Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Le Rocket l’emporte de peine et de misère

Publié | Mis à jour

Le Rocket de Laval a fait fi d’une pause de 11 jours, venant à bout des Senators de Belleville au compte de 5 à 4, mercredi à Ottawa, non sans se faire une petite frayeur en fin de rencontre.

La formation lavalloise a eu besoin d’un électrochoc pour se mettre en marche en début de rencontre. Il est survenu grâce à un filet de Mark Kastelic avec seulement 2 min 37 s écoulées dans ce duel. 

Quelques minutes plus tard, le défenseur Tobie Paquette-Bisson a créé l’égalité. Il s’agissait d’un premier filet dans la Ligue américaine pour l’ancien de l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Cette réussite a permis aux hommes de Joël Bouchard d’ouvrir les valves offensives. Avant la fin du premier engagement, Joël Teasdale a donné l’avance aux visiteurs, qui n’ont ensuite jamais regardé derrière.

Lukas Vejdemo a réussi un doublé, tandis que Ryan Poehling a marqué son 10e but de la campagne. Absent depuis le 25 mars, Alex Belzile a également eu son mot à dire avec trois mentions d’aide.

«Souvent, le danger, quand ça fait longtemps qu’on n’a pas joué, c’est de compliquer les choses, a analysé Belzile après le match en vidéoconférence. On a commencé le match avec des choses simples et on a laissé le match s’ouvrir à nous. Je pense que pour la majorité du match, quand on a joué notre identité, on est difficiles à battre.»

Une frousse 

Michael McNiven a mérité sa sixième victoire de la campagne, faisant face à 30 lancers. Il a toutefois cédé trois fois en fin de rencontre devant Angus Crookshank, Cole Reinhardt et Parker Kelly. Filip Gustavsson a quant à lui été mis à l’épreuve 37 fois devant la cage des Senators.

Le club-école du Canadien de Montréal devait disputer deux matchs contre les Marlies de Toronto, jeudi et dimanche, mais une éclosion de COVID-19 au sein du club ontarien a forcé le report de ces parties.

Le Rocket demeurera dans la capitale canadienne puisque les deux équipes doivent se croiser deux autres fois, vendredi et samedi.