Louis Jean

David Savard sur le marché?

David Savard sur le marché?

Louis Jean

Publié 01 avril
Mis à jour 01 avril

Depuis plusieurs mois, j’entends le nom de David Savard circuler dans les rumeurs de transaction. 

Avant même que la saison débute, son nom revenait régulièrement parmi les joueurs des Blue Jackets de Columbus susceptibles d’être échangés. Joonas Korpisalo et Elvis Merzlikins figuraient aussi du groupe.

Au moment d’écrire ces lignes, les Blue Jackets de Columbus occupent le sixième rang de la section centrale, trois points derrière les Prédateurs de Nashville, campés à la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires.

Columbus n’a pas encore lancé la serviette, au contraire. On juge que pour la progression du club, la vente de billets de saison et surtout pour fidéliser les partisans, une qualification est primordiale.

Si tel est le cas, alors comment expliquer qu’on pourrait ou que l’on voudrait échanger Savard?

D’abord, le directeur général Jarmo Kekalainen n’a jamais avoué publiquement chercher à se défaire de l’arrière de Saint-Hyacinthe. S’agit-il d’une fabrication médiatique, une fausse nouvelle? Il n’y a jamais de fumée sans feu.

Le repêchage d’expansion

Savard deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de la présente saison. Je ne crois pas qu’il y a eu de discussions concrètes pour une prolongation de contrat. 

Est-ce que cela pourrait changer d’ici lundi le 12 avril à 15 heures? C’est possible, mais il commence à se faire tard. Il faut aussi tenir en ligne de compte le repêchage d’expansion du Kraken de Seattle. Seth Jones et Zach Werenski seront assurément protégés. Quel autre défenseur de Columbus Kekalainen entend-il protéger? Est-ce que l’on favorise Vladislav Gavrikov? C’est possible étant donné qu’il est plus jeune.

Si vous avez vu la réaction des joueurs des Blue Jackets mardi soir dernier lorsque Savard a marqué son premier but en deux ans (108 matchs), on comprend à quel point il est apprécié par ses coéquipiers. 

Savard n’est pas le genre de joueur qui fait des vagues. Il n’est pas très «flashy». Il n’attire pas les regards. Il est toutefois un joueur fiable, responsable, intense et capable de gruger d’importantes minutes avec brio. 

De plus, il se plait à Columbus. Sa famille aussi, ce qui n’est pas le cas de tous. Parlez-en à Artemi Panarin, Sergei Bobrovsky, Matt Duchene, Pierre-Luc Dubois, etc. 

Si jamais Savard devait quitter, il pourrait aider une équipe qui aspire à remporter la Coupe Stanley. Comme je l’ai mentionné sur les ondes de TVA Sports mercredi soir, selon moi, il pourrait parfaitement rejoindre les Jets de Winnipeg. 

Premièrement, il pourrait s’intégrer facilement à ce groupe de joueurs et apporterait une dimension à la brigade défensive. Deuxièmement, il serait réuni à son ami et ancien coéquipier, Dubois. J’ignore quel serait le prix à payer pour ses services. Je crois toutefois que Savard pourrait être l’une des pièces manquantes du casse-tête qui pourrait légitimement classer les Jets parmi l’élite. 

Reste à savoir si les Blue Jackets veulent garder le joueur en qui ils ont investi beaucoup de temps, énergie et argent, où s’ils le laisseront partir? La réponse viendra assez rapidement.