Crédit : PHOTO COURTOISIE / Baseball Canada

Baseball

Sans point ni coup sûr pour les «Maple Leafs»...

Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Même si l’équipe canadienne de baseball s’affaire d’abord et avant tout à qualifier le pays pour les Jeux olympiques de Tokyo ces jours-ci, les joueurs conservaient aussi un vif intérêt pour le résultat du match numéro 7 entre le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto, lundi soir, depuis le stade de West Palm Beach, en Floride. 

L’anecdote est racontée par Josué Peley, l’un des deux Québécois à jouer pour la formation canadienne avec Jonathan Malo. En marge de la partie remportée contre la Colombie, qui se déroulait en parallèle, c’est le vétéran lanceur John Axford qui, depuis l’enclos des releveurs, s’est assuré de se tenir au courant du pointage de la partie de hockey la plus suivie au Canada cette année.

«Axford est un grand partisan des Maple Leafs et il a donné une balle à un petit gars pour qu’il le tienne au courant du score pendant notre match, a ainsi raconté Peley, en riant. Quand John m’a dit que le Canadien menait 2 à 0 après deux périodes, je n’en revenais pas.»

Évidemment, la victoire du CH contre les Leafs ne fut pas sans provoquer quelques moqueries de la part des Québécois aux dépens de ceux qui, dans l’équipe canadienne, appuient les Maple Leafs. Or, le groupe n’est pas moins uni pour défendre une autre «feuille d’érable», surtout après cette victoire de 7 à 0 contre la Colombie pour entamer le tournoi de qualifications des Amériques. Mieux encore, l’équipe canadienne a alors signé un match sans point ni coup sûr combiné, au cours duquel Andrew Albers a été parfait lors des sept premières manches. Les releveurs Brendan McGuigan et Ben Onyshko ont complété le travail au monticule tandis que le voltigeur Tyson Gilles s’est notamment signalé avec un attrapé spectaculaire au champ centre.

Crédit photo : PHOTO COURTOISIE / Baseball Canada

Préserver les bras

Aux yeux de Peley, qui a agi à titre de substitut pour cette première rencontre tout comme Malo, le Canada ne pouvait pas mieux commencer le tournoi.

«Ç’a été un match parfait pour nous, surtout qu’on n’a pas utilisé beaucoup de lanceurs et que personne ne s’est blessé, a résumé Peley. Évidemment, Albers a été incroyable, mais c’est sûr qu’il n’allait pas lancer neuf manches. L’équipe va avoir besoin de lui plus tard cette semaine si on se qualifie pour la “super round”.»

«Si on veut continuer d’avoir du succès ici, ça va passer par nos lanceurs et notre défensive, a par ailleurs avancé le joueur québécois, disant apprécier grandement son expérience avec l’équipe canadienne. On a un bon groupe de joueurs et nous sommes unis. On a aussi de bons leaders, à commencer par Scott Richmond et Dustin Molleken.»

Le Canada avait son deuxième match de la compétition à l’horaire, mardi soir, cette fois contre la formation de Cuba. La première phase du tournoi se complétera dès mercredi pour l’équipe canadienne avec un duel face au Venezuela.