Oilers vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

La porte est grande ouverte pour Cole Caufield

La porte est grande ouverte pour Cole Caufield

Jean-Charles Lajoie

Publié 22 mai
Mis à jour 22 mai

Nous avons une série. C’est déjà ça de pris. Je le précise puisque personne n’y croyait vraiment, à part peut-être moi. Et Réjean qui a choisi Montréal en 4 et un défilé de la Coupe Stanley SANS distanciation pour le Noël du campeur.

Mettons que ça ajoute du poids à la rumeur selon laquelle Le Parrain aurait pris une fusée russe pour se rendre à Moscou afin d’y recevoir deux doses du vaccin Spoutnik V en 24 heures avant de revenir, non sans avoir fait un détour sur la Lune pour aller « rider » avec Poutine... Un voyage « organisé ».

Revenons sur Terre. Il fallait survivre à la première période, idéalement la gagner. Objectif atteint, gros tonic pour David face au premier assaut de Goliath. Plusieurs vétérans ont sonné la charge. «L’homme montagne» Shea Weber a été très bon. Joel Edmundson et Ben Chiarot aussi.

Corey Perry et Eric Staal avaient une excellente période dans les jambes. Heureusement, Perry est dans le hockey depuis plus longtemps que mon ami Réjean. Il n’a donc pas été trop ébranlé par la terrible blessure qu’il a involontairement infligée à son ami John Tavares. Un genou qui suit sa trajectoire à vitesse LNH, une tête qui se retrouve malencontreusement sur son chemin, et une scène troublante d’un super athlète, redevenu subitement un homme en convulsions, un père de famille ensanglanté sur la glace.

Faut dire qu’au nom du fameux code, Nick Foligno a insisté pour que Perry assume son geste accidentel. Freak Show Foligno, élevé avec les Loups chez les juniors à Sudbury, a démontré que la barbarie subsiste dans la LNH. Au nom du code... C’est aussi au nom du code que des membres de gangs criminels croulent sous les balles et se font piquer dans les rues des villes. Édifiant...

Code Glorieux

Revenons à ce qu’il y a eu de beau jeudi soir. La victoire bien entendu. Et sa signature. Carey Price. Nom de «code» : Glorieux. Le joyau a été tantôt bon tantôt spectaculaire. Notamment face au dangereux Mitch Marner en troisième période. Le gardien franchisé semble en forme et affamé. Tous les buts juteux qu’il avait dans le corps ont été offerts à ses coéquipiers à l’entraînement de mercredi à Brossard. Price a liquidé 425 $ de graphite contre le poteau des buts afin de réveiller en lui ce qu’il fallait de colère pour débuter la série avec le feu réglé à la bonne température. Les yeux et les jambes de Carey ne mentent jamais.

Toronto voudra déranger le gardien du CH ce soir, mais le corps défensif brutal risque d’imposer loi et respect. Il le faudra pour en gagner une deuxième. Il faudra aussi un avantage numérique juste un peu digne. Ça veut dire exit Gallagher de la première vague. Les meilleurs œufs dans le même panier, cette équipe n’a pas assez de talent pour combler deux vagues.

Ce qui est merveilleux, c’est que le 0 en 5 avec un homme en plus jeudi ouvre grande la porte à Cole Caufield, «Le Neveu» des grandes occasions. Et il y a des candidats pour sortir de l’alignement afin de faire de la place au buteur naturel. Tatar et Armia semblaient prendre part à un voyage organisé en autobus jaune lors du match de jeudi. Or, il n’y a plus de places pour les passagers passifs qui cherchent les kiosques de barbe à papa à ce stade-ci de la saison.

COUP DE CŒUR

Aux séries éliminatoires de la LNH. Nous sommes très loin du contexte de bulle de l’automne dernier. L’intensité est bien réelle. Le retour du public dans les amphithéâtres américains ajoute au plaisir retrouvé des amateurs qui regardent les matchs à TVA Sports. C’est bien joué, c’est du hockey engagé, ça fait du bien à regarder!

COUP DE GUEULE

À Nick Foligno. Je reviens sur les représailles qu’il a appliquées avec insistance à Corey Perry après la blessure accidentelle subie par John Tavares. Le CH aurait pu être timide pendant de longues minutes après cette scène troublante. Mais avec son initiative grotesque, Foligno a semblé chasser tout le malaise sur le banc du CH. Il a relancé Montréal.

UN P’TIT 2 SUR...

Une deuxième victoire du CH ce soir face aux Leafs. Je sais que je charrie, mais j’y crois vraiment. Montréal a disputé un bon match jeudi soir, mais pas un grand match. Il reste beaucoup de bon hockey à sortir de cette équipe, particulièrement en attaque et en avantage numérique. Selon les choix d’effectifs de Dominique Ducharme, ce pourrait se passer une deuxième fois ce soir!