GLF-MAJ-SPO-UMG-THE-MASTERS---PREVIEW-DAY-1

Crédit : AFP

Golf

Tournoi des Maîtres: DeChambeau revoit sa stratégie

Publié | Mis à jour

Il y a un adage au golf affirmant qu’un coup de départ est excellent si le second coup l’est tout autant. Bryson DeChambeau l’a appris à ses dépens au Tournoi des Maîtres l’automne dernier. Cette fois, il veut soigner son jeu court pour espérer enfiler le veston vert.

Sur le parcours de l’Augusta National, il n’a d’autre choix que d’exceller autant sur les verts qu’à l’approche du fanion. Peu importe la distance du coup de canon au départ, c’est la loi.

À l’édition de novembre où il a terminé au 34e rang, l’Américain de 27 ans avait bien frappé des tertres en affichant une moyenne de 324 verges et un taux de précision de 69,6 %. Pas mal du tout, voire excellent.

Le jeu court était toutefois beaucoup moins sexy. Le champion en titre de l’Omnium des États-Unis ne figurait pas parmi la crème dans plusieurs colonnes révélatrices à Augusta : les courtes approches, les verts en coups réguliers et les normales sauvées.

«Cette semaine, je vais vraiment m’attarder sur la manière de frapper des coups de fer précis afin de m’offrir de meilleures chances d’oiselets, a expliqué DeChambeau, mardi, en réfléchissant aux leçons de l’automne. Trop souvent, j’avais frappé un bon coup de départ, mais le coup suivant, je le frappais dans le mauvais cadran du vert. C’était le cas sur les normales 5.»

Le puissant cogneur a aussi revu sa stratégie sur les normales 4.

«Ce parcours ne teste pas que les coups de départ. Il teste aussi le second et le troisième. Il teste aussi les tentatives pour sauver la normale avec un roulé de quatre pieds. Il teste tout.»

«Ce qui est vraiment spécial sur l’Augusta National, c’est que pour gagner, toutes les facettes du jeu doivent être à point», a-t-il ensuite précisé.

Les bombes

Cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne tentera pas le diable avec ses monstrueux coups de départ.

D’ailleurs, en ronde d’entraînement, DeChambeau a osé tenter une multitude de trajectoires depuis certains tertres.

Au premier, à ce qui est considéré comme le coup initial le plus difficile au golf par sa signification et l’endroit, il s’aligne complètement à la droite. Sa balle survole l’énorme tableau de pointage, les arbres et revient vers l’allée à plus de 317 verges. Il élimine les fosses d’allée à la droite.

S’il ose user de cette stratégie comme il l’espère dès demain, selon les vents, il ne lui resterait plus qu’une centaine de verges au fanion. Mais encore là, tout repose sur l’approche.

Et avec Bryson, il faut savoir en prendre et en laisser. Le parcours n’est pas le champ de pratique où un coup errant n’est pas comptabilisé. Toutefois, il sait divertir et ne craint pas de le faire s’il en a la chance.

«Il y a certains trous où ma puissance aide énormément. Statistiquement, j’ai des avantages. Mais en marchant sur ces verts, j’ai appris à frapper aux bons endroits. Il faut atteindre les bonnes cibles, sinon ces surfaces sont diaboliques», a-t-il expliqué.

À cet effet, les rapports indiquent que les verts du « National » sont très fermes et rapides. Le soleil tapant depuis jeudi dernier et le retour des températures chaudes vont ajouter aux nombreux défis sur les surfaces.

Un nouvel outil

Sans vouloir entrer dans les détails, DeChambeau a révélé avoir placé une nouvelle arme dans son sac sur laquelle il travaille depuis quelques années.

Ce n’est pas un bois de départ avec une tige de 48 pouces. Selon le collègue Ryan Lavner de Golf Channel, cet outil est un prototype de bois de départ du fabricant Cobra, son commanditaire. Il lui en a parlé lors du Championnat du monde Workday à la fin février.

La face du bâton serait plus permissive lorsque la balle n’est pas frappée au centre. À des vitesses d’élan et de contact hallucinantes de plus de 330 km/h dans le champ de pratique, pas étonnant que les contacts ne soient pas toujours précis. Comme le résultat.

