Crédit : Photo AFP

Séries de la LNH

«C’est plutôt le service de la sécurité des joueurs qui m’a freiné» - Mark Scheifele

Publié | Mis à jour

Même s’il dit accepter la suspension de quatre matchs qu’il devra finir de purger au début de la saison prochaine, l’attaquant des Jets de Winnipeg Mark Scheifele a exprimé avec sarcasme son désarroi à l’endroit de la Ligue nationale de hockey (LNH), mercredi.

Questionné en marge des entrevues de fin d’année de son équipe, le joueur d’avant a répondu à sa manière concernant la sanction ayant suivi le coup qu’il a asséné à la tête de Jake Evans, du Canadien de Montréal. Celui-ci a quitté la patinoire sur une civière tard dans le premier affrontement de la finale de la section Nord; le hockeyeur du Tricolore a subi une commotion cérébrale sur la séquence.  

«Je croyais qu’on allait essayer de me stopper avec l’aide de Phillip Danault. C’est plutôt le service de la sécurité des joueurs qui m’a freiné», a affirmé Scheifele, tel que rapporté par le site The Athletic.

Vendredi dernier, le numéro 55 des Jets avait qualifié d’excessive la sanction de la LNH, mais il ne l’avait pas contestée. En son absence, le club manitobain a encaissé trois autres revers pour tomber en vacances, lundi.

Dubois insatisfait 

Si Scheifele semblait vouloir davantage blâmer le service de la sécurité des joueurs que lui-même, le Québécois Pierre-Luc Dubois, de son côté, a plutôt sorti le fouet pour une séance d’autoflagellation.

«Je ne suis pas blessé, j’ai quelques égratignures comme tout le monde, mais rien de majeur pouvant affecter mon jeu. Je suis quelqu’un qui s’attend à beaucoup de lui-même et je n’ai pas joué comme je peux le faire», a-t-il indiqué, devant les médias.

À seulement 22 ans, Dubois a connu une saison mouvementée, ayant notamment été échangé des Blue Jackets de Columbus aux Jets, en janvier. Sa relation avec l’entraîneur-chef John Tortorella n’était pas au beau fixe.

«Je sais que je peux faire mieux, a repris celui qui a terminé la saison régulière avec 21 points en 46 matchs avant d'ajouter trois mentions d'aide en sept rencontres éliminatoires. C’est une saison décevante pour moi: il y a eu beaucoup de hauts et de bas. Je suis la seule personne à blâmer. L’été sera très important pour moi afin d’être prêt pour la prochaine saison.»

Contre vents et marées 

Il y aura eu cette quarantaine à respecter en arrivant à Winnipeg, où Dubois devait par ailleurs subir la pression de succéder à Patrik Laine et Jack Roslovic, contre lesquels il a été échangé.

«Pour être honnête, quand je regarderai cette saison dans le futur, je me dirai qu’il n’y a pas beaucoup de choses que je n’ai pas encore dû traverser, a admis le Québécois. Quand tu te joins à une nouvelle équipe, tu veux cadrer parfaitement. Ç’a pris un certain temps pour moi de voir ce que je pouvais faire. Au final, c’est mon boulot d’être le meilleur joueur possible et d’aider l’équipe à gagner. Ç’a été difficile pour moi cette année de m’ajuster, pour différentes raisons, mais je n’ai que moi à blâmer. Je sais que je peux être meilleur.»

«Je suis très satisfait de mes premières années dans la LNH, ç’a défini ma confiance et je sais ce que je peux faire, a conclu Dubois. Je ne dois pas non plus tout changer ça en raison d’une saison décevante.»