Canadiens de Montréal

«Mon impression est que Marc souhaite obtenir...»

«Mon impression est que Marc souhaite obtenir...»

Renaud Lavoie

Publié 11 avril
Mis à jour 11 avril

Cinq jours avant d’être remercié par les Canadiens, Claude Julien m’avait confié, avant un match face aux Maple Leafs, qu’il souhaitait que le Centre Bell devienne un endroit moins accueillant pour l’adversaire. 

Il voulait bâtir une équipe qui allait devenir difficile à battre dans son amphithéâtre. 

Aujourd’hui les Canadiens jouent littéralement pour .500 au Centre Bell, soit huit victoires, autant de défaites et deux autres en prolongation. 54 buts pour, 54 buts contre. 

La troupe de Dominique Ducharme est au vingt-cinquième rang des meilleures équipes à la maison. 

La fiche des Canadiens à domicile depuis le début de la saison 2019-2020 est de 22 victoires, 25 défaites, dont huit en prolongation en 55 rencontres.

Pas une question de X et de O  

Ce n’est pas le plan de match de Dominique Ducharme qui fait en sorte que les Canadiens ont perdu leurs trois derniers matchs, bien au contraire. 

Dans son point de presse après la rencontre de samedi, il a très bien expliqué ce qui ne fonctionne pas. 

«On a peur de faire des erreurs, on joue sur les talons et ça fait en sorte qu’on est trop passif. On veut être intelligent, mais on veut jouer sur le bout de nos orteils et être agressifs.» 

C’est justement là le vrai problème. Ce n’est pas parce que les Canadiens ont statistiquement presque deux fois plus de mise en échec que les Jets samedi qu’ils ont été les agresseurs dans ce match. Le Tricolore a passé beaucoup trop de temps dans sa zone et l’échec avant était inefficace. 

Mais ce que je remarque le plus, c’est que cette équipe a de la difficulté à bien jouer lorsqu’il n’y a pas d’espace sur la glace. 

Elle a de la difficulté à jouer avec vitesse parce qu’il y a toujours un joueur adverse qui élimine temps et espace aux Canadiens. C’est aussi là où un ajustement est nécessaire, mais c’est beaucoup plus mental comme problème qu’autre chose. 

Il faut que les Canadiens deviennent les agresseurs dans un match et non les agressés. Et ce, dans tous les aspects du match. Bref c’est de jouer un style de jeu qui est plus exigeant physiquement, mais qui sera plus payant, surtout avec ce groupe aussi talentueux. 

De l'aide bientôt 

C’est évident que Marc Bergevin va tenter d’améliorer son équipe d’ici demain 15:00. Mon impression est qu’il souhaite obtenir un autre défenseur, mais pour y arriver, il devra trouver le bon partenaire de danse. 

Un attaquant avec plus de muscle ne serait pas de trop non plus pour le quatrième trio, mais malheureusement il y a des limites à ce que le directeur général de l’équipe peut faire en raison du peu d’espace sous le plafond salarial.

Au-delà de la date limite des transactions, trois joueurs pourraient rejoindre l’équipe dans les prochains jours, soit Joel Armia, Ben Chiarot et Carey Price. Ce sont trois membres importants de l’équipe qui peuvent faire une grosse différence.

Si le plafond salarial le permet, il ne faut pas oublier que Cole Caufield peut aussi être rappelé pour ajouter un peu d’énergie à ce groupe et n’oublions pas Ryan Poehling, qui a neuf buts et dix passes lors des 23 derniers matchs qu’il a disputés avec le Rocket. 

On voit qu’il joue avec confiance et bientôt, il sera prêt pour un nouveau défi. 

Bref, il y a des options et si jamais les nouvelles sont bonnes concernant Brendan Gallagher d’ici 48 heures, peut-être qu’on apprendra qu’il reviendra au jeu plus tôt que les six semaines prévues.