Alouettes entrainement

Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Alouettes de Montréal

Un pas dans la bonne direction pour les Alouettes

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Les joueurs des Alouettes de Montréal voient la plus récente annonce de la Ligue canadienne de football comme un pas dans la bonne direction. Ils attendent cependant de voir dans quelles conditions ils retourneront sur le terrain avant de sauter de joie.

Malgré un possible report de quelques semaines, le commissaire Randy Ambrosie a laissé savoir, mercredi, que son circuit veut bel et bien présenter une saison en 2021.

« C’est encourageant et je suis content d’entendre ça, a souligné Martin Bédard. On savait que s’il n’y avait pas de saison 2021, c’était possiblement la fin de la LCF.

« Au cours de la dernière année, nous avons démontré que nous sommes prêts à faire des sacrifices pour jouer au football. On souhaite seulement que les conditions de retour au jeu soient vivables. »

Le centre-arrière Jean-Samuel Blanc est aussi heureux de ce qu’il a entendu mercredi matin.

« C’est une bonne nouvelle et ça fait plus d’un an qu’on l’attendait, a souligné le Québécois. En tant que joueur de football, tu veux simplement jouer. »

Enfin une date

Le secondeur Alexandre Gagné croit que l’annonce d’une date est significative.

« C’est positif simplement d’en avoir une. L’année passée, on n’a pas eu de nouvelles avant le mois de juin. On recevait des mises à jour une fois par mois.

« On voit qu’il y a une évolution au niveau de la vaccination à travers le Canada. On a espoir que ça commence à débloquer. »

Du côté du vétéran Kristian Matte, il ne tient rien pour acquis.

« Je suis content d’avoir une nouvelle date tentative. On s’attendait à ce que la saison soit repoussée de quelques semaines. Au moins, il y a un plan en place. »

Avec un calendrier de 14 matchs, c’est quatre chèques de paye de moins dans les poches des joueurs. Ça s’ajoute aux sacrifices qu’ils ont déjà faits durant leurs négociations contractuelles avec leurs équipes respectives.

« Quatre matchs, c’est beaucoup. Je ne peux rien y changer et je sais que le calendrier pourrait être encore réduit. Il n’y a pas juste l’argent qui compte en ce moment.

« Avoir du football cette année, ce serait quelque chose d’extraordinaire. Ça ferait du bien au moral des joueurs et des partisans, mais aussi à la population canadienne. Ça montrerait que les choses commencent à revenir à la normale. »