Crédit : Photo AFP

NBA

Une dure année pour les Raptors

Publié | Mis à jour

La saison 2020-2021 de la NBA en est une qui aura mis à rude épreuve les Raptors de Toronto.

Un lent début de saison, des performances en montagnes russes, un domicile temporaire à plus de 2000 kilomètres de Toronto et une éclosion de cas de COVID-19 dans leurs rangs ont été quelques-uns des nombreux défis auxquels ils ont été confrontés.

• À lire aussi: Les Lakers seront à prendre au sérieux

«Pour être honnête, c’est l’année de basketball la moins pure dont j’ai fait partie, avec la ligue et la saison qui s’est rapidement mise en marche, de dire le garde Fred VanVleet aux médias, samedi. 

«Tout est une question d’affaires cette année et vous savez ce que je dis? La NBA offre une bonne balance entre l’amour, la joie de l’un des meilleurs sports au monde et une industrie milliardaire. Et je crois que cette année, le côté industrie a pris le dessus sur l’amour et la joie.»

«Il y a de bons et de moins bons jours. On se consacre à notre art, notre travail, nos coéquipiers et on doit se permettre d’être humain et d’avoir ces bons et moins bons jours. Mais c’est assurément une année difficile, qui comprend beaucoup de hauts et de bas.»

Lui-même ne connaît pas une saison comme il l’aurait espéré au niveau personnel, même s’il a maintenu des moyennes de 19,6 points et 4,2 rebonds par match, deux sommets personnels, en plus d’avoir connu une soirée de 54 points, le 2 février. 

VanVleet a toutefois connu quelques passages à vide, en plus d’avoir contracté le virus et d’avoir subi une blessure à une hanche. L’athlète de 27 ans a d’ailleurs effectué un retour au jeu, vendredi, contre le Magic d’Orlando.

«Évidemment, j’avais hâte de revenir après avoir manqué deux semaines, de dire VanVleet. Ça m’a fait du bien d’être de retour et de jouer. Peu importe à quel point j’ai mal joué, c’est ce que je fais, c’est ce que j’aime faire, c’est ma passion et chaque fois que tu es à l’écart du jeu, ça l’affecte ton moral. 

«Aller au match est censé être la meilleure partie de ta journée et des fois, ça nous est impossible. Donc je suis simplement heureux d’être en santé.»

VanVleet ne connaît peut-être pas la saison qu’il aurait souhaité sur le plan personnel et il en est de même sur le plan collectif. Les Raptors sont présentement en dehors du portrait des séries éliminatoires. Ils occupent la 12e place, mais ils sont seulement à un demi-match des Bulls de Chicago et du 10e rang dans l’Association de l’Est. Cette position leur permettrait de participer à une minisérie, contre l’équipe classée septième, et ainsi, obtenir sa place pour les éliminatoires.

«Les équipes qui ont composé avec les blessures, les maladies, ou peu importe le problème, ça leur permet de redresser la situation, se donner un peu de rythme et de revenir en santé, a expliqué l’entraîneur-chef Nick Nurse. Quelques équipes pourraient avoir un beau parcours en sortant de cela.»

Les Raptors seront en action dimanche, contre le Thunder d’Oklahoma City.