CF Montréal

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Club de foot Montréal

CF Montréal : Toye est un nouvel homme

Publié | Mis à jour

Mason Toye est un homme changé en ce début de saison, et c’est tant mieux puisqu’il a déjà récolté deux buts en deux matchs.

C’est un peu lui qui a donné le ton des deux premières rencontres du CF Montréal : il a chaque fois inscrit le premier but de l’affrontement dans le premier quart d’heure de jeu.

On est bien loin du joueur qui semblait perdu sur le terrain quand il est arrivé du Minnesota l’automne dernier.

En six matchs et 152 minutes avec le club montréalais en 2020, l’attaquant n’avait obtenu qu’une passe et avait été limité à un seul tir, alors qu’il en a maintenant quatre en deux parties cette année.

Gros travail

À quelques reprises dans les deux dernières semaines, Wilfried Nancy a mentionné que le personnel d’entraîneurs avait beaucoup travaillé avec Toye pour lui redonner confiance et faire en sorte qu’il soit moins dur envers lui-même.

«Ils ont été géniaux avec moi, mais aussi avec l’ensemble de l’équipe en mettant l’accent sur la croissance de tout le monde, a dit le principal intéressé lundi. Comme le dit souvent Wilfried, nous voulons toujours offrir la meilleure version de nous-mêmes tous les jours.»

On s’est aussi efforcé de le libérer mentalement de l’emprise de la perfection.

«On m’a dit de me concentrer sur le prochain jeu, de ne pas être trop dur envers moi et d’oublier les erreurs.»

«Beaucoup d’entraîneurs m’ont dit ça par le passé, mais je commence seulement à en réaliser l’importance. Je suis maintenant plus ouvert à la critique.»

Maturité

Mais quel a été le déclic lui permettant d’alléger cette pression qu’il s’imposait lui-même ?

«Je crois que c’est surtout de la maturité, avoue humblement le joueur de 22 ans. En vieillissant, on voit ce qui compte et ce qui compte moins et il faut aussi tirer du plaisir sur le terrain.»

«Pour moi, c’est de m’améliorer constamment plutôt que de voir chaque entraînement comme un cas de vie ou de mort.»

Ce n’est pas évident de convaincre quelqu’un qui est perfectionniste d’être moins dur envers lui-même, mais Toye semble avoir franchi le cap.

«Quand ce n’est pas assez bon, on retourne à la planche à dessin et on trouve une solution.»

Des attentes

Il reconnaît du même coup que la transaction qui l’a fait passer du Minnesota United FC à Montréal, le 1er octobre 2020, en retour de 600 000 $ en allocation générale, a eu un grand impact sur lui.

Premier choix du Minnesota lors du repêchage de 2018, Toye a été appelé au septième rang avec un choix que le Minnesota avait obtenu de... Montréal.

Mais Toye admet que la vie n’est pas pareille au sein de l’équipe qui t’a repêché que dans une formation qui vient de t’acquérir avec une transaction.

«Cet échange m’a forcé à prendre de la maturité. Quand tu es repêché, tu es encore jeune et on te protège. Ici [à Montréal], on ne me voit plus comme un jeune joueur, on s’attend à ce que je contribue et que je sois combatif.»

Point de presse de Kamal Miller 

Point de presse de Mason Toye