Séries de la LNH

Jonathan Huberdeau est satisfait, mais s’attend à mieux

Publié | Mis à jour

La saison du Québécois Jonathan Huberdeau et des Panthers de la Floride est maintenant terminée, et en dépit de plusieurs victoires au cours du calendrier régulier, ils auraient aimé poursuivre sur la même voie en séries.

Un revers de 4 à 0 dans le sixième match de la série face au Lightning de Tampa Bay a mis fin aux aspirations du club ayant pris le deuxième rang de la section Centrale. Pourtant, avant d’affronter les champions en titre de la coupe Stanley, les Panthers avaient des raisons de croire en leurs chances. Cependant, trois gardiens – Sergei Bobrovsky, Chris Driedger et Spencer Knight – ont défilé devant leur filet, ce qui n’est habituellement jamais bon signe.

Aussi, l’équipe floridienne n’a toujours pas remporté une seule ronde depuis le printemps 1996, lorsqu’elle avait atteint la finale. Il faudra certes un résultat différent l’an prochain pour parler de progression.

«Au point de vue de l’organisation, c’est bien de revoir les partisans dans les gradins, de replonger dans une culture gagnante. C’est ce que nous voulons. Les séries, c’est ce qui compte et c’est là qu’on veut gagner. L’an prochain, cependant, nous reviendrons avec une meilleure attitude. On peut devenir une excellente formation», a commenté Huberdeau au site NHL.com.

«Cette année, je pense que nous avons joué différemment. C’était autrement, mais ce fut un nouveau départ pour moi et les autres membres du club. [...] On a performé comme une équipe renouvelée misant sur un nouveau départ. On a joué du hockey différent et on a eu beaucoup de plaisir. C’est triste que tout cela soit fini», a ajouté son coéquipier Aleksander Barkov.

Apprendre à gagner

Les Panthers peuvent se dire que les derniers jours ont servi de leçons qui seront utiles. Ils ont pris conscience de l’importance de gagner des parties serrées pour aller loin en séries.

«Le Lightning sait comment remporter ces matchs et il nous l’a montré, a admis Barkov. Dans la première rencontre, je crois qu’on a joué de façon exceptionnelle et ils ont trouvé le moyen d’obtenir la victoire. Ce fut la même chose dans l’affrontement suivant : nous avons vraiment bien fait, mais nous ne pouvions pas marquer de buts. C’est pourquoi vous apprenez d’eux. Il faut trouver le moyen d’accomplir cela aussi, ces gestes gagnants à chaque fois que vous êtes sur la glace», a précisé Barkov, qui a totalisé sept points contre Tampa, mais qui a surtout affiché un pauvre différentiel de -8.

Pour sa part, l’entraîneur-chef Joel Quenneville espère que ses troupiers pourront imiter les Blackhawks de Chicago qu’il a dirigé durant de nombreuses années. Il était à la barre du club de l’Illinois en 2009 quand il a perdu en finale d’association contre les Red Wings de Detroit, champions en titre à l’époque. L’année suivante, les Hawks soulevaient le trophée, le premier de trois durant la décennie 2010.

«Nous revenons à la maison pour l’été et si on regarde l’ensemble, il y a pas mal de positif, mais on veut toujours s’améliorer, a-t-il dit. On ne peut se contenter de la progression de cette année qui fut significative. Réfléchissons aux façons de nous améliorer.»