Crédit : AFP

LNH

Bientôt la fin pour David Backes?

Publié | Mis à jour

Faisant la navette entre la formation des Ducks d’Anaheim et l’escouade de réserve, l’attaquant David Backes envisage sérieusement de prendre sa retraite au terme de la campagne.

Âgé de 36 ans, le vétéran a été limité à trois buts et quatre points en 14 rencontres cette année au sein d’une équipe qui occupe le dernier rang de la section Ouest. Une situation difficile à digérer pour un ancien marqueur de 31 buts en une saison. 

Mais pour l’instant, l’Américain souhaite profiter de chaque instant dans la Ligue nationale de hockey (LNH), lui qui s’estime privilégié d’évoluer au sein du meilleur circuit au monde.

«C’est une probabilité, a concédé Backes en vidéoconférence, dimanche. Mais ce n'est pas une certitude. C'est là où j'en suis. J'ai dit toute l'année que chaque match que vous jouez dans cette ligue est un cadeau, chaque présence que vous obtenez est un cadeau. C'est une grande bénédiction pour pouvoir jouer dans cette ligue.»

Réflexion 

Backes, dont le contrat actuel se terminera à la fin du calendrier 2020-2021, refuse toutefois de donner une réponse claire pour le moment. Il préfère attendre que la poussière retombe pour éviter de changer d’idée ensuite.

«J’ai pris des notes des gars avant moi, a-t-il fait valoir. Les émotions et le travail nécessaire au cours d’une saison rendent le processus pour prendre une décision concrète difficile. Je ne veux pas offenser Brett Favre parce qu’il a eu une grande carrière, mais il a pris sa retraite six ou huit fois et est revenu quand même.»

«Quand je dirai: "ça suffit", j’aimerais que ce soit décisif sans avoir à revenir en arrière.»

Avant le duel des Ducks lundi soir, Backes avait totalisé 248 buts, 561 points et 1148 minutes de pénalité en 964 matchs dans l’uniforme des Blues de St. Louis, des Bruins de Boston et des Ducks.

Lorsqu’il aura accroché ses patins, il n’exclut pas un rôle différent dans le monde du hockey. «J’ai certainement encore la passion. Si je ne joue pas, [un autre rôle] dans le sport n’est pas hors de question, je crois.»