Crédit : Photo AFP

Baseball - MLB

Pas de répit pour les Astros

Publié | Mis à jour

Avec de nombreux joueurs devant suivre le protocole relié à la COVID-19, les Astros de Houston auraient pu profiter d’un congé forcé accordé par le baseball majeur. Or, ce n’est pas le cas et l’occasion semble belle pour le Québécois Abraham Toro, entre autres, de montrer son savoir-faire.

«Les dirigeants ne croient pas qu’il y avait une raison suffisante au niveau de la santé et de la sécurité pour ne pas jouer», a simplement expliqué le directeur général des Astros James Click, sur le site web de l’équipe, lorsque questionné au sujet du match de mercredi contre les Tigers de Detroit qui ne fut pas reporté. 

Pendant que Toro profitait d’un rappel par le grand club, la folle journée de mercredi des Astros avait débuté par la mise à l’écart de cinq joueurs soit Yordan Alvarez, Alex Bregman, Jose Altuve, Martín Maldonado et Robel García. Les Astros ont néanmoins joué, en soirée, s’inclinant par le pointage de 6 à 4.

Si la situation semble injuste aux yeux de certains membres des Astros, la séquence de cinq défaites de l’équipe (avant le match de vendredi soir disputé à Seattle) cachait déjà quelques problèmes évidents chez les Astros.

Autant l’équipe a bien joué dans la première semaine du calendrier en présentant une fiche de 6-1, autant ce fut pénible par la suite.

Manque d’opportunisme 

Les Astros ont manqué d’opportunisme, montrant une moyenne au bâton globale de ,143 (6 en 43) avec des coureurs en position de marquer lors des cinq revers consécutifs subis entre le 9 et le 14 avril.

Encore mercredi, Houston avait laissé les buts remplis, en fin de neuvième manche, au moment de s’incliner contre les Tigers. À propos de Toro, qui jouait alors son premier match dans le baseball majeur depuis sa seule présence en séries éliminatoires le 13 octobre dernier, il a été limité à un but sur balles en quatre apparitions au bâton.

Force est d'admettre que son rappel de dernière minute et l’incertitude entourant la tenue du match n’avaient rien pour favoriser sa préparation.

Incompréhension 

Parmi les joueurs des Astros, le lanceur Lance McCullers fils, qui était le partant mercredi, semblait le plus perplexe face au fait que cette partie n’ait pas été reportée.

«Je ne comprends vraiment pas pourquoi nous avons joué, bien honnêtement, fulminait-il, au terme de la rencontre. On dirait que les règles sont différentes, selon les équipes, en ce qui concerne les problèmes reliés à la COVID.»

Il semble que McCullers avait par ailleurs été malade, sans que ce soit relié à la COVID-19 dans la journée de mercredi, mais il ne l’avait pas dit à qui que ce soit. Résultat : il a alloué six points en trois manches et deux tiers. Le gérant Dusty Baker n’a toutefois pas voulu le blâmer.

«Lance est un guerrier, a plutôt commenté Baker. Il était malade comme un chien. Ses jambes tremblaient. Nous espérons qu’il se sentira mieux à son prochain départ.»