Crédit : Photo Didier Debusschère

NFL

Pier-Olivier Lestage s'entend avec les Seahawks

Publié | Mis à jour

Pas de saison universitaire canadienne, pas de Pro Day, pas de East-West Shrine Game pour se mettre en valeur, mais pas de problème! Ce n’est pas une pandémie qui allait freiner Pier-Olivier Lestage dans sa quête d’atteindre la NFL, opportunité qu’il obtient par le biais d’un contrat comme agent libre avec les Seahawks de Seattle.

Le garde des Carabins de l’Université de Montréal a été embauché tout juste à la conclusion du repêchage de la NFL, samedi en début de soirée, malgré les nombreux obstacles cités, qui l’ont privé d’une belle visibilité auprès des recruteurs américains.

«Je me sens super bien. C’est un gros poids qui vient de s’enlever de mes épaules. C’est tout un soulagement et je peux maintenant continuer à travailler sur mon rêve de la NFL», a réagi le joueur de Saint-Eustache, en visioconférence.

«C’est sûr qu’il y a eu énormément de moments où j’ai douté. Chaque fois que la pandémie m’a mis les bâtons dans les roues, je ne me suis pas découragé parce que je tenais à mon rêve, mais il y a eu des moments difficiles», a-t-il concédé.

Une grande fierté

Malgré tout, Lestage est devenu le troisième joueur dans l’histoire du programme des Carabins à faire son chemin dans la NFL.

La saison dernière, le demi défensif Marc-Antoine Dequoy avait décroché un contrat comme agent libre avec les Packers de Green Bay, avant d’être libéré au début du camp d’entraînement. En 2014, le bloqueur David Foucault s’était taillé un poste avec les Panthers de la Caroline, avec lesquels il a évolué jusqu’en août 2016.

«C’est une nouvelle positive dans une année très difficile pour tout le monde. P-O a travaillé très dur pour se donner cette opportunité. Il a démontré que c’est possible de jouer tout son football au Québec et d’obtenir la chance de jouer dans la meilleure ligue de football au monde», s’est réjoui l’entraîneur-chef des Carabins, Marco Iadeluca.

«Ça me rend fier d’avoir un contrat de la NFL en ayant joué mon football au Québec. Ça prouve que les gars d’ici ne sont pas obligés de s’exiler aux États-Unis», a renchéri Lestage.

Beaucoup d’intérêt

Tout au long du processus, une quinzaine d’équipes auraient démontré de l’intérêt à son endroit. Au terme du repêchage, sept d’entre elles ont concrètement contacté son agent Sasha Ghavami.

«J’avais un bon feeling avec les Seahawks. C’est l’équipe qui a démontré le plus d’intérêt et de loin. C’est un bon fit depuis le début et ils partaient avec une longueur d’avance. J’ai pu discuter avec leurs recruteurs et certains de leurs coachs. Même Pete Carroll (entraîneur-chef) m’a appelé», a raconté Lestage, qui a aussi appris les rudiments de la position de centre, si sa nouvelle équipe lui demandait de changer de position.

Ce dernier mettra le cap vers Seattle pour un examen physique de routine le 12 mai, après quoi le camp des recrues devrait s’amorcer.

«J’ai une belle occasion de faire ma place. Je vais aller leur montrer le genre de personne, de joueur de football et de travailleur que je suis.»

Depuis quelques années, les Seahawks éprouvent des ennuis sur la ligne offensive, au point où leur quart-arrière étoile Russell Wilson s’en est plaint publiquement durant la saison morte. Lestage aura donc une belle occasion de lutter pour un poste.