Crédit : Photo d'archives, AGENCE QMI

Sports divers

Pierre-Luc Poulin obtient son billet pour Tokyo en K-4

Publié | Mis à jour

Le kayakiste Pierre-Luc Poulin participera à ses premiers Jeux olympiques à Tokyo cet été.

Disputés du 11 au 14 mars à Burnaby, les essais olympiques en K-4 500m ont été repoussés en raison d’une blessure à une main à Poulin qui a dû passer sous le bistouri. La reprise tant attendue s’est déroulée, mercredi et jeudi, au bassin olympique de l’Île Notre-Dame.

L’embarcation de Poulin, du médaillé olympique Mark de Jonge, de Simon McTavish et de Nicholas Matveev a remporté ses deux duels par plus de trois secondes pour s’imposer devant l’équipage de Vincent Jourdenais, Brian Malfesi, Dominik Crête et Laurent Lavigne pour mettre la main sur le laissez-passer à l’enjeu. Le K-4 masculin rejoint ainsi le K-4 féminin qui est lui aussi qualifié pour les Jeux.

«Une bonne chose de faite, a résumé Poulin qui était bien calme après sa qualification. Il y a une grosse tâche devant nous qui est de bien performer à Tokyo. On devrait être content avec un résultat entre la cinquième et la huitième position. Pour la première course, mercredi, nous avons poussé la machine à fond et nous en avons payé le prix dans les derniers mètres. Aujourd’hui, nous avons voulu prévenir pour terminer en force, mais nous avons néanmoins réussi un temps rapide pour cette période de l’année.»

Le quatuor a franchi le fil d’arrivée en 1 min 20,3 s comparativement à 1:23,5 pour leurs adversaires.

Le Trifluvien Jourdenais et Malfesi n’ont pas tout perdu.

Après l’annulation des essais continentaux prévus en avril au Brésil, le Canada a obtenu des quotas supplémentaires en raison des résultats au championnat mondial 2019, ce qui permettra à Jourdenais et Malfesi d’être aux Jeux en K-2 1000m.

Circonstances difficiles

Blessure et COVID-19 obligent, Poulin n’a pas obtenu la même préparation qu’à l’habitude.

«Je suis en excellente forme, mais j’ai fait 350 kilomètres au lieu de 1500, a-t-il raconté. Je n’étais pas inquiet parce que je suis dans un bateau d’équipe. Mes coéquipiers ne m’ont pas traîné, mais ils ont fait la différence. Les gars m’ont mis en confiance à mon retour sur l’eau à Halifax le 23 mars. J’ai senti à 100 pour cent la confiance des gars.»

«La pire erreur en ce moment serait de tenter de rattraper le temps perdu, de poursuivre Poulin. Je dois miser plutôt sur la qualité. Chaque kilomètre doit être un bon kilomètre. C’est ce que je m’assure de faire depuis mon retour après ma blessure.»

Lutte à l’interne

Poulin pourrait aussi être sur la ligne de départ en K-1 200m à Tokyo où le Canada possède deux entrées.

«Ça m’intéresse, mais il faudra voir, a-t-il précisé. La lutte à trois se décidera à l’interne. On se retrouvera tous les six kayakistes qualifiés pour Tokyo lors d’un camp à Trois-Rivières.»

En préparation finale pour les essais de cette semaine, les deux équipages de K-4 s’étaient entraînés chacun de leur côté. Poulin et ses coéquipiers à Montréal et Jourdenais et ses partenaires à Trois-Rivières.

Poulin, de Jonge et Matveev et Poulin se disputeront les deux places en bateau individuel.