Crédit : AFP

F1

«Je me croise les doigts pour y retourner l’an prochain»

Publié | Mis à jour

À l’instar de son compatriote Nicholas Latifi qui, la veille, avait regretté de devoir faire à nouveau l’impasse sur le Grand Prix du Canada, Lance Stroll s’est dit déçu de ne pas courir devant son public en 2021.

L’escale montréalaise du Championnat du monde de Formule 1 a été annulée mercredi en raison de la pandémie. Et ce, pour une deuxième année consécutive.

«Je suis attristé d’apprendre que nous ne nous déplacerons pas à Montréal encore cette année, a fait savoir le pilote québécois. C’est la course qui me tient le plus à cœur dans le calendrier.

«Mais j’ai surtout une pensée pour les amateurs de F1, a-t-il renchéri. Le Grand Prix du Canada est un événement attendu et très spectaculaire. L’ambiance qui y règne est incroyable et je ne suis pas le seul à le dire. Je me croise les doigts pour y retourner l’an prochain.»

Ses premiers points

Stroll n’oubliera jamais son premier parcours au Circuit Gilles-Villeneuve, à son année recrue en 2017. C’est à cet endroit qu’il a récolté ses deux premiers points en F1 après avoir rallié l’arrivée au neuvième rang à bord d’une Williams.

«J’ai des souvenirs mémorables de cette course, relate le pilote de 22 ans. Ç’a été formidable d’inscrire mes premiers points à la maison devant parents et amis.»

Déçu et résigné, Stroll comprend toutefois la situation.

«Il faut accepter cette décision de reporter la course à l’an prochain, indique-t-il. La bonne nouvelle, c’est que la tenue du Grand Prix est prolongée de deux autres années [jusqu’en 2031 inclusivement].»

Deux Top 10

Stroll compte trois participations à son Grand Prix national. À sa dernière présence, à bord d’une Racing Point en 2019, il avait également terminé à la neuvième place.

L’année précédente, il a été contraint à l’abandon dès le premier virage après un accrochage l’impliquant avec le Néo-Zélandais Brendon Hartley. Les deux pilotes s’en sont tirés indemnes malgré la violence de la collision.

La date du 13 juin, initialement accordée à Montréal cette année, sera désormais occupée par Istanbul. Cette grande ville de la Turquie, qui avait perdu son épreuve en 2011, remplacera ainsi une course annulée pour une deuxième année de suite.

Trois courses à huis clos

Le cirque de la F1 s’est installé en fin de semaine au circuit de Portimao, pour y disputer le Grand Prix du Portugal dimanche. Après quoi, on mettra le cap vers Barcelone dès la semaine prochaine.

Ces deux étapes auront lieu à huis clos en raison de la COVID-19. En fait, trois des quatre prochaines courses à l’horaire seront présentées sans spectateurs.

Après l’Espagne, la F1 renouera avec son épreuve phare, le Grand Prix de Monaco, qui avait été annulée l’an dernier. Or, selon toute vraisemblance, les organisateurs de ce rendez-vous mythique, qui aura lieu du 20 au 23 mai, espèrent pouvoir attirer environ 40 pour cent de la capacité d’amateurs habituellement autorisés sur le site.

Notons que le Grand Prix d’Azerbaïdjan, dont le tracé est aménagé dans les rues de la capitale Bakou, n’acceptera aucun spectateur du 4 au 6 juin.