HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

«C’est un coach élite»

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal a-t-il enfin trouvé la formule gagnante pour imiter ses succès d’autrefois en séries éliminatoires? Si le vieux Forum a été le théâtre de la plupart des conquêtes de la coupe Stanley par le Tricolore, les joueurs ont l’opportunité d’écrire une nouvelle page d’histoire au Centre Bell.

Lors de l’épisode de mercredi du balado «Temps d’arrêt», sur les ondes de QUB radio, Louis Jean et Alex Picard se sont demandé si 2021 était effectivement l’année du Canadien, 28 ans après le dernier championnat de l’équipe.

• À lire aussi: «À partir de maintenant, tu peux te permettre d'y croire»

• À lire aussi: Les 5 faits saillants de la série Canadiens - Jets

«C’est vrai qu’il y a une magie qui est assez impressionnante, et je dirais, qui est inexplicable. Il y a quelque chose de fort qui se passe actuellement dans ce vestiaire-là», a mentionné Louis Jean, journaliste pour TVA Sports, qui se demande si les fantômes du Forum n’ont pas déménagé leurs pénates sur l’avenue des Canadiens-de-Montréal.

Il faut en effet remonter à 2014 pour voir le Bleu-Blanc-Rouge atteindre le troisième tour des éliminatoires. Par contre, cette fois, les hommes de Dominique Ducharme ont balayé leur adversaire du second tour, les Jets de Winnipeg, ce qui donne espoir pour la suite.

Grâce à Ducharme 

L’entraîneur-chef du Canadien, Dominique Ducharme, jouait peut-être son poste lors de la série face aux Maple Leafs de Toronto. L’ancien médaillé d’or avec Équipe Canada junior a toutefois laissé parler son expérience.

«Je suis content, parce que là on voit l’équipe de Dominique Ducharme. On voit ce qu’il est capable de faire. C’est un coach élite, Dominique Ducharme. On l’a vu dans le passé», a indiqué Louis Jean.

«Ce que j’ai aimé et qui m’impressionne de Dominique Ducharme, c’est que plus ça chauffait, plus il y avait de l’intensité, plus il y avait de la pression, plus il y avait de la tension, lui, il était calme», a-t-il poursuivi.

Parfois critiqué pour son manque d’énergie en conférence de presse, le pilote de 48 ans est un tout autre homme avec ses protégés, a affirmé Alex Picard.

«Ce qu’on voit de Dominique Ducharme dans les médias, ce n’est pas la même chose quand il s’adresse aux joueurs dans le vestiaire. Ça, j’en ai eu la confirmation parce qu’il a justement coaché ici à Drummondville. [...] Quelqu’un qui était dans le vestiaire pendant un de ses discours [m’a dit] qu’il en était ressorti avec des frissons», a raconté l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey.

Il y a toutefois un obstacle important sur la route du CH et c’est la présence des partisans au Colorado et à Vegas. L’Avalanche et les Golden Knights, qui s’affrontent pour une place en demi-finales, jouent devant des salles combles ou presque puisque les mesures contre la COVID-19 sont moins sévères aux États-Unis.

«On se doit d’y croire, parce que tout peut se passer en séries, a indiqué Picard. On le voit en ce moment. Ça ne sera pas facile. Il faut aussi prendre en considération le voyagement, le désavantage de jouer, si c’est Vegas, dans la forteresse là-bas, devant 18 000 personnes. Revenir à Montréal et jouer devant 2500 personnes... il y a un avantage.»

Le Canadien commence à être habitué à jouer les trouble-fêtes, alors il vaut mieux voir de façon positive la suite des choses. Les Golden Knights auront d’ailleurs l’occasion d’éliminer l’Avalanche jeudi, à l’occasion du sixième match de leur série.