Canadiens de Montréal

«Nous ne sommes pas loin de Toronto»

Publié | Mis à jour

Il y avait une symbolique assez forte au son de la sirène. Quand Auston Matthews, Mitchell Marner, John Tavares et Morgan Rielly ont patiné vers Jack Campbell pour le féliciter, les Maple Leafs avaient déjà un billet en poche pour une participation aux séries.

C’était écrit dans le ciel. On n’avait pas besoin d’être un devin pour comprendre que les Leafs accèderaient aux séries. À moins d’une catastrophe, ils termineront même au sommet de la division Nord.  

À 67 points (31-13-5), les Maple Leafs sont à des kilomètres devant le CH qui a 51 points (21-18-9). Mais il n’y a pas juste un fossé pour le nombre de points au classement. À Toronto, il y a aussi un marqueur de 35 buts en Matthews, un ailier de 60 points en Marner et un défenseur à 32 points en Rielly. À ce trio, on doit aussi ajouter Tavares à 44 points et William Nylander à 36 points.

Il y a beaucoup de talent chez l’équipe à la feuille d’érable bleue. Mais cette équipe aura un démon à chasser dans quelques semaines. Ils chercheront à gagner un premier tour en séries en 17 ans, leur dernière victoire remontant à l’époque de Joe Nieuwendyk et Ed Belfour en 2004 contre les Sénateurs d’Ottawa.

Si la logique est respectée, les Leafs retrouveront le Tricolore lors du premier tour des séries. Toujours au quatrième rang de cette division canadienne, le Canadien joue avec une confiance très fragile depuis des semaines. L’équipe de Dominique Ducharme n’a pas signé deux victoires d’affilée à ses 15 dernières sorties.

Avec le revers de mercredi soir, le CH a maintenant un dossier de 2-4-1 cette saison contre la bande à Sheldon Keefe.

«Non, nous ne sommes pas loin de Toronto, a répliqué l’ailier Josh Anderson. Pas du tout. Nous avons joué des matchs serrés contre eux. Pour plusieurs matchs, je trouvais que nous étions la meilleure équipe contre les Maple Leafs. Je crois en cette équipe. Nous avons un bon groupe de joueurs depuis le jour un.»

Une grosse montagne  

Ducharme a parlé d’une fatigue mentale pour ce premier match à Montréal après un voyage de cinq rencontres en Alberta.

«Je n’ai pas détesté notre départ, a-t-il dit. Mais les Leafs ont marqué sur les deux premières chances. En deuxième période, j’ai trouvé que mentalement nous avons regardé le retard de deux buts comme si ça ressemblait à une grosse montagne à gravir. On voyait ça trop gros.»

Pour son deuxième match avec le CH, Cole Caufield a joué à l’aile droite avec Nick Suzuki et Tyler Toffoli. Le numéro 22 a terminé la rencontre avec deux tirs, un dossier de -1 et près de 14 minutes de temps de jeu. Ducharme a offert une évaluation assez tiède de ce nouveau trio.

«Ils ont eu certains moments. Nick a marqué un beau but. Mais en général, on peut générer plus d’occasions, surtout à partir de la 2e période.»