Canadiens de Montréal

Paul Byron a son propre «The Goal»

Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Le vaillant Paul Byron se retrouvait étendu sur la patinoire, jeudi soir, au moment d’inscrire le but vainqueur pour le Canadien de Montréal, en troisième période, dans le premier match de la série contre les Maple Leafs de Toronto.

«C’était la première fois, je n’avais jamais compté comme ça», a reconnu Byron, en point de presse, au lendemain de son exploit.

«Beaucoup de gens m’ont texté et m’ont envoyé des photos, c’est un moment spécial, c’est sûr, a-t-il estimé, avouant qu’il avait lui-même revu la séquence à quelques reprises. Maintenant, après ça, la concentration doit être sur le fait de jouer demain (samedi).»

S’il en était à un premier but marqué en se retrouvant affalé ainsi sur la surface glacée, la séquence n’était pas sans faire penser à quelques buts semblables marqués par d’autres joueurs au fil des ans.

Un filet inscrit par la vedette Alex Ovechkin, des Capitals de Washington, le 16 janvier 2006 contre les Coyotes de Phoenix, est probablement celui qui demeure dans l’esprit collectif. Ce but a d’ailleurs été baptisé, purement et simplement, «The Goal».

De manière spectaculaire, Ovechkin était pour sa part tombé en feintant devant le défenseur Paul Mara. Il était par ailleurs en train de glisser sur le dos quand il a trouvé un moyen de diriger la rondelle vers le filet avec son bâton, déjouant ainsi le gardien Brian Boucher. Les Capitals l’avaient alors emporté 6 à 1 contre les Coyotes dans un match de saison régulière disputé en Arizona.

Un moment incroyable

Pour Byron, au terme de sa carrière, cette séquence sera probablement son propre «The Goal», surtout que ça s’est passé en séries éliminatoires, contre les Maple Leafs, de surcroît.

«J’ai lu le jeu et j’ai réagi (read and react). C’était un désavantage numérique normal. Il y avait un bon espace entre les défenseurs, j’ai voulu mettre de la pression, j’ai plongé pour la rondelle et fait de mon mieux pour la protéger. Ensuite, je ne peux pas vraiment décrire ce qui s’est réellement passé, mais c’était un moment important dans le match, a affirmé le petit attaquant du Canadien, reconnaissant que c’était spécial de réaliser une telle pièce de jeu dans les éliminatoires. On veut jouer dans les séries, et des moments comme celui-là, c’est incroyable.»

D'autres buts mémorables

Chez les joueurs actuels du Canadien, plusieurs ont déjà inscrit un ou deux buts dont ils se souviennent particulièrement et qui se retrouvent, bien souvent, dans des compilations sur le web. Il y a ce but de Brendan Gallagher qui, sur les genoux, avait réussi à loger la rondelle derrière le gardien des Red Wings Jimmy Howard, à Detroit. Puis, à l’époque qu’il portait les couleurs des Ducks d’Anaheim, Corey Perry avait pour sa part inscrit un filet magnifique, après être tombé sur la glace, dans une partie contre les Islanders de New York.

De façon plus historique, un but de Bobby Orr en prolongation a évidemment marqué les esprits, lui qui avait alors permis aux Bruins de Boston de remporter la finale de la Coupe Stanley en 1970. Un cliché où le voit plonger en célébrant tout près du gardien Glenn Hall, des Blues de St. Louis, demeure iconique. Toute proportion gardée, Byron aura aussi, un jour, une très belle photo à installer au-dessus de son foyer. Mais pour le moment, comme l’a répété l’attaquant du Canadien, l’important est de se concentrer sur le deuxième match de la série, samedi, à Toronto.