Crédit : AFP

F1

Hamilton a le dernier mot sur Verstappen

Publié | Mis à jour

Les courses se suivent et se ressemblent pour l’écurie Aston Martin, dont les deux pilotes, comme ce fut le cas au Portugal sept jours plus tôt, ont été limités à un rôle de figuration et exclus des points au Grand Prix d’Espagne.

Pour cette équipe qui s’était fixé comme objectif de terminer troisième au classement des constructeurs, derrière les intouchables Mercedes et Red Bull, c’est un autre parcours décevant.

Sa mince récolte de cinq points en quatre courses cette année lui confère maintenant la septième place au tableau.

«C’est un peu frustrant de ne pas avoir été en mesure d’obtenir le point final, a avoué Stroll. Nous nous sommes bien battus avec l’AlphaTauri, mais on a manqué de performance.»

Le Québécois a été doublé au 63e des 66 tours de l’épreuve par le Français Pierre Gasly, qui lui a ravi le 10e rang. On l’a aussi vu tenter de résister au vétéran et double champion du monde Fernando Alonso.

«Nous avons eu un contact [sans gravité] et Fernando m’a poussé à l’extérieur, a prétendu Stroll. Nous avons beaucoup appris en fin de semaine, mais il y a encore place à amélioration...»

Ce qu’il faut retenir

Chapeau à Mercedes

Lewis Hamilton et Mercedes ont prouvé une nouvelle fois qu’ils formaient une combinaison redoutable. Au Grand Prix d’Espagne, le pilote britannique peinait à combler l’écart avec la Red Bull de Max Verstappen. Mais c’est avant que le stratège de l’équipe, James Volwes, ne passe aux actes et demande à Hamilton d’effectuer une halte aux puits de ravitaillement pour chausser la monoplace de gommes neuves. Ce qu’il a fait au 42e tour.

On connaît la suite. Hamilton a entamé une brillante remontée pour ravir la première place au pilote néerlandais.

Un terrain de jeu

Hamilton a fait du circuit de Barcelone un véritable terrain de jeu, lui qui s’y est imposé dimanche pour la cinquième année de suite. Un seul autre pilote a réussi ce genre d’exploit : un certain Ayrton Senna au Grand Prix de Monaco. Le pilote de 36 ans connaît incidemment le meilleur début de saison de sa fructueuse carrière avec ses trois victoires en quatre courses et une récolte de 94 points sur une possibilité de... 104.

Bottas se défend

Pour la troisième fois de la saison, Valtteri Bottas s’est contenté de la dernière marche du podium au Grand Prix d’Espagne, qui s’est avéré un... copier-coller de l’épreuve précédente, au Portugal. Alors que son coéquipier Hamilton se faisait de plus en plus insistant derrière lui, le Finlandais s’est fait dire de ne pas tenter de le retarder.

Au micro du réseau britannique Sky Sports, Bottas s’est montré plutôt agacé par la démarche de son équipe. «Je ne suis pas là pour laisser passer les autres. Je suis là pour courir.»

Dur pour Vettel

Aucun point en quatre départs pour Sebastian Vettel : le pilote allemand représente une très grande déception chez Aston Martin, où il souhaitait relancer sa carrière.

Vettel a beau avoir été sacré champion du monde à quatre reprises, il n’est plus l’ombre de lui-même.