Séries de la LNH

Une amende TRÈS coûteuse pour Bruce Cassidy

Publié | Mis à jour

Bruce Cassidy a écopé mardi d'une amende de 25 000 $ pour avoir critiqué publiquement le travail des arbitres à la suite du match numéro 5 de lundi, face aux Islanders de New York.

Pendant son point de presse, après la défaite de 5-4 qui a acculé sa troupe au pied du mur, le pilote des Bruins de Boston a insinué que les officiels ne punissent pas suffisamment l'adversaire.

«C'est comme si c'était les Saints de New York et non pas les Islanders de New York, d'imager Cassidy. Ils jouent dur et ils jouent de la bonne façon, mais je pense que nous le faisons aussi. Les même punitions qui nous sont signalées ne le sont pas de l'autre côté, et je ne sais pas pourquoi. Ce sont de très bons officiels et ils sont présents à ce stade-ci de la saison pour une raison. 

«Il y a continuellement des bâtons élevés. (Patrice) Bergeron derrière le filet avec (Brock) Nelson, celui qui atteint (Craig) Smith (lundi soir), (Brad) Marchand a été chassé pour la même infraction dans le match numéro 1. 

Cassidy critique les arbitres à l'issue du match no 5 face aux Islanders -

«Je pourrais continuer sur cette lignée avec (Chris) Wagner l'autre jour devant le filet. Peut-être que nous devons davantage provoquer des punitions contre eux et jouer la comédie, mais ce n'est pas nous. Juste pour espérer qu'ils voient les jeux. Les mêmes décisions jouent contre nous. Et ce n'est pas comme je disais que chaque décision contre nous est nulle. Ce n'est pas vrai.

«À la fin de la journée, ils doivent être pénalisés sur ces jeux, a-t-il ajouté. Ils jouent dur, ils aiment la façon dont ils jouent, mais ils commettent autant d'infractions que nous. Croyez-moi. C'est juste une question de les signaler. C'est la partie qui devient frustrante, mais vous jouez à travers (cette frustration).»

Éviter le cachot  

Si Boston souhaite d’abord gagner le sixième duel de la série prévu mercredi au Nassau Coliseum, il faudra éviter d’écoper de trop nombreuses punitions. Et si c’est le cas, l’équipe aura à trouver le moyen de les écouler avec succès. Lundi, l’avantage numérique des Islanders a frappé à chacune de ses trois premières occasions de s’exécuter.

«Nous devons régler quelques trucs. Évidemment, il y a l’infériorité numérique. [Brandon] Carlo et [Kevan] Miller jouent habituellement beaucoup de minutes et ils nous manquent, a précisé Cassidy en évoquant ses deux défenseurs blessés. Des correctifs sont à apporter. Les gars n’ont pas tous les habiletés pour le faire, mais nous devons les diriger pour qu’ils soient meilleurs.»

«Toutefois, je pense qu’à cinq contre cinq, nous avons été dominants. Notre désavantage numérique nous a laissé tomber et il faut s’améliorer de ce côté, a-t-il renchéri. Nous serons prêts pour la prochaine rencontre. Nous avons été la meilleure équipe cette fois, seulement, le tableau indicateur ne le montrait pas.»

Pour Pastrnak, il s’agira de bâtir sur la fin de la dernière partie. Les siens ont eu le dessus 18 à 3 au chapitre des tirs lors du troisième tiers, marquant deux fois.

«J’aurais aimé avoir 5-10 minutes de plus pour tenter d’égaler le pointage. C’est frustrant, mais nous devons revenir et nous concentrer sur le prochain duel. [...] Ça n’a juste pas été de notre côté.»

Les Bruins ont trébuché

Malgré une bonne performance offensive, lundi, les Bruins ont trébuché et voilà qu’ils devront vaincre les coriaces Islanders deux fois d’affilée pour demeurer en vie dans les séries de la coupe Stanley.

Le dernier match n’a pas été le meilleur de la carrière de Tuukka Rask, qui a été remplacé par Jeremy Swayman après avoir cédé quatre fois en 16 tirs. Celui-ci a pris place devant le filet au début de la troisième période, mais n’a pu empêcher les siens d’encaisser un revers de 5 à 4 dans la cinquième partie de la finale de la section Est.  

Malgré les ennuis du Finlandais, Cassidy, a voulu se faire rassurant à propos de Rask, qui présente une moyenne de buts alloués de 2,20 et un taux d’efficacité de ,925 depuis le début des éliminatoires.

«Il y avait un peu d’entretien à faire. Il n’était pas à 100 %, donc nous avons pris une décision, a affirmé le pilote au site NHL.com. C’est le choix qu’il fallait faire entre les deux périodes. Disons simplement qu’il n’était pas lui-même, pas à son mieux. Certes, il aurait pu revenir, mais on a décidé de le garder sur le banc.»

Même si Cassidy a récemment mentionné que son homme de confiance était ennuyé par des blessures persistantes, il faut s’attendre à un retour en force de sa part. C’est du moins l’opinion de l’attaquant David Pastrnak.

«Il n’y a aucun doute, a-t-il estimé. C’est l’un des meilleurs gardiens au monde. Donc, évidemment, il y a zéro doute.»