Crédit : AFP

F1

GP d'Azerbaïdjan: Perez se libère, Mercedes grippe

Publié | Mis à jour

Le « meilleur vendredi » chez Red Bull pour Sergio Pérez, « plus difficile qu'attendu » chez Mercedes: le Grand Prix d'Azerbaïdjan de Formule 1 est rarement avare de surprises et les essais libres en ont déjà apporté quelques-unes.

Avec un chrono de 1 min 42 sec 115/1000 lors de la deuxième séance, le Mexicain s'est révélé le plus rapide de la journée, devant son équipier néerlandais Max Verstappen (à 101/1000) et les Ferrari de l'Espagnol Carlos Sainz Jr (à 128/1000) et du Monégasque Charles Leclerc (à 321/1000).

Rare et préoccupant, après un GP déjà difficile à Monaco il y a quinze jours (Lewis Hamilton 7e, abandon pour Valtteri Bottas), aucune Mercedes ne figure dans le Top 10 des essais libres 2: le Britannique est 11e à 1 sec 041/1000 et le Finlandais 16e à 2 sec 069/1000.

« J'ai l'impression d'avoir passé une bonne journée mais nous ne sommes juste pas très rapides », commente Hamilton, qui rit jaune. « J'attaquais, j'étais à la limite, mais la voiture est limitée. J'aurais dû être plus rapide mais nous manquons d'adhérence. Ca n'est pas facile d'être en dehors du Top 10 alors que nous étions dans le rythme ailleurs. Je ne sais pas vraiment pourquoi nous en sommes là. »

Même son de cloche du côté de Bottas qui déplore un « manque d'adhérence » et une voiture qui « glisse ». « C'est plus difficile qu'attendu », ne cache pas le Finlandais, pour qui « quelque chose ne va pas fondamentalement ». « Il faut trouver quoi », exhorte-t-il.

Red Bull « solide »

Cela serait mieux avant les essais libres 3 samedi à 13h00 locales (09h00 GMT) et les qualifications à 16h00 (12h00 GMT).

Il serait en effet malvenu de laisser Red Bull et Verstappen prendre le large au championnat, alors que le Néerlandais devance Hamilton de quatre points chez les pilotes et que les Autrichiens comptent une unité de plus chez les constructeurs.

« En essais libres 1, la voiture était plutôt correcte, j'étais à l'aise, puis en EL2, nous avons fait quelques changements pour voir si c'était mieux mais ça ne l'était pas », raconte pour sa part le leader du championnat. « On va se pencher là-dessus d'ici demain et on verra quelle direction prendre en qualifications. Jusque-là, l'équipe a l'air solide et j'en suis très satisfait. »

Si Red Bull a « l'air solide », c'est d'abord le cas de Pérez sur un circuit qui lui a réussi par le passé, avec deux 3e places pour Force India en 2016 et 2018.

« Aujourd'hui, j'ai eu l'impression de mieux comprendre la voiture et comment la piloter », affirme le Mexicain, arrivé dans sa nouvelle écurie pendant l'hiver. « C'est probablement mon meilleur vendredi cette saison, le plus complet en termes de données et de confort dans la voiture. »

Ferrari aussi

C'est « encourageant » pour son patron Christian Horner. Et suffisant pour aller chercher une première pole en F1, catégorie dans laquelle le Mexicain court depuis 2011, après un premier succès l'an dernier ?

En qualifications, il faudra certainement aussi compter sur des Ferrari à l'aise sur les circuits urbains (Leclerc était en pole à Monaco avant qu'un problème mécanique l'empêche de prendre le départ, Sainz a terminé 2e du GP).

Et l'Espagnol pourrait donner du fil à retordre au Monégasque, qui déplore une excursion dans les barrières lui ayant coûté un aileron avant en essais libres 2.

Le Français Pierre Gasly (6e des EL1 et 5e des EL2) est également bien lancé, devant l'Alpine de l'Espagnol Fernando Alonso, plus à l'aise que son équipier tricolore Esteban Ocon, la McLaren du Britannique Lando Norris et les pilotes Alfa Romeo.

Pour ce qui est de la course dimanche à 16h00 (12h00 GMT), la dégradation des pneus -- plus importante que lors des éditions précédentes à cause de la chaleur -- pourrait être un facteur à prendre en compte. Verstappen et Leclerc s'en sont plaints mais, récemment, c'est surtout Mercedes qui a souffert des températures élevées...