Crédit : AFP

Golf

Une jeune prodige maître à Augusta

François-David Rouleau

Publié | Mis à jour

À seulement 17 ans, la Japonaise Tsubasa Kajitani a remporté le prestigieux Championnat amateur du Augusta National, samedi.

Elle est parvenue à battre l’Américaine de 21 ans Emilia Migliaccio dès le premier trou de prolongation.

En retard de deux coups à l’aube de la ronde finale, elle a profité de la chute du groupe de meneuses sur le retour. Elle s’est hissée en tête du tableau avec un dossier cumulatif de +1 en compagnie de Migliaccio.

La championne junior du Japon en 2019 succède donc à l’Américaine Jennifer Kupcho en inscrivant son nom dans le livre d’histoire du Augusta National.

La première de l’Asie

Avec ses cartes de 73, 72 et 72, Kajitani a devancé l’une des favorites du tournoi, soit l’Américaine Rose Zhang, malgré un inquiétant double boguey au 17e fanion. Elle s’est ressaisie pour devenir la première athlète du Japon et de l’Asie à gagner à Augusta.

Elle peut maintenant dire qu’on l’a couronnée championne au même endroit où elle a observé Tiger Woods accomplir l’un des plus grands retours du monde du sport en 2019.

«C’était l’image que j’avais du Augusta National, a-t-elle fait savoir, encore sous le coup de l’émotion, par l’entremise de son interprète. Honnêtement, quand je suis débarquée aux États-Unis, je ne visais pas la victoire. J’ai progressivement bâti ma confiance et me voilà. Ce sera bénéfique à mon classement mondial.»

«C’est la réalisation d’un rêve de gagner un grand tournoi», affirme la détentrice du 23e rang amateur au monde.

Initiée par sa mère

Si elle avait résisté à la jeune Kajitani, Migliaccio aurait ramené un second trophée du Augusta National dans le vestiaire des Deacons de l’Université Wake Forest. Kupcho portait ses couleurs en 2019.

Mais, au-delà de l’amertume de la défaite, l’athlète de 21 ans installée au 15e rang amateur mondial dit avoir savouré un moment privilégié quand sa mère a trimballé son sac à ses côtés.

«C’est un moment si spécial et unique dont je vais me souvenir toute ma vie. Ma mère est celle qui m’a initiée au golf à l’âge de six ans. C’est incroyable, ce que nous avons vécu aujourd’hui [samedi] et cette semaine», a exprimé celle qui n’avait pas résisté au couperet en 2019.

Chute des meneuses

Dans une ronde sans histoire, Zhang, meneuse du classement mondial amateur, a trébuché sur la normale 5 du 13e fanion. En frappant sa balle dans l’affluent du célèbre ruisseau Rae’s Creek, la golfeuse de 17 ans a ensuite quitté le vert avec un terrible triple boguey.

«C’était une situation difficile, mais j’ai essayé de rester dans le moment présent, a souligné Zhang, sans aucune frustration du haut de ses 17 ans. J’étais encore dans la course et il me restait cinq trous à jouer. Tout pouvait arriver. J’ai appris plusieurs choses. J’aurais pu mieux jouer. J’aurai des points sur lesquels travailler. Il ne faut pas être trop dure avec soi-même quand on est une amatrice. Je n’avais aucune attente sur le résultat. Il faut rester soi-même. Globalement, je suis satisfaite.»

La dernière et la première

La palme de la meilleure ronde sur le mythique parcours du Augusta National, samedi, est revenue à la dernière golfeuse à y avoir obtenu l’accès, jeudi soir.

Maja Stark, qui était considérée comme l’une des aspirantes au titre, a obtenu la revanche qu’elle désirait depuis deux ans alors qu’elle avait joué 77 (+5) en ronde finale.

Samedi, elle a ramené un score de 69 (-3), ce qui lui a permis de grimper au 10e échelon.

 Seulement cinq golfeuses ont brisé la normale samedi, en ronde finale, sur le mythique parcours du Augusta National, long de 6365 verges pour l’occasion.

 C’est maintenant au tour des juniors de prendre d’assaut la propriété, dimanche, dans le cadre du tournoi Drive, Chip & Putt. Trois enfants du Canada y participeront.

CLASSEMENT FINAL

 1. Tsubasa Kajitani +1*

 2. Emilia Migliaccio +1

 3. Pauline Roussin-Bouchard +2

 -Rachel Heck +2

 -Emma Spitz +2

 -Karen Fredgaard +2

 -Rose Zhang +2

 -Ingrid Lindblad +2

* Championne au premier trou de prolongation