010 et de 2011, d’imager Martineau. L’histoire de cette saison est loin d’être terminée et on peut encore espérer qu’il y ait beaucoup de positif à venir!»

Le segment «Les Recrues», impliquant Nicolas Cloutier et Anthony Martineau, vous est présenté chaque mercredi, 17h15, à l’émission «JiC».