Crédit : AFP

Golf

Une raison de sourire pour l’Australie

Publié | Mis à jour

Le duo australien formé de Marc Leishman et de Cameron Smith a profité d’une erreur de ses rivaux sud-africains Louis Oosthuizen et Charl Schwartzel au premier trou de prolongation pour remporter la Classique Zurich de La Nouvelle-Orléans du circuit de la PGA, dimanche.

À égalité au sommet après les quatre rondes réglementaires avec un total de 268, 20 coups sous la normale, les deux équipes sont revenues au 18e trou pour trancher le débat. Or, Oosthuizen a rendu la vie facile à ses adversaires en envoyant son coup de départ dans l’eau. Conséquemment, les golfeurs de l’Océanie n’ont eu qu’à sauver la normale de 5 pour l’emporter, pendant que Schwartzel et son partenaire se contentaient d’un double-boguey sur ce trou disputé sous la formule à coups alternés, comme ce fut le cas pour les rondes 2 et 4.

Leishman et Smith ont remis une carte de 70 (-2) au cours du dernier 18 trous régulier, contre une fiche de 71 (-1) pour leurs vis-à-vis. Les Américains Richy Werenski et Peter Uihlein (67) ont pris le troisième rang à un coup de la tête.

Quelques Canadiens ont participé à cet événement par équipe. Celui ayant obtenu le meilleur résultat fut Michael Gligic (75), qui a fini 29e avec Vincent Whaley, des États-Unis, avec un dossier de 281 (-7). L’autre joueur de l’unifolié ayant évité le couperet à mi-chemin de la compétition, David Hearn (77), a vu son tandem complété par l’Américain Zack Sucher éprouver des ennuis, dimanche. Les deux hommes ont conclu à 283 (-5), à la 32e et avant-dernière place parmi les duos en action durant la fin de semaine.

Pour leur part, Nick Taylor et Roger Sloan, qui évoluaient respectivement avec l’Écossais Martin Laird et l’Australien Aaron Baddeley, avaient plié bagage après 36 trous.

Lors des rondes 1 et 3, le tournoi s’est déroulé sous le format à quatre balles.