Crédit : AFP

Euro 2020

Pour la Slovaquie, Marek Hamsik reste le joueur emblématique

Publié | Mis à jour

Marek Hamsik reste à 33 ans le joueur emblématique de la Slovaquie pour l'Euro (11 juin-11 juillet), pas seulement à cause de sa coupe de cheveux mohican, mais parce qu'il va permettre à la sélection slovaque de disputer son troisième rendez-vous majeur, après le Mondial-2010 et l'Euro-2016.

« Je compte sur mon expérience accumulée lors des deux premiers et j'ai hâte de jouer celui-là, affirme Hamsik. Il faut juste que je reste en bonne santé et que je joue à fond », poursuit celui qui a fait l'essentiel de sa carrière en Serie A et qui porte désormais les couleurs de l'IFK Göteborg, en Suède.

Cet Euro où la Slovaquie affrontera la Pologne le 14 juin, puis la Suède le 18 juin, avant de défier à Séville l'Espagne le 23 juin, Hamsik l'aborde pourtant avec une pointe d'inquiétude.

Touché à un mollet, il a manqué le match de préparation contre la Bulgarie mardi (1-1).

« L'IRM a montré qu'il y avait quelque chose, mais je fais confiance à nos docteurs », a assuré l'ancien joueur de Naples (2007-19), coiffée d'une imposante crête.

Le sélectionneur slovaque Stefan Tarkovic n'a pas l'air trop inquiet. Hamsik « peut partir pour jouer l'Euro », assure-t-il. 

Le milieu offensif en a vu d'autres et fait preuve d'une remarquable endurance.

Plus de buts que Maradona

Il a été sélectionné en équipe nationale pour la première fois à 19 ans et a depuis accumulé 126 sélections (26 buts), ce qui en fait le joueur le plus capé de l'histoire, il est vrai courte, du foot slovaque.

Il a aussi disputé tous les matches les plus importants de l'histoire de sa sélection, à savoir les quatre rencontres du Mondial-2010, premier tournoi majeur du pays depuis la partition d'avec la République tchèque en 1993, et les trois de l'Euro-2016 en France.

En Afrique du Sud, sous l'impulsion d'Hamsik et grâce à un doublé de Robert Vittek, la « Repre » slovaque avait surpris la planète football en accédant aux 8es de finale en battant l'Italie (3-2) lors du dernier match de poules, avant de céder face aux Pays-Bas (2-1).

Pour se faire un nom, comme beaucoup de ses compatriotes, Hamsik a rapidement quitté son club-formateur du Slovan Bratislava pour tenter sa chance à l'étranger, en Italie.

À 16 ans, il rejoint Brescia, puis Naples en 2007, avec qui il a disputé 520 matches, toutes compétitions confondues, un record pour un joueur du Napoli. 

Avec ses 121 buts sous le maillot napolitain, il est le deuxième meilleur buteur de l'histoire du club, derrière le Belge Dries Mertens mais devant le légendaire Diego Maradona.

Passage en Chine

« Il m'a juste manqué la cerise sur le gâteau, le titre de champion. Malheureusement, nous avons terminé trois fois deuxièmes », regrette Hamsik qui, dans le « civil », porte lunettes et boucles d'oreille.

Hamsik a failli rejoindre la Juventus, comme son modèle Pavel Nedved: « J'aurais aimé l'embaucher. Il adore le football, il peut tirer des deux pieds et je me retrouve un peu en lui, quand il gère des situations de jeu différentes », a expliqué Nedved, vice-président de la Juve.

Au lieu de la Juve, Hamsik a quitté le Napoli en 2019 pour le club chinois de Dalian Pro, en Chine, avec, à la clef, un juteux contrat de trois ans. 

« Je ne peux pas cacher que j'étais attiré par l'aspect financier », a-t-il admis.

Mais la perspective de disputer l'Euro l'a conduit à revenir en Europe, à Göteborg en mars dernier. Hamsik se réjouit d'affronter la Suède à l'Euro. « Je connais mieux leur style de jeu maintenant », sourit-t-il.