Canadiens de Montréal

Une décision que les Maple Leafs regretteront pour toujours

Une décision que les Maple Leafs regretteront pour toujours

Renaud Lavoie

Publié 01 juin
Mis à jour 01 juin

Combien de fois avons-nous entendu les joueurs et entraîneurs dire que le match le plus difficile à remporter en série était le dernier? 

Les Maple Leafs ont eu trois rencontres pour sortir les Canadiens, mais n’ont jamais eu les devants dans ces trois matchs. Jamais! 

Ci-dessus, le gardien Jack Campbell commente la défaite des Maple Leafs. 

La seule et unique raison est évidemment parce que Carey Price a élevé son jeu à un niveau digne des grands gardiens de l’histoire de la LNH et sa performance face à la formation torontoise sera soulignée à jamais. 

Pourtant, les Maple Leafs avaient tout pour réussir, mais ils ont pris une décision qui a été très coûteuse en bout de ligne. Une décision que les dirigeants de l’équipe vont probablement regretter pour toujours.

Pas le bon cerbère      

Jack Campbell est un gardien qui n’a jamais vraiment répondu aux attentes. Repêché au 11e rang en 2010 par les Stars, il n’a vraiment pas été en mesure de s’imposer comme gardien numéro un dans la LNH, sauf cette saison avec les Maple Leafs et ce à l’âge de 29 ans. La seule et unique raison pour laquelle il a été en mesure de le faire, c’est parce que Frederik Andersen était blessé à un genou. 

Avec ses 17 victoires en 22 matchs, les dirigeants des Maple Leafs sont tombés en amour avec leur gardien auxiliaire et ils ont ont décidé qu’il allait être celui qui allait mener l’équipe à la terre promise. 

Le problème, c’est que l’amour parfois rend aveugle. Jack Campbell a réussi des choses remarquables durant la saison. Il a remporté ses 11 premiers matchs, il a terminé la saison avec une moyenne de 2,15, ses coéquipiers n’ont dit que des bonnes choses sur cet athlète qui est d’une gentillesse exemplaire. 

Personne ne veut lui souhaiter du mal et avec raison. Mais il serait simpliste d’oublier dans quel contexte Jack Campbell a connu la saison de sa carrière. 

Pas une saison normale     

D’abord, la division canadienne s’est avérée une des plus faibles de la ligue. La compétition n’était pas très vive alors que le calendrier des équipes a été chamboulé sans arrêt en raison des éclosions de covid-19 chez les Canadiens et les Canucks. 

Le fait qu’il n’y a pas eu de spectateurs dans les gradins a aussi joué un rôle négatif et les Maple Leafs, avec leur puissance à l’attaque, ont été en mesure d’en profiter. Le vrai problème, c’est que c’était beaucoup trop facile. 

S’il y a une équipe qui n’a pas été victime des problèmes liés au calendrier dans la division nord, ce sont bien les Leafs. 

La blessure à Frederik Andersen est venu changer les données parce qu’au lieu de souhaiter qu’il revienne au sommet de sa forme pour les séries, les dirigeants de l’équipe ont décidé de regarder ailleurs et de favoriser un gardien qui sera toujours un très bon auxiliaire, mais pas celui qui est en mesure d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil de l’équipe adverse. 

Andersen aurait dû jouer     

Remis de sa blessure à un genou, Frederik Andersen a joué deux matchs dans la ligue américaine et un seul avec les Maple Leafs le 12 mai. Au lieu de donner au moins un autre match à Andersen avant le début des séries, pour s’assurer qu’il reprenne son filet, c’est Jack Campbell qui était devant la cage des Leafs pour la dernière rencontre face aux Jets. 

Le signal était alors donné. Le gardien numéro un de l’équipe, Frederik Andersen, qui a une fiche de 10-4-2, 2.61, .920% face aux Canadiens en carrière, allait officiellement céder sa place à son adjoint. 

Évidemment que personne ne s’est soulevé contre cette décision, parce que Jack Campbell a réussi à charmer tout le monde avec sa fiche de 17-3-2 cette saison. Mais est-il vraiment dans la même catégorie que Frederik Andersen? Pas du tout. 

C’est pourquoi les joueurs des Canadiens étaient si confortable dans le match ultime. La question était simple lundi. Qui voudriez-vous avoir dans le filet pour un match numéro 7? Carey Price ou Jack Campbell? La question ne se pose même pas, en bout de ligne. 

C’est Carey Price qui a donné une confiance ultime à ses coéquipiers en réparant les erreurs devant lui. Pendant ce temps, Jack Campbell a été bon, mais a accordé au moins un mauvais but dans les matchs cinq, six et sept. C’est trop. 

Dans le contexte où les Maple Leafs n’avaient pas le droit de perdre cette série face aux Canadiens, de donner toutes les responsabilités du monde à un gardien auxiliaire était un pari très risqué. 

Évidemment que tout le monde va regarder du côté d’Auston Matthews et Mitch Marner pour expliquer les insuccès des Leafs, mais ce n’est pas regarder dans la bonne direction parce que lorsqu’un gardien est chancelant, tout le monde écope.

En attendant, Carey Price et ses coéquipiers vont tenter de répéter la même chose face aux Jets. Et si la troupe de Paul Maurice prend celle de Dominique Ducharme à la légère, le même scénario va se répéter. J’ai déjà hâte. Et vous ?