Les spectateurs de retour à Augusta

Il y a longtemps que les spectateurs étaient attendus au Tournoi des Maîtres. L’édition à huis clos de novembre avait révélé le cachet unique de l’endroit sans les rugissements de la foule. Les spectateurs sont maintenant de retour à l’Augusta National.

En nombre limité bien sûr. La direction du célèbre parcours de Washington Road n’a dévoilé aucune donnée sur le sujet. C’est évidemment un secret. Dès qu’il est question de chiffres par ici, les informations sont classifiées «top secret».

Depuis quelques semaines, le circuit de la PGA accueille des spectateurs à ses tournois limités à une capacité de 20 %. Mais selon des collègues des médias questionnés dans la salle de presse, certains de ces tournois ont accueilli beaucoup plus de spectateurs que la limite. Ce serait notamment le cas lors de l’Invitation Arnold Palmer, à Bay Hill.

Quoi qu’il en soit, cette règle des 20 % serait respectée en cette semaine du Tournoi des Maîtres. Les « patrons », le terme utilisé pour décrire les spectateurs à Augusta avec l’accent du Sud, sillonnent la propriété qui a retrouvé ses cordes pour délimiter la circulation. Si l’on estime qu’en temps « normal », ils sont 60 000 à franchir les portillons de la propriété quotidiennement, ils seraient cette fois entre 5000 et 10 000. Les invités spéciaux sont inclus dans ce décompte.

À travers les branches, on entend même que des détenteurs de billets réguliers de la région n’ont pas obtenu les leurs cette semaine. Ce qui a semé une certaine grogne, selon des reporters du coin.

Pas de test

Alors que la campagne de vaccination bat son plein en Géorgie, la direction du ANGC a levé la nécessité de présenter un test de dépistage négatif à la COVID-19 au moment de passer la barrière selon certaines catégories de billets. Les détenteurs de billets réguliers figurent parmi ceux-là, alors que ceux jouissant d’un billet privilégié doivent être négatifs au satané virus.

Sur le parcours encore dépourvu de gradins, les «patrons» doivent observer la distanciation sociale et porter le masque en tout temps. Ainsi, il est impossible de laisser les fameuses chaises pliantes à un endroit sans y être installé comme le veut normalement la coutume. Et dans les espaces restreints, autour des verts par exemple, il est interdit de manger et fumer. Malgré les quelques règles d’usage et le nombre limité, il fait bon de revoir l’ambiance et l’énergie des «patrons» à Augusta.

En direct d’Augusta

En convalescence à son domicile de Jupiter, en Floride, récupérant de son grave accident de la route du 23 février, Tiger Woods n’a évidemment pas fait le trajet jusqu’à Augusta cette semaine. Il a raté le dîner des champions, mardi soir, lui qui en était d’ailleurs l’hôte il y a cinq mois.

C’est justement Dustin Johnson qui a accueilli les convives dans le somptueux pavillon en tant que champion en titre. Et contrairement à la blague qui circule depuis novembre, il n’a pas servi sa sélection de sandwichs traditionnels du Masters. Rappelons qu’il avait répondu à une question visant à connaître son sandwich signature préféré. «Je les aime tous», avait-il simplement lâché. Une réponse qui avait aussitôt soulevé de nombreuses blagues.

Donc, pour titiller les papilles, DJ a proposé ses «pigs in a blanket», plutôt appelées les petites saucisses cocktail enrobées de pâte au Québec. Il a ajouté des hors-d’œuvre de homard frits, en plus de salades en entrée. Au plat principal, il a offert à ses invités un filet mignon servi avec des pommes de terre pilées et des légumes printaniers. Il a conclu le repas avec une croustade aux pêches et une tarte aux pommes accompagnées de crème glacée.

Tout indique que Brooks Koepka participera à ce 85e Masters, lui qui se remet d’une intervention au genou droit depuis le 16 mars. Il ne croyait pas être en mesure de jouer le tournoi après sa chirurgie, mais un retour prématuré sur les allées et d’intenses séances de réhabilitation lui ont permis de se présenter à Augusta. Il a indiqué que s’il ne croyait pas en ses chances de gagner, il n’aurait pas pointé le nez sur Magnolia Lane.

Pour une deuxième édition de suite, il importe de rappeler que le traditionnel concours «Par 3» du mercredi est annulé. Encore une fois, c’est en raison de la pandémie, alors que la direction de l’Augusta National croyait que la distance physique pouvait ne pas être respectée sur ce petit parcours convivial